Archive for the ‘Brésil’ Category

Brésil, un petit état des lieux en cette fin d’année 2017

Wednesday, October 25th, 2017


Non, ce n’est pas un vampire pris à la lumière du jour, mais l’actuel président du Brésil, Michel Temer.1

Imaginons qu’un acteur de films pornographiques vienne un jour dans un programme de variété quelconque expliquer qu’il a profité d’un bon moment dans les coulisses pour avoir une relation sexuelle avec une chanteuse ivre qui ne se rendait compte de rien… Rires sur le plateau et, peu après, l’acteur est invité par un ministre pour une franche discussion sur d’autres sujets…

Scénario complètement fou? Délire d’auteur de séries sans intérêt? C’est pourtant exactement le fil d’un fait réel au Brésil, même si j’ai changé la profession de la chanteuse; la victime était une prêtresse de Candomblé2 en état de transe lors d’un rite religieux, et non une chanteuse rencontrée dans les coulisses de l’émission.

Qu’importe: tout le reste est exactement tel que je viens de le raconter: le ministre de l’éducation du gouvernement de Michel Temer, Mendonça Filho a reçu l’acteur qui s’était vanté de ses exploits, pourtant criminels, à la télévision, ce qui est également, en droit brésilien, un crime.


A gauche, Alexandre Frota, en compagnie, au centre, du ministre de l’éducation Mendonça Filho à qui il a “pu donner des idées pour le pays qu’il aime”. Cliquer sur la photo pour agrandir.

L’ancienne ministre des droits des femmes sous le gouvernement de la présidente Dilma Rousseff a désavoué publiquement à la fois l’acteur et le ministre, qualifié l’attitude de Frota d’apologie du viol et a été condamnée à verser à ce dernier 10.000 R$ au titre de dommage moral. Il semble qu’abuser d’une femme qui n’est pas en état d’approuver ou de refuser un acte sexuel ne soit plus un viol au Brésil.

Aux dernières nouvelles, la décision vient d’être inversée en appel. Pour autant, la culture machiste du viol, admise par les mâles blancs descendant des esclavagistes (Le Candomblé est d’ailleurs culturellement très attaché aux esclaves arrivés sur le sol brésilien) a de beaux jours devant elle. Cet épisode, qui est loin d’être un accident isolé, illustre la pente glissante sur laquelle se trouve le Brésil depuis la chute de Dilma Rousseff, dite Dilma, et de son prédécesseur Luis Ignacio da Silva, dit Lula. Non pas que la situation était idéale, entre 2002 et 2016, mais les gouvernements d’alliance travailliste étaient parvenus à inverser quelque peu la tendance générale de l’impunité des riches et de la punition des pauvres au Brésil.

J’étais un opposant du gouvernement, lorsque je vivais au Brésil (entre 2007 et 2011), mais pour les raisons diamétralement opposées à celles des hommes blancs et riches qui les ont renversés -car, désormais, avec la condamnation en première instance de l’ancien président Lula, ce n’est plus seulement Dilma qui a été renversée, mais aussi le favori annoncé des prochaines élections, en 2018, si jamais elles ont lieu, qui ne pourra s’y présenter. J’étais un opposant car j’estimais que le gouvernement brésilien avait une occasion en or d’en faire beaucoup plus pour les pauvres, les noirs, les indiens, les femmes, bref toutes les minorités. Fatigue du compromis de ma part, sans aucun doute. Le fait est que Lula et Dilma gouvernaient en collaboration avec des partis conservateurs dont ils ne parvenaient pas à se dépêtrer. Ce sont ces partis qui se sont ensuite débarrassés de Dilma l’an dernier et qui tentent d’emprisonner maintenant Lula.

Les manifestations jaunes et vertes peuplées de blancs bien éduqués qui désiraient ne plus devoir payer les cotisations sociales de leurs employés domestiques (2015-2016) (Rovena Rosa/Agência Brasil). Cliquer sur la photo pour agrandir.

Les responsables du coup d’État parlementaire de l’an dernier sont globalement liés à cette caste bien (peu) pensante, grand bourgeoise, qui ne représentent et