Archive for the ‘discussions piquantes’ Category

liberté, égalité, protectionnisme?

Sunday, December 16th, 2018

Exercice de style.

Comme je suis sur le point de terminer une publication papier, je pose quelques bases, en guise de test.

***

En économie, rien n’est simple, pas plus qu’en politique. Pourtant, s’y intéresser est crucial. Cela nous permet de comprendre le fonctionnement de nos adversaires. Et, avant même cela, de les identifier.

Est-il notre ami, celui qui défend l’ouverture des frontières?

Oui, s’il s’agit des frontières interdisant le passage des êtres humains. Mais qu’en est-il du libéral bleu-noir pour qui toute contrainte au marché des biens et des services est une abomination?

Si par ami on entend l’agréable convive capable de raconter des blagues de bon goût et de faire une critique constructive du dernier film à la mode, c’est probablement un ami.

Si par ami on entend quelqu’un qui nous veut du bien, le doute est permis.

Le libre-échange n’est pas une source d’égalité et de satisfaction des besoins. Le libre-échange est le développement de la concurrence entre toutes les travailleuses et les travailleurs du monde entier. Le libre-échange n’est pas source de prospérité partagée, mais de concentration des richesses entre des mains toujours moins nombreuses et plus égoïstes. Le libre-échange, c’est l’augmentation des opportunités pour celles et ceux qui en débordent déjà. C’est l’occasion de faire pression sur les plus pauvres en les menaçant de délocalisation.

Même au sein des forces conscientes du capitalisme et de la politique dominante, il arrive que l’on s’en rende compte. La conscience du danger que représente le libre-échange est vieille comme le capitalisme anglais. La prospérité de l’empire britannique s’est faite sur un espace séparé du reste du monde. Pareil pour l’empire étatsunien, dont le succès à la fois économique et démocratique fut le fait du parti républicain (anti-esclavagiste et protectionniste) contre le parti démocrate (esclavagiste et libre-échangiste).

1884: “Le parti républicain étant né de la haine du travail d’esclave et du désir que tous les hommes soient libres et égaux , il est irrévocablement opposé à l’idée de placer nos travailleurs en concurrence avec quelque forme de travail asservi que ce soit, en Amérique ou à l’étranger”1

On peut douter de la sincérité du parti républicain, que ce soit à cette époque ou aujourd’hui. Pour autant, le raisonnement tient. Les Chinois utilisés par les compagnies ferroviaires étaient sous-payés et maltraités. Les actionnaires de ces entreprises se gorgeaient sur leur dos pendant que les ouvriers terrassiers étatsuniens végétaient dans le sous-emploi. Le raisonnement se tenait et il se tient toujours: du côté ouvrier, ni les Chinois, ni les Etatsuniens n’y gagnaient.

Nous nourrissons le désir de voir -un jour- l’ensemble des travailleuses et travailleurs du monde entier jouir des mêmes droits et libertés, que ces droits et libertés soient les plus élevés possibles, qu’il n’existe plus de concurrence, que la coopération et l’entraide soient la règle, mais nous savons qu’aujourd’hui l’ordre international, mené tant par l’OMC que par l’ONU, ne permet pas de concrétiser ce rêve.

Nous pensons que, stratégiquement, le protectionnisme social et environnemental est une clé pour le développement humain et mondial. Une clé, pas une solution définitive.

Si un territoire A représente un lieu de marché de consommation pour un territoire B, il nous semble juste que la population A, également productrice, ne soit pas confrontée à une concurrence déloyale, due au fait que la population B, également productrice, soit sous-alimentée, sous-protégée et qu’elle utilise des modes de production moins chers parce que plus polluants.

Qu’on le veuille ou non, poser des conditions à l’importation de biens dans un territoire sous prétexte de protections sociales ou de critères environnementaux, cela s’appelle du protectionnisme.

Qu’on le veuille ou non, la démocratie s’est développée dans des territoires séparés des autres par des frontières. Les empires se développent, autoritaires et expansionnistes. Les démocraties définissent des corps de citoyennes et citoyens, ce qui n’a pu se faire, dans l’histoire, que dans des réalités structurées, relativement étroites, dans lesquelles les gens parlaient un nombre de langues limitées, avaient des critères de fonctionnement social et économique relativement similaires. Les solutions acceptées par une population fonctionnant de manière démocratique tournent autour de concepts établis historiquement, géographiquement et anthropologiquement. On peut -et on doit- les faire évoluer, vers plus de démocratie, plus d’égalité, plus de liberté. On peut même imaginer de les révolutionner, mais cela doit se faire dans l’esprit que nous agissons pour la population, et non contre elle.

La coopération internationale, entre petits groupes, est tout à fait légitime: il est juste et bien de se parler entre syndicalistes de tous pays, de tenter d’aider des forces de résistance qui correspondent à nos idées; de même qu’il est raisonnable et humain de soutenir et d’aider, individuellement, les personnes en fuite ou en détresse, quel que soit le nom que la presse ou les politiques leur donnent.

Mais cela n’a rien à voir avec la diplomatie entre États ou le commerce international. Ce sont des lieux de pensée radicalement différents. Et cela ne signifie pas non plus que nous nous pliions aux règles du plus souple pour faire plaisir aux travailleuses et travailleurs les plus exploités.

Si nous voulons développer des systèmes économiques et sociaux justes, ici et ailleurs, nous ne pouvons pas encourager la concurrence entre ce que nous estimons juste et ce que nous estimons injuste. Nous devons toujours encourager le système le plus égalitaire et le moins impactant sur l’environnement.

Il ne s’agit pas d’interdire les relations commerciales avec des pays moins-disant fiscalement et moins exigeants sur le plan environnemental, mais de les encourager à s’améliorer sur ces points.

***

Mais il y a plus, bien plus.

Comme on l’a vu avec les négociations du TAFTA (qui n’ont à ce jour pas abouti et qui pourraient bien ne pas le faire tant que le camarade Trump reste aux commandes), le libre-échange tend à faire disparaitre (à “aplanir”) les règles de fonctionnement du marché: toute règle est une entrave; moins il y a de règle, plus la concurrence entre les forces productives est importante2. Les marchés s’ouvrent, mais c’est pour mieux détruire les entreprises socialement et environnementalement plus développées.

Détruire les règles qui entravent le commerce, poser dans le droit international cette destruction, c’est tenter de passer outre la démocratie qui a pour objectif de servir les populations et non l’économie.

Quant aux règles restantes, les grandes entreprises et fonds d’investissement aspirent à ce qu’elles soient arbitrées par des cours indépendantes des États.

Le libre-marché est une menace pour la démocratie.

  1. Cité par Serge HALIMI dans Les puissants redessinent le monde, in Le Monde Diplomatique, juin 2014, p. 11. Halimi ajoute: “A l’époque, on pensait déjà aux Chinois.” []
  2. Le TAFTA était autant une menace pour les populations européennes qu’étatsuniennes. []

Mes collègues profs et leur passivité

Saturday, December 15th, 2018

“Les enseignants, qui constituent l’un des coeurs sociologiques de la gauche, sont faiblement menacés par l’évolution économique. Contrairement à ce que suggère la rhétorique ultralibérale, qui insiste pour que toutes les conduites humaines soient déterminées par l’appât du gain ou la peur de la perte, les professeurs font fort bien leur travail, en l’absence de risque de marché. Mais, n’ayant pas à craindre au jour le jour le licenciement ou une compression de leur salaire, ils ne se sentent pas menacés d’une destruction économique, sociologique ou psychologique. Ils ne sont donc pas mobilisés contre la pensée zéro. Sans être le moins du monde “de droite”, statistiquement, ou favorables au profit des grandes entreprises, ils sont atteints de passivisme et peuvent se permettre de considérer l’Europe monétaire et l’ouverture aux échanges internationaux comme des projets idéologiques sympathiques et raisonnables. Ils ne sont aucunement “bénéficiaires” car, si aucune souffrance économique directe ne les atteint, ils subissent de plein fouet les effets sociaux indirects du chômage, à travers des élèves difficiles, rendus violents par le contexte de décomposition sociale et familiale. L’acceptation implicite de la gestion économique par cette catégorie sociale, idéologiquement et statistiquement beaucoup plus importante que les “bourgeois” ou les haut fonctionnaires, assure la stabilité européiste et libre-échangiste du Parti socialiste, dans ses tréfonds militants et non pas simplement parmi ses dirigeants. On peut ici formuler une prédiction de type conditionnel: si les enseignants viraient sur les questions de la monnaie unique et du libre-échange, la pensée zéro serait, du jour au lendemain, morte, et l’on verrait se volatiliser les prétendues certitudes du CNPF et de Bercy.”
(Emmanuel TODD, L’illusion économique, Gallimard Folio, Paris, 1999, p. 316-317)

Plan B : “Un divorce à l’amiable”

Tuesday, September 18th, 2018

l’expression “un divorce à l’amiable” est de Joseph Stiglitz. Imaginons qu’elle soit possible.

Pas d’esprit de revanche, pas d’acrimonie.

Il y a de nombreuses raisons pertinentes qui peuvent nous convaincre qu’une sortie est préférable à un maintien dans l’Union Européenne. La principale desquelles serait le refus de la part de nos partenaires de toucher aux traités en tout ou en partie. Négocier un plan A signifie clairement qu’il faille envisager un plan B. Se voiler la face en ergotant sur un plan B qui signifierait ajouter la menace de refus de jouer le jeu des traités tout en y restant consiste en un exercice de remise en question de soi-même qui risque de n’avoir pas de fin, et de réduire toute perspective de véritable changement à néant. Or, une politique de gauche signifie une politique de gauche, c’est-à-dire une politique qui ne peut être adoptée par les traités1 ; et donc un plan A de négociation des traités vers plus de possibilités démocratiques et plus de libertés de choix politiques (conséquence logique de la démocratie) signifie qu’en l’absence de résultat, il n’y ait pas d’autre option que la sortie des traités, donc de l’Union Européenne. Cette sortie se fera peut-être par l’article 50. Disons que c’est la version la plus probable dans un environnement international que l’on désire serein et pacifique. Cela dit, lorsqu’on observe l’attitude des dirigeants européens chargés des négociations de sortie du Royaume-Uni de Grande-Bretagne suite au Brexit populaire et à la déclaration par la Première Ministre Theresa May de l’application de l’article 50, on peut se poser sérieusement la question : l’Union Européenne est-elle bien aussi respectable que l’on doive respecter ses normes de sortie à la lettre ?

Car l’article 50 implique une série de protocoles de négociations tels qu’entre le moment de la déclaration de son application et la réalité de la sortie de l’État déclarant, plusieurs années se passent au cours desquelles une certaine agressivité s’installe.

On peut avoir toutes les colères que l’on veut vis-à-vis des gouvernants britanniques : depuis 38 ans, ils ont plutôt participé à la droitisation de la société partout dans le monde ; dans la plupart des cas, ils ont suivi, voire précédé l’agressivité des États-Unis d’Amérique dans leur croisade contre les pays du Moyen-Orient. Mais derrière le gouvernant britannique, il y a des populations, au moins quatre peuples distincts, des couches de travailleuses, de travailleurs et de sans-emplois qui souffrent et qui ne méritent pas notre rancoeur. La politique Juncker-Barnier à l’égard du Royaume-Uni est indigne, car elle suppose que nos alliés britanniques soient désormais nos ennemis et qu’il faille leur rendre la vie la plus dure possible -tout simplement parce qu’ils ont choisi de quitter l’Union Européenne. Une telle attitude est non seulement déraisonnable, en ce qu’elle provoquera fatalement encore plus d’aigreur de la part des populations britanniques vis-à-vis des autres pays de l’Union Européenne, mais en plus elle est contraire à l’éthique des bonnes relations entre les peuples -où est donc passé ce fameux désir de paix qui a(urait) motivé la création de l’UE ? Cette attitude nous rappelle celle des gouvernants du XIXe Siècle et du début du XXe Siècle, qui négociaient avec les autres gouvernants, mais dans un esprit d’hypocrisie et d’absence totale de souci du bien-être des populations. Les préoccupations des gouvernants de ces époques, comme celles de Barnier et de Juncker, sont avant toute chose celles de trafiquants sans scrupule soucieux de conserver ou d’étendre leurs parts de marché au détriment de celles des autres, celles de stratèges focalisés sur les manières de faire le plus de mal possible à leurs anciens partenaires, afin d’effrayer tout autre État qui aurait l’idée de faire de même, celles enfin de gamins capricieux et revanchards qui n’attendent qu’un moment d’inattention pour filer un coup de latte dans les tibias du voisin qui a eu le malheur de leur déplaire.

Cela dit, je ne suis pas sûr que leur attitude vis-à-vis de leurs partenaires intra-union soit plus louable.

La souveraineté politique, la souveraineté économique, bref la démocratie

Un plan B ne sera évidemment pas une partie de plaisir. Mais si les conditions de la démocratie ne sont pas remplies, il sera inévitable. Privilégier l’économique sur le politique, comme le souhaiteraient les partisans d’un maintien inconditionnel dans l’UE, serait à la fois un très mauvais calcul et éthiquement erroné.

Un très mauvais calcul, car sur le court terme ce qui semblera une bonne idée (« éviter un retour en arrière », « se prémunir d’une chute de croissance », « conserver des liens commerciaux clairs avec nos partenaires », etc.) consistera en fait à nous lier toujours un peu plus les pattes et à nous interdire de réagir avec vigueur face à des problèmes de plus en plus vastes -car c’est bien ce qui se passera si nous nous résolvons à nous conduire en libéraux durant les décennies à venir, tant d’un point de vue social qu’environnemental.

Ethiquement erroné, car surtout nous allons toujours plus réduire la démocratie, en la soumettant aux règles ordolibérales auxquelles l’Union Européenne nous astreint de plus en plus. Sans être devin, nous pouvons deviner qu’il sera toujours plus difficile de « revenir en arrière » sur des règles de plus en plus contraignantes et laissant de plus en plus de pouvoir aux forces de l’économie financière, laquelle ne cédera évidemment pas de bonne grâce face à la démocratie.

L’Union Européenne a privé, ces dernières années, la Grèce de sa souveraineté politique en lui coupant toute possibilité de peser sur son économie dans un sens ou dans un autre qui lui aurait plu et qui n’aurait pas convenu aux créanciers du pays2. La politique économique et politique de l’Union Européenne a pourtant systématiquement été négative pour les populations durant toutes ces années de crise3. Rien ne nous oblige à poursuivre dans ces directions. Rien ne nous oblige à suivre des règles qui conviennent au libéralisme classique, qu’il soit néo, ordo ou autre chose4.

Si nous sommes de gauche, nous ne pouvons faire l’économie de cet effort.

  1. Je renvoie à la réflexion tenue par Marc BOTENGA, Les chaines des traités européens, in Lava, Automne 2017, p. 75-94, mais aussi à à peu près tout le propos tenu jusqu’ici dans l’ensemble de ce texte de réflexion sur les traités de l’UE et la nécessité de les réformer ou d’en sortir. []
  2. Stiglitz raconte les séquences Papandréou – Samaras – Tsipras assez longuement tout au long de son livre. Joseph STIGLITZ, L’Euro. Comment la monnaie unique menace l’avenir de l’Europe, Les Liens qui Libèrent, 2016. []
  3. Cf. STIGLITZ, op. cit., p. 315-316. []
  4. Stiglitz a d’ailleurs quelques bonnes idées à proposer aux Grecs s’ils devaient un jour s’émanciper de l’Union Européenne, comme par exemple de créer un système de financement électronique qui ne doive rien aux entreprises privées -à commencer par les banques ; J. STIGLITZ, op. cit., p. 316-318. []

Triangle rouge – passage d’un livre en construction.

Tuesday, May 29th, 2018

Attention, passage douteux, limite horrible:

J’ai de la peine à me souvenir de la première fois que j’ai accroché ce petit triangle rouge au revers de ma veste, acheté au sortir d’une représentation théâtrale sur le thème des camps. Il suffit que je dise camps, généralement, pour que la profondeur qui l’englobe transperce. Il n’y a aucune souffrance qui peut l’emporter sur celle-là ; toutes les douleurs qui ont précédé, toutes celles qui ont suivi, sont écrasées par celles que ce terme implique. L’ironie est que la pièce que j’avais vue parlait des homosexuels enfermés et massacrés par les Nazis, et non des juifs. Des homosexuels qui étaient, même aux yeux des autres prisonniers, comme des gardes, considérés comme les pires sous-hommes qui puissent exister (si l’on excluait, pour les gardiens, les Slaves). Je n’ose imaginer l’état d’esprit de ce juif homosexuel et communiste qui se connaissait des ascendances tziganes ou slaves. Si en plus il souffrait d’un handicap quelconque… Et s’il avait le malheur d’être une femme… Se peut-il que celle-là souffrît d’une souffrance plus grande encore que celles et ceux qui passaient les barrières des camps pour la dernière fois.

Des âmes pures prétendront sans doute que ce passage était au mieux maladroit, au pire révélateur de l’état d’esprit « rouge-brun » qui ne manque pas d’être latent chez quelqu’un qui traine entre deux eaux, malodorantes, anti-démocratiques, souillées de cet anti-parlementarisme qui nous caractérise si bien, nous, les extrémistes, les radicaux… De dérives en dérives, je me fermais aussi aux cercles de la contestation, du moins celle qui se voulait acceptée -et peut-être pas si contestatrice que cela.

Trop de mois de silence

Friday, April 13th, 2018

Je travaille sur deux gros projets depuis -plusieurs mois pour l’un et plusieurs années pour l’autre. Ce qui explique mon peu d’application sur ce blog, sans le justifier. D’un autre côté (pour ne pas dire “en même temps”, désormais honni), bon, est-ce bien grave?

Ceci ne signifie pas que de temps en temps je ne voudrais pas écrire quelque chose sur les événements qui ont lieu.

Je me suis déjà exprimé longuement ici sur le Brésil; je voudrais pouvoir le faire plus sur le Vénézuéla, mais sur ce sujet je ne me sens pas qualifié. Je peux juste dire qu’à l’approche des événements prochains, je crains une intervention extérieure plus que toute autre chose.

Qu’apporterait-elle de bon? Nous savons tous que ces interventions dites “de la communauté internationale” n’ont en rien aidé les populations en Irak, en Libye, en Afghanistan, en Somalie, que nos gouvernants sont co-responsables des catastrophes humanitaires en RDC, au Rwanda, que leurs actions ont produit plus de terroristes qu’elles n’en ont détruit. Et qu’on finit par se demander s’il n’y a pas une intention… Incompétence ou malhonnêteté?

On voit que je n’ai pas le coeur à rigoler.

Il y aurait beaucoup à dire sur la politique intérieure des pays de l’Union Européenne, et c’est d’ailleurs l’un des deux gros sujets sur lesquels je travaille en ce moment. “Alerte gâcheuse” pour les mois à venir: je prépare actuellement un réquisitoire serré contre les traités de l’Union Européenne, contre les structures libérales et leurs défenseurs aux manettes et une plaidoirie pour une position alternative -qui existe, heureusement, mais que je m’échine à encourager du mieux que je peux: par la recherche des faits et par les propositions.

On pourrait, et on devrait parler longuement des élucubrations des gouvernants des pays de l’OTAN qui semblent participer d’une surenchère imbécile en vue d’une justification d’agression contre le plus grand pays du monde. Vu de l’espace, les USA et leurs alliés semblent à peine plus importants que la Russie, et pourtant, les budgets militaires corrélés des six pays les plus militarisés de l’Otan font plus de douze fois celui de l’horrible ours caché derrière son hiver sibérien. Les discours et actions des gouvernements turcs, hongrois et polonais devraient nous suffire pour nous convaincre que l’OTAN n’est pas dans le camp du bien. Mais non: elle nous protège d’une menace évidente; elle agit pour le bien du monde; elle se repait de son auto-justification dans des roulements d’épaules qui, je dois le dire, me font rouler des yeux d’étonnement tant j’ai du mal à comprendre l’aveuglement des peuples d’Europe Occidentale.

Nous avons, de l’Islande au Portugal, de l’Italie à la Norvège, les populations les plus éduquées depuis le début de l’humanité, un taux de croyance en l’irrationnel extrêmement bas comparé au reste du monde et surtout au reste de l’histoire, une capacité à comprendre les avancées de la science tout à fait exceptionnelle dans la plus grande partie de la population, un bagage de révolution et de réformes sociales qui n’a pas eu son pareil dans le passé -il est vrai aussi que le XVIIIe, le XIXe et le début du XXe siècles avaient nécessité de tels mouvement de foules pour arriver aux progrès que nous avons connu jusqu’aux années 1970, environ.

Et malgré cela, nos peuples semblent subjugués par les outils de propagande libérale (économiquement) et autoritaire (politiquement). Nous en connaissons les points forts: la “fin de l’histoire” a dressé le libéralisme économique comme seule solution “connue” et “souhaitable” -les autres ont cessé d’être considérées médiatiquement comme positives- et de nouveaux ennemis sont régulièrement avancés pour justifier la restriction de nos libertés civiles. Les causes de nos malheurs deviennent par sophisme les solutions à nos problèmes.

Les hommes (et les femmes) qui se sont assis sur les structures politiques pour justifier la domination économique libérale, les reculs successifs de la démocratie et la pollution générale de notre planète se présentent en sauveurs du monde en combattant de minuscules problèmes (en comparaison avec ceux qu’ils ont créés) présentés comme les obstacles à notre bonheur.

Aujourd’hui, c’est tout juste si la Russie, certes loin d’être parfaite, mais qui a atteint son plus haut degré de démocratie de toute son histoire -plus que millénaire-, n’est pas présentée, par association avec l’Iran -une République islamique, certes, pas rigolote, surtout si l’on est athée, mais où il est bien plus possible de s’exprimer qu’en Arabie Saoudite ou au Yémen– et la Syrie -qui, jusqu’il y a six ans, était un Etat non démocratique, mais laïque et ayant réussi à faire cohabiter des populations très différentes et théoriquement très désunies-, comme la cause de tous les maux de la Terre, en compagnie, évidemment de la Corée du Nord et, par extension, de la Chine et du Vénézuéla.

Je reste confiant dans l’idée que ni Trump, ni Macron, ni May ne veulent déclencher une guerre mondiale et resteront dans les limites de leurs rodomontades, parce qu’ils aspirent à dominer la scène politique et à favoriser leurs créanciers, et qu’ils ne chercheront pas à titiller “l’ogre russe” plus qu’il ne faut. Les nouvelles de ce matin semblent enclines à m’y conforter. Je crois que l’apparente irrationalité de Trump est tout à fait calculée et qu’il gère sa relation avec Poutine comme on gère des informations contradictoires à la corbeille.

On en vient presque à souhaiter que la CIA est bien derrière chaque dirigeant de l’OTAN, prête à les empêcher, en Hongrie ou en Pologne, par exemple, ou en dehors de l’OTAN, comme en Ukraine ou au Pakistan, de commettre l’irréparable, parce que, dans leur cynisme, ils restent rationnellement préoccupés par l’équilibre instable du monde -sinon, que pourraient-ils dominer?

Mais évidemment, aussitôt, on se rappelle leur incompétence manifeste dans nombre de dossiers (incompétence ou malhonnêteté? ou alors multiplicité des services entrainant ignorance par la main droite de ce que fait la main gauche?), l’incohérence de certaines actions… Evidemment encore, cela ne m’empêche pas de me souvenir que CIA, USAID, NSA sont derrière une quantité invraisemblable de crimes et de situations sociales et politiques désastreuses, en particulier sur le deuxième continent de ma vie: l’Amérique du Sud.

Donc, je disais “presque”.

Et puis, naturellement, après avoir -trop peu- considéré la situation des pays où l’on meurt encore régulièrement de la violence policière, de la faim, du manque de soins chroniques, de l’absence de normes sanitaires, des guerres plus ou moins civiles, de l’imposition des règles du marché et de la concurrence “libre et non faussée” qui ruinent la société agraire et forcent les gens à se vendre à quelques cents de l’heure dans des fabriques qui ne dépareraient pas dans l’Alost du XIXe Siècle, après tout cela, donc, il faut bien se pencher un petit peu sur nos malheurs belgo-belges.

La libéralisation des services publics, la fin des soins de santé à prix raisonnables, la division de l’enseignement non plus en deux, mais en trois, quatre, voire plus de niveaux de qualité, les transports en miettes, le gel des revenus, l’enfumage sur les salaires poches et sur la réduction du salaire brut, la politique sécuritaire sous prétexte de terrorisme, la poursuite du tout à la bagnole, totalement incompréhensible et irrationnelle, l’incohérence sur les argumentations obscures concernant le nucléaire, … On ne sait plus que choisir. A l’échelle de la crise brésilienne, je tiens à le dire, nos problèmes sont ridicules. Mais comme je suis belge, je tiens tout de même à poser ma petite humeur sur les axes de possibilités présentés par nos glorieux partis, Ecolo, cdH, PS, MR ou Defi, d’un côté, et leurs équivalents flamands de l’autre: ça tient dans un mouchoir de poche libéral et autoritaire, peu innovant dans une perspective à long terme et sans aucun intérêt si l’objectif est bien de servir de modèle au reste du monde.

La Belgique, à l’intérieur de ses contradictions communautaires -qui ont surtout pour objectif de nous faire oublier tout le reste-, suit avec un calme méprisable les préceptes capitalistes de l’Union Européenne.

Quand on connait un peu les Traités conclus au cours des décennies passées et les décisions du Conseil européen et de la Commission Européenne, on ne peut que le constater. Mais on doit aussi rappeler que nos gouvernants sont partie prenante de ces décisions, notamment du fait que ce sont nos ministres qui font partie du Conseil et que ce sont eux aussi qui se mettent d’accord sur la nomination des commissaires qui ont pour charge de mettre en forme le programme dressé par… les Etats.

La prochaine fois qu’un communicant gouvernemental vous fera le coup du “c’est la faute à l’Europe”, répondez-lui que son doigt, s’il était suffisamment long, en faisant le tour de la Terre, après être passé à travers la Commission, pointerait son dos.

Pour finir, une petite contribution à la polémique trop peu présente sur “néolibéralisme ou libéralisme?”. Le néolibéralisme, c’est le libéralisme à cent pour-cent sans concession, désireux de ne laisser aux Etats que leurs fonctions régaliennes. Bref, c’est le libéralisme rêvé par les puristes de la chose. Ce n’est certes pas l’idée d’Adam Smith, mais il ne faut pas oublier que ce dernier n’a fait que théoriser quelque chose qui existait déjà à l’échelle de certaines régions ou de certaines associations. Adam Smith avait sans doute le projet d’un libéralisme généreux, qui restait attentif aux déshérités et aux malchanceux (si, si, c’est prévu dans ses textes). Il avait sans doute le souci de convaincre le plus grand nombre. Smith faisait le pari d’un lectorat le plus large possible, alphabétisé, désireux de se lancer dans l’entreprise, à une époque où le salariat n’était pas encore la norme et où l’usine n’était pas l’enfer qu’allaient connaitre la toute grande majorité des ouvriers anglais un siècle plus tard. Il faut remettre Smith dans son contexte. De même qu’il faut remettre les néolibéraux dans le leur. De là à devenir keynésien, il n’y a qu’un pas -que je ne franchirai pas, comme vous vous en doutez.

Juan et les Picaros

Tuesday, August 22nd, 2017

« [Les voitures du pouvoir] réintroduisent cette variabilité, cette légère terreur dont ont besoin tous les pouvoirs pour, en sus des dispositifs paternalistes, réaffirmer leur autorité par l’angoisse.

picaros

Légères et lourdes à la fois, mystérieuses et insaisissables, ne respectant aucune des règles de la circulation, ces voitures et cortèges volant à toute vitesse nous rappellent l’existence d’une entité supérieure dans notre quotidien le plus banal. Elles peuvent surgir à n’importe quel moment, écraser en toute impunité. Elles n’ont ni nom, ni véritable identification.

voiture-officielle

Elles sont muettes, invisibles, inquiétantes. Elles ont les vitres teintées. Seules, elles sont comme des balles, nous rappelant le droit à l’arbitraire, les limites de notre liberté et de notre maitrise de l’espace. Jointes, elles forment un ensemble hypertrophié qui touche à l’absurde, se paralysant de lui-même, parabole de tant de régimes autoritaires.

president-coty

Comme tout dispositif de propagande, son exagération en fait apparaître le ridicule et la fragilité. Mais aussi le privilège affiché de pouvoir l’être impunément, le temps que ça ‘tienne’. »

president-kennedy

Juan Branco, L’ordre et le monde. Critique de la Cour Pénale Internationale, Fayard, 2016, p. 162

terrorisme vs terrorisme

Wednesday, May 24th, 2017

Je suppose que d’autres y ont pensé avant.

J’y pense à chaque attentat attribué aux forces djihadistes et associées, genre Daesh, Al-Quaeda et compagnie.

Je reviens sur les actes qualifiés de terroristes depuis, mettons, deux cents ou deux cent trente ans.

Je reprends les attentats des Brigades Rouges, de la Bande à Baader, d’Action Directe, et je les mets en parallèle avec ceux des partisans de la politique de la tension, Gladio ou les Tueurs du Brabant wallon, notamment. Les premiers n’effrayaient pas la population, mais bien les riches, les politiques et les forces de l’ordre. Les seconds avaient pour objectif de terroriser la population pour créer un tel état de tension que l’Etat s’en serait trouvé légitime d’imposer des mesures d’oppression sous couvert de sécurité.

unita-bologna

(Attentat à la bombe à la gare de Bologne en 1980, dont les responsables sont liés à un groupuscule ouvertement néo-fasciste italien; 85 morts, 200 blessés)

La méthode terroriste a aussi été utilisée par la mafia, en certaines occasions, comme lorsqu’elle fit exploser tout un pan d’autoroute afin d’exécuter un seul homme de la manière la plus spectaculaire, avec l’objectif d’épouvanter la population. Mais si les Italiens en furent effectivement choqués, l’effet a été presque contraire aux voeux de la mafia, puisque la population réclama par la suite plus de moyens dans la lutte contre le crime organisé.


falcone1

(assassinat de Falcone, 1992: 5 victimes, 10 blessés)

Plus ambigus sont les mouvements nationalistes en Espagne ou en Irlande du Nord, que l’on pourrait cataloguer parmi les activistes de la décolonisation. Certains mouvements, surtout en Afrique et en Asie, menèrent à de véritables guerres, d’autres se firent moins violemment. Pour autant, des attentats furent commis, touchant parfois des lieux populaires, tel en Algérie un dancing fréquenté par des jeunes métropolitains. Il y a sûrement des parallèles à faire entre ces attentats, que condamnait Camus, que comprenait déjà plus Sartre, et ceux qui égrènent le processus de non-paix au Moyen-Orient.

Les mouvements de décolonisation sont spécifiques à chaque situation, chaque période et chaque métropole. L’Inde et le Pakistan ont leur histoire propre qu’il faudrait analyser spécifiquement. Mais globalement, je pense que le récit ne change guère des éléments ici développés. De même qu’il faudrait un texte spécifique pour chaque mouvement s’opposant aux régimes en place en Amérique Latine.

Durant la 2e guerre mondiale, les attentats visaient les forces occupantes et les collaborateurs. Les résistants étaient appelés terroristes par l’administration nazie. Mais ce n’étaient pas eux qui terrorisaient la population…

Les attentats attribués aux anarchistes visaient des personnes bien précises, se focalisent sur des juges, des procureurs, des politiques. Leur message était clair: pointer du doigt la classe opprimante de la société. Une exception: celle des illégalistes; dans leur esprit, il ne s’agissait pas d’effrayer, mais de se réapproprier les biens spoliés par les bourgeois. Par ailleurs, ils s’attaquaient essentiellement aux beaux messieurs et à leurs serviteurs (domestiques et forces de l’ordre).

1893-23-decembre-le-petit-journal-la-dynamite-a-la-chambre-attentat-anarchiste

(Attentat à la Chambre par Vaillant, 1893: quelques blessés. Les médias débiles existaient déjà à l’époque. Coïncidence? Leur titre principal s’appelait “Le petit journal”)

A la même époque, surgissent les anarchistes nihilistes russes, souvent associés aux courants évoqués dans les lignes précédentes, et les militants nationalistes, aux objectifs totalement opposés. Si les nationalistes reprennent les méthodes des anarchistes, et visent des personnalités particulières, ils ne partagent pas nécessairement les objectifs égalitaristes des anarchistes. En cela, ils peuvent être associés à l’assassin de Lincoln: ce sont des meurtriers par idéal dont l’espoir est d’influer par des actes individuels sur la politique générale.

Les attentats contre les sommités, Napoléon III, le duc de Berry ou Napoléon Ier, visent des personnes en particulier, cherchent à avoir un effet direct sur la politique en en supprimant ce qu’ils estiment être les pièces les plus importantes de l’échiquier. Glissons sur les parallèles des attentats contre de Gaulle, Kennedy, Ghandi, etc.

assassinat_duc_de_berry

(Assassinat du duc de Berry, 1820; j’adore celui-ci: j’essaie d’imaginer comment Louvel (un ouvrier réputé bonapartiste) est parvenu à se glisser entre tout ce beau monde sans éveiller les soupçons: on devrait s’en inspirer)

Il faut encore remonter pour rappeler les assassinats et tentatives d’assassinats à l’époque de la révolution françaises: Lepeletier de Saint-Fargeau est peut-être la première victime républicaine d’un acte terroriste. Député de la Convention, il venait tout juste de voter la mort de Louis XVI, qui allait être guillotiné le jour suivant. Marat sera ensuite assassiné par Charlotte Corday, elle aussi pensant pouvoir arrêter naïvement le cours de l’histoire en tuant l’homme qu’elle croyait à l’origine du sang répandu. L’année suivante, Robespierre et Collot d’Herbois sont les cibles d’une double tentative d’assassinat (présumée). Détail intéressant: Robespierre considérait -peut-être à raison- que cette double tentative faisait partie d’une machination plus large pour le discréditer et justifier la contre-révolution. Laquelle finit d’ailleurs par arriver.

lepeletiersaint-fargeauassassination

(L’assassinat de Lepeletier de Saint-Fargeau, le 20 janvier 1793. L’intérêt principal de ces gravures de la fin du XVIIIe Siècle est surtout de nous donner une idée des lieux représentés)

La Terreur -qui n’exista pas réellement, selon Jean-Clément Martin; qui fut même une invention après-coup, selon Hervé Leuwers-, était ce phénomène complexe dont l’objectif, lorsqu’elle était rouge, était de décourager les ennemis de la Révolution et, lorsqu’elle était blanche, avait l’objectif rigoureusement inverse. Il serait intéressant d’analyser en profondeur ces moments tragiques de l’histoire de France, tout en les recontextualisant par rapport à la période précédente (l’Ancien Régime, qui se manifestait par une moyenne de plusieurs centaines d’exécutions par an) et à la réaction contre-révolutionnaire. Mais ce texte prendrait des proportions insupportables.

On peut discuter à l’infini sur les motivations de tous ces auteurs, mais une chose est certaine: il n’y a eu, en Europe, que des terroristes d’extrême-droite pour abattre, aveuglément, le glaive, les balles, les bombes sur des groupes inoffensifs, avant l’arrivée des attentats qualifiés de djihadistes et liés aux courants Al-Quaida, Daesh, etc.

J’y pense à chaque attentat, et je le constate encore ce matin en lisant les nouvelles venues de Manchester.

S’attaquer à un concert de jeunes pour les jeunes, comme le fait de s’attaquer à des terrasses de café, des trains de navetteurs, des rames de métro ou des vacanciers dans un aéroport, outre évidemment le côté totalement inefficace de l’action (en quoi cela affaiblirait-il les positions stratégiques des agresseurs au Moyen-Orient? L’Otan se fiche complètement des victimes), outre le caractère éminemment, odieusement, pragmatiquement lâche de l’attaque (en s’attaquant à ce type de cibles, on évite le rapport de force, manifestement inégal dans d’autres occasions, mais on détruit des individus incapables de se défendre), ne peut signifier, dans l’esprit des auteurs, qu’une chose: oeil pour oeil, dent pour dent. Nous nous mettrons au niveau de vos avions qui bombardent nos villages, nos fêtes de mariage, nos écoles et nos hôpitaux; nous ferons pareil.

Les mouvements de gauche et les groupuscules anarchistes fidèles à leurs idées n’agissent pas de cette manière et évitent les attentats aveugles.

Si les gauchistes, les anarchistes avaient vraiment agi dans le même registre, ce n’est pas le patron de Renault ou le chef du syndicat patronal allemeand qu’ils auraient assassinés, mais leurs enfants; ce n’est pas Moro qu’on aurait retrouvé dans une voiture, mais des églises de beaux quartiers qui auraient sauté; ce n’est pas dans la chambre des députés que Vaillant aurait jeté une bombe, mais sur la place d’un marché.

Or, ce n’est pas ce qu’ils ont fait.

Death Porn

Friday, March 31st, 2017

L’exhibitionnisme n’est plus une maladie, mais la norme.

Qui ne s’exhibe pas devient suspect, sinon des autorités, au moins de l’audience générale.

L’inclusion est toujours plus excluante : qui n’est pas dedans est forcément dehors, et qui ne suit pas reste à la traine.

Le discours commun accompagne l’événement, et l’événement semble créé du discours commun. Illusion, mais généralisation d’un phénomène plusieurs fois centenaire, autrefois réservé à un espace relativement restreint, noblesse et cour, puis étendu à une classe, la bourgeoisie, qui, finalement, ne se distingue de la première que par un certain nombre de conventions et d’usages dont on discute la réalité1.

Ce phénomène de mode, de convention, fait de conformisme plus que de création, et d’exhibition de la personne plus que de l’individu2, s’est ensuite étendu à la classe moyenne. Et aujourd’hui, internet rend les choses plus rapides et plus immédiates. On partage des éléments de sa vie qui, autrefois, faisaient partie de notre intimité. Ce que nous portons, ce que nous achetons, les endroits où nous allons, sont partagés3, au sens qu’ils sont révélés, auprès de notre audience, dans le même esprit, mais à une échelle autrement plus importante, que ce que la bonne société faisait à travers les chroniques, les gazettes, puis les magazines qui en racontaient -et en racontent encore- les péripéties.

Mais ceci s’étend à des domaines auxquels on aurait pu ne pas s’attendre : si la dernière coiffure ou la couleur des ongles récemment adoptée ne surprennent plus, on peut s’étonner de la floraison des photos rapidement prises des plats préparés chez soi ou commandés au restaurant avant d’être mangés, et qui sont diffusés sur la toile bien avant leur digestion.

C’est tout juste si l’on ne pourrait pas supplier l’auteur des photos d’épargner sa nourriture tant la vitesse de partage a atteint des sommets.

L’internet sans fil disponible dans les restaurants permet d’éviter le décalage temporel entre l’exhibition et l’ingestion. Une boisson surmontée d’un petit parasol, une paire de gants ou de chaussures, achetées, consommées, ne sont pas moins fréquentes.

Les poètes anti-consuméristes ne sont pas en reste. « Une pierre, un arbre, un nuage » (C. McCullers) peuvent aussi servir de prétexte à un partage, sans doute plus gratuit, mais pas moins révélateurs d’un besoin d’exister aux yeux des autres non pas à travers un discours, un travail ou une pensée, mais via un élément hors de soi que l’on s’approprie par sa fixation dans l’image.

Il peut y avoir de la beauté dans cette futilité aussi.

Mais dans le même temps, les médias télévisuels multiplient les expériences dites de télé-réalité. Les exploits des appartements fermés partagés par une douzaine de candidats éliminés un à un par des systèmes d’élection au moins aussi douteux, sinon plus, que ceux des campagnes politiques, ont laissé la place à une multitude de variantes : des plus exotiques, et conservant un système sélectif pernicieux mais balancé par des voix suaves et des debriefings4 permettant une catharsis ambiguë, aux plus inattendues, telles ces émissions qui proposent à une personne de l’aider à métamorphoser son apparence physique ou celle de son appartement, en passant par des concours de cuisine ou des comparaisons professionnelles. Le concours devient permanent, l’exhibition se généralise dans tous les domaines. On peut s’interroger sur la moralité de telles émissions, mais il faut reconnaître que dans une société qui valorise les relations marchandes, les échanges commerciaux et dénigre de plus en plus les échanges sociaux fondés sur la gratuité et les relations désintéressées, où le héros est celui qui gagne, et non pas celui qui aide, il est difficile de culpabiliser des producteurs qui proposent simplement à des milliers, voire des millions d’individus, de prendre sa part de célébrité, puisqu’il s’agit précisément de ce que la société moderne sociale-libérale propose comme principale possibilité d’accomplissement de soi. On est loin de l’idéal de recherche de bonheur que proposait la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen en 17895.

Reconnaissons-le, les jeux télévisés sont déjà très vieux et certains vainqueurs, par le passé, ont connu une certaine notoriété. Les compétences intellectuelles ou sportives étaient alors privilégiées, même si on peut s’interroger sur les critères d’excellence proposés par ces jeux, déjà. Puis, la chance, voire la fourberie ont commencé à être encouragés. La complexité des règles de certains jeux permet de faire gagner non pas celui qui sait plus ou fait mieux, mais celui qui a tiré les bonnes cartes. De nouveau, entre un principe méritocratique dont on peut discuter longtemps de la pertinence morale et une désignation par le sort d’un vainqueur, on ne sait trop à quoi donner sa préférence. Mais ensuite sont venus d’autres principes encouragés par ces jeux comme par les émissions de télé-réalité : le double-jeu, la traitrise, l’hypocrisie. Il s’agit d’éliminer l’autre avant qu’il vous élimine, quitte à réduire vos propres chances de victoire finale. Les affinités ou les intérêts communs passent au second plan, voire nous desservent. Forcément, les coups dans le dos se multiplient. C’est le règne de Loki, le dieu de la discorde. C’est le réflexe d’Apollon qui crache dans la bouche de Cassandre pour en dénigrer la parole. C’est la préférence de l’apparence au vrai. Il y a quelque chose de la tragédie grecque portée à son pinacle, mais surtout banalisée, généralisée, et, alors que le théâtre antique, lui, devait éveiller les spectateurs sur les excès à éviter, il semble que la télé-réalité cherche à nous inciter à la démesure et à l’orgueil. Non, plutôt à la vanité.

Et tout ceci de longue date est encouragé par des commentateurs, des animateurs, qui dédouanent le tricheur, voire encouragent ce qu’ils transforment en « beau geste ». Si tel joueur de football marque de la main, sans que l’arbitre ne le voie, il en est justifié par la cause qu’il défend, c’est-à-dire, bien sûr, non pas celle de son propre portefeuille, mais celle du pays qu’il propulse à l’étape suivante de la compétition. Si tel commentateur avait été irlandais et non pas français, dans un exemple célèbre, il n’aurait pu que condamner le geste du fauteur et réclamer la déchéance de l’équipe dont, dans notre dimension, il loue le jusqu’au-boutisme. Comment ensuite parvenir à un jugement cohérent lorsqu’il s’agit de responsables politiques ou de comportements des dirigeants de grandes entreprises ?

Perspectives.

Tout ceci ne nous dit pas vers quoi nous allons. La pornographie amateure, qu’on pourrait presque appelée « artisanale », si la pornographie professionnelle pouvait être qualifiée d’industrielle, devient le symbole des limites que l’on s’attend de mois en mois à voir franchir. J’avoue ne pas savoir laquelle des deux a précédé l’autre, de l’exhibition des plats au restaurant ou de celle des ébats sexuels. Mais c’est d’une synthèse des deux que m’est venue l’idée saugrenue qu’il ne m’étonnerait pas de voir surgir sur internet, voire à la télévision.

Peut-être cette idée est-elle plus révélatrice de l’état de démence de notre société que de mon propre état de santé mentale. Je ne suis guère qu’un historien qui tente d’observer le monde dans lequel il évolue en fonction du temps long, dans le souhait, d’ailleurs, que ce temps long l’emporte sur le temps court et sur l’immédiateté. Ce souhait, qui peut paraître arbitraire, est le produit d’une réflexion intellectuelle, que l’on retrouve chez des penseurs morts depuis longtemps, depuis Hegel, Marx ou Kropotkine, jusqu’à observateurs contemporains tels que Todd, Lordon, Onfray, Bricmont, Attali, etc. Des personnes qui ne sont pas sur la même longueur d’onde, donc, mais qui partagent au moins une chose : que la réalité ne se mesure pas sur le seul temps présent.

Prochaine frontière

La dernière intimité est peut-être aussi le dernier lieu de notre solitude.

Ce lieu, c’est celui de notre mort. On meurt solitaire. Que l’on agonise à l’hôpital, dans la compagnie d’autres malades et dans la sollicitude d’aides professionnelles, ou que l’on décède accidentellement chez soi sans avoir eu le temps d’appeler au secours, on meurt en réalité dans la solitude, parce qu’on est le seul ou la seule à mourir au moment où on le fait.

Même si l’on partage un accident de moyen de transport collectif ou si l’on meurt dans une bataille, la réalité du phénomène de la mort est qu’on ne la partage pas.

C’est sans doute ce qui fait qu’elle effraie le plus les hommes qui, généralement, n’aiment pas la solitude. C’est aussi sans doute a contrario pour cela que les plus stoïciennes d’entre nous, les moins pris par cette peur sont des solitaires, parfois misanthropes, même s’il s’agit parfois d’une façade de désillusion.

Mondragon allégorie de la mort

La mort est peut-être la dernière intimité. Et donc peut-être la prochaine barrière, la limite suivante qui sera franchie.

On peut l’imaginer sous deux profils différents.

Tout d’abord, sordide et crue, mais correspondant bien aussi bien à cette expansion de l’exhibition telle que nous la connaissons aujourd’hui, sans cependant exclure qu’elle suivrait un phénomène déjà très ancien. Monet peignait sa femme sur son lit de mort, Madame Tussaud réalisait des masques de cire à partir de masques mortuaires et les exposait au grand public, et ces masques mortuaires accompagnent les maisons depuis Agammemnon, depuis les cérémonies funéraires des Romains, qui exposaient les masques mortuaires des ancêtres à chaque enterrement. Les cérémonies américaines, « à cercueil ouvert », sont dans la même veine et ont sûrement une explication historique similaire. Demain, des sites nous proposeront des images, voire des films autour de morts, ou même d’agonisants. Il existe déjà des sites qui proposent aux proches d’un défunt de se recueillir ensemble autour de sa figure, mais ce n’est pas de cela qu’il s’agira. Généralement, ces sites ne proposent pas d’images du défunt dans son dernier état, mais plutôt des photos souvenirs de l’époque où il partageait notre histoire. En fait, ce que ces nouveaux sites proposeront sera la généralisation de ce qui a été réalisé pour Lénine pendant plus de septante ans, l’exposition de sa momie, combiné à ce que l’on a pu voir pour le pape Jean-Paul II : une véritable exhibition de son agonie pour le plus grand plaisir des béats qui s’imaginaient assister à une ascension en direct. Quel dommage qu’il n’y ait pas eu de mise en scène telle que celle imaginée par Dino Risi dans « le bon roi Dagobert », où, à la fin, Coluche, mort, est monté à l’aide de treuils vers le ciel.

Aux plus belles assiettes pourraient succéder les plus belles agonies ou les plus belles figures mortuaires. Et plus seulement pour les seuls princes, présidents ou artistes, mais pour madame et pour monsieur tout-le-monde.

Enfin, la mise en scène de ce genre d’exhibition rejoindra le cadre d’une émission de télé-réalité. Une demi-douzaine de familles s’affronteront autour, chacune, d’un parent ou d’une parente sur le point de quitter cette vallée de larmes. Il s’agira de rivaliser d’inventivité pour promouvoir, par des critères esthétiques ou spectaculaires, celui ou celle qui est sur le point de nous quitter, mais avec le sentiment d’avoir une dernière fois contribué à la pérennité de sa maison. Une forme de retour ponctuel de l’importance des familles, de la manse, de la domus telle que l’histoire et l’anthropologie nous la présentent dans son importance à travers le temps et l’espace. Il y aura une forme de revanche un peu futile de la vieille ennemie de l’individu à travers cette émission6.

La mise en scène de la mort ne serait ni une nouveauté ni quelque chose d’incroyablement choquant. Mais notre société de consommation avait pris l’habitude de reléguer la mort à des espaces et des temps relativement restreints et isolés. On est loin de l’époque où le cimetière entourait l’église qui se trouvait au centre du village. Les cimetières ont progressivement été évacués des villes7.

Ce genre d’émission en arriverait à permettre des situations paradoxales, où deux mourants se faisant face pourraient être amenés à compatir l’un pour l’autre. Le premier mort aurait ainsi le privilège d’assister (presque) à la mort de celui ou celle qui mourra après lui. Jusqu’ici, le philosophe pouvait dire que la mort n’arrivait qu’aux autres, puisqu’on n’assistait jamais à la sienne propre, mais désormais, on pourra en direct visionner les images de sa propre agonie. On ne sait trop évidemment dans quel état, mais le sordide peut-il avoir des limites ?

  1. Joseph Morsel, dans son livre, L’aristocratie médiévale (Ve-XVe Siècle), Armand Colin, 2011, montre avec talent -même si j’ai des doutes sur quelques passages- que ce que nous appelons bourgeoisie, vue de notre temps, et réalité d’ancien régime, accompagne le pouvoir aristocrate, s’y greffe et s’y confond en grande partie. []
  2. En droit romain, la personne possède, l’individu existe. []
  3. Bien plus que ce que nous faisons. []
  4. Comme pour “Death porn”, je n’ai pas cherché de version française pour ce terme. []
  5. Et de la Constitution américaine. []
  6. Des émissions de jeu proposaient d’ailleurs ce type de promotion, où des familles s’affrontaient dans des épreuves amusantes. Mes souvenirs en remontent aux deux dernières décennies du XXe Siècle, mais je suppose que, ci ou là, le fait existe encore. []
  7. Je viens de lire que celui de Monaco a quitté le Rocher dans la décennie même où la Principauté adopta ce qui allait faire sa fortune, le tourisme et le casino, vers 1860. Ce n’est donc pas si ancien. Vienne avait exclu ses cimetières quelques temps avant la mort de Mozart, par souci d’hygiène. Quand on voit une ville tentaculaire comme São Paulo, on est en droit de se demander ce qui arrive aux défunts qui ne sont pas incinérés. Les Romains nous ont laissé des routes qui font penser un peu à l’idée exposée ci-avant : un étalage de tombes et de monuments mémoriels nous rappellent que nous sommes vivants et que nous allons mourir. Si les pierres tombales ont longtemps été le privilège des personnes aisées, voire riches, il arrive qu’elles nous cherchent à nous rappeler que le défunt continue de vivre avec nous. Les gisants se redressent, redeviennent altiers et s’exposent dans le meilleur de la forme de qui ils représentent []

Etre obligé de se justifier, etc. III

Monday, March 6th, 2017

Suite de ceci.

Depuis 2011, la guerre a ensanglanté la Syrie, l’Irak et d’autres lieux, périphériques ou non, pour des raisons qui se situent dans le Croissant fertile.

Je ne sais pas qui me dira le vrai de la guerre au présent; je ne suis pas plus capable de rejeter ou d’entériner un témoignage quel qu’il soit, qu’il s’agisse d’un journaliste de grand média, d’un reporter indépendant, d’un civil sur place, d’un civil émigré et réfugié chez nous. Toute personne est présumée de bonne foi jusqu’à preuve du contraire: je crois fermement dans ce principe, du moins tant qu’il s’agit de justice. Mais, en tant qu’historien, je ne peux que soumettre tout témoignage aux filtres de la critique historique.

Or, ces filtres sont à la fois nombreux et exigeants.

Il ne s’agit pas seulement de douter de la bonne foi du témoin, diplomate ou habitant d’une ville bombardée, général ou journaliste, mais aussi de poser la question de la partialité de son témoignage.

Ensuite, il faut rappeler que chaque témoin n’a pu qu’assister qu’à une portion étroite de la réalité que constitue une guerre. Le témoignage, outre partial, ne peut être que partiel. Il faut donc en cumuler de nombreux, souvent contradictoires, pour envisager une vision d’ensemble.

En outre, l’interprétation des faits auxquels chaque témoin a assisté peut être faussée par des éléments de mise en scène, des mensonges, des masques. La guerre de Mandchourie a été déclenchée par un attentat ferroviaire attribué à un camp et en réalité fomenté par un autre. Les provocations telles que la canonnière du Nankin, la dépêche d’Ulm, le couloir de Dantzig, l’appel à l’aide des Eduens, etc. Dans le cas syrien, les deux parties attribuent à l’autre les mêmes faits criminels. On sait tout de suite de quoi je parle.

Enfin, et ce filtre n’est pas le plus mince, la guerre crée des moments de stress incomparables, des situations extrêmement vives, ne permettant pas d’asseoir un témoignage sur une sereine ataraxie, mais aussi des traumatismes violents qu’il serait pour le moins maladroit de laisser de côté.

Quadruple raison pour laquelle le jugement à chaud de la situation d’une guerre ne saurait être légitime pour produire une réaction en rapport avec le juste.

Ce n’est pas parce qu’un témoin, en toute bonne foi, attribue à un camp tout le malheur qui s’est abattu sur sa famille que cela nous légitimerait à prendre parti contre ce camp et, a fortiori, en faveur d’un second camp. Pour un témoin dans un sens, on en trouvera un dans l’autre. Par ailleurs, le premier témoin, toujours de bonne foi, aura pu assister à une toute petite séquence de la guerre qu’il subit. Dans chaque guerre, les armées sont composées de soldats capables d’agir dans des sens très opposés. Peut-on imaginer qu’il y a autant de militants sincèrement égalitaires d’un côté que de l’autre? Et si je me trompe, cela signifie qu’une moitié des personnes que je connais et qui ont pris parti pour un côté mus par ce sentiment se trompent.

Il ne s’agit pas ici de prétendre à une neutralité confortable ou munichienne. Le prétendre est se tromper, voire tromper. La neutralité, d’ailleurs, n’est jamais confortable, car elle s’attire les foudres des deux côtés.

N’allez pas croire que je n’ai aucune empathie pour les images qui nous arrivent de Syrie ou pour les témoignages oraux ou écrits. Mais aucune autorité déléguée n’apparait légitime pour obtenir moyens, armes ou hommes dans le conflit en question, tant les parties y sont floues et discutables. Il y a des communistes du côté d’Assad, des Kurdes au milieu, des militants légitimes de l’autre côté. Mais surtout, il y a de tous côtés des pions dangereux et illégitimes, des arrivistes et des criminels, des éléments arrivés d’autres côtés de la frontière syrienne et dont les motivations ne sont ni démocratiques, ni libertaires, ni égalitaires. Les alliances se renversent, les cibles changent, les civils souffrent au milieu. Les sondages, les enquêtes, les humanitaires lancent des messages contradictoires.

Je ne prétends pas non plus me laver les mains de tout cela. J’écoute souvent des avis qui ne sont pas les miens. J’ai changé d’opinion sur bien des sujets ces vingt dernières années, et je ne prétends pas avoir raison sur tout. Mais je pense avoir toujours été et être encore fidèle à mes valeurs de gauche, de liberté et d’égalité, sans lesquelles je me sens démuni de mon identité.

La réalité de la Syrie n’était pas très différente de la réalité du Congo, par exemple, au moment de son explosion. L’état de la Syrie d’aujourd’hui n’est pas très éloignée de celui de bien d’autres régions où l’Otan et ses affidés sont intervenus. Des millions de gens souffrent, sont exilés, blessés, mutilés, tués. Des millions d’individus. Mais c’est le cas dans de nombreuses régions du monde, et il semble que seules certaines doivent faire l’objet de nos foudres vengeresses. Ces plaintes sélectives n’ont aucun sens.

Etre obligé de se justifier de toute une vie de gauche (II)

Thursday, March 2nd, 2017

Suite de ceci.

La guerre civile n’est que très rarement… une guerre civile.

Une guerre civile, ce n’est pas une révolution. Par ailleurs, par guerre civile on entend avant tout une guerre qui oppose des parties de la population d’un pays à d’autres parties de cette même population. Or, ce genre de concept est difficilement adaptable à la situation complexe d’une réalité historique. Y’a-t-il eu guerre civile en Vendée en 1793? Il faudrait retirer toute ingérence extérieure et, notamment, couper le conflit vendéen des agressions prussienne et autrichienne à l’Est. Or, il n’y aurait pas eu de guerre en Vendée sans la déclaration de guerre d’avril 1792 et la levée en masse girondine qui s’en suivit. Guerre civile en 1917-1921? Si l’on exclut l’intervention des forces “alliées”, françaises et anglaises surtout, alors, soit. Mais est-ce crédible? Guerre civile, la guerre de Trente Ans? A condition de considérer les principautés germaniques comme un tout et l’intervention des Français comme négligeable. Guerre civile, celle de César contre Pompée, qui eut lieu partout sauf à Rome?

Et puis 1936, Espagne: guerre civile? Aucune intervention extérieure? Si, mais précisément la noblesse -jugement de l’histoire- des Brigades Internationales n’a-t-elle pas été de n’être bénie par aucun Etat? Coïncidence de l’histoire? Serait-ce que la seule intervention d’Européens dans une guerre qui trouve grâce à mes yeux doive n’avoir obtenu l’aval d’aucun gouvernement? Ou bien est-ce le contraire: la seule intervention louable et justifiée -bien qu’ayant essuyé un échec cuisant- ne pouvait, du fait de la justesse de ses motivations, ne trouver aucun appui des Etats qui se disaient démocratiques et qui craignaient en réalité un gouvernement qui l’était (admettons).

Or, et de toute façon, nous n’avons pas affaire, en Syrie, à des joyeuses bandes de Brigadistes désireux de soutenir un gouvernement républicain de gauche, limite anarchiste, à l’instar de ce qui se produisit en Espagne en 1936.

Certes, parmi les combattants à l’oppression de Bachar el-Assad, il ne peut manquer d’y avoir des militants sincères d’une société juste et égalitaire, voulant rassembler les Syriens dans une grande nation souveraine et démocratique (et donc échappant aux influences des puissances régionales, voire mondiales). Mais en quelle mesure, et dans quelles proportions, cependant, s’exprimeraient, à notre grande joie ces combattants de la liberté sur la place inversement proportionnelle de la religion et de la femme, naturellement, quand on voit ce qu’ont réalisé les révoltes anti-soviétiques en Afghanistan ou ce que sont devenus les droits des femmes dans les chefferies libyennes après la mort de Khaddafi.

Mais qui suis-je encore pour juger du choix des peuples à préférer enfermer leurs femmes dans des sacs? L’Afghanistan n’est-il pas meilleur aujourd’hui que sous le joug soviétique? Et la Libye n’est-elle pas débarrassée avec profit de son tyran? Ironie, ironie…

Procès d’intention indigne de ma part! Il existe des laïques féministes qui se dressent vaillamment contre le régime de l’infâme Bachar, lequel, pourtant, s’il n’est sans doute pas féministe, n’a jamais été enclin à s’appuyer sur une vision de la religion pour imposer son régime de fer. Il en aurait été malvenu, tant la minorité dont il est issu est… minoritaire. Pour autant, je réclame des chiffres: quelle proportion de laïques, égalitaires et syriens désintéressés parmi ces occidento-proclamés rebelles?

La réalité de la guerre réputée civile syrienne, c’est qu’une bonne partie du monde, tant issue de la région médio-orientale, que de la “communauté internationale” (celle de l’OCDE, du FMI et surtout de l’OTAN, et donc à l’exclusion de trois quarts de la population mondiale1 ), est intervenue dans ce conflit d’une manière ou d’une autre.

Des soldats du régime Assad n’ont-ils pas été bombardés “par erreur” par les forces de l’OTAN en 20162? On a aussi parlé d’officiers britanniques, israéliens, turcs et saoudiens présents sur le terrain. Pourquoi les Américains ont-ils demandé l’été dernier d’épargner Al-Nosra dans leurs bombardements? Est-ce d’ailleurs vrai? Ne suis-je pas intoxiqué par des agences russes? Pourquoi le Figaro alors s’en faisait-il régulièrement l’écho? Peut-être parce que Dassault espère encore vendre son matériel à l’infâme nouveau Tsar?

Le genre d’information qui s’égare dans les rédactions, guère confirmées, ni démenties…

(à suivre)

  1. Aucune intervention sud-américaine, chinoise, indienne, et je ne me rappelle guère de mouvements africains interventionnistes, sinon du côté des Islamistes. []
  2. Il semble que des avions russes viennent de rendre “la pareille” en ce début de mars 2017, mais c’est une pure coïncidence: mon papier était déjà presque terminé en décembre. []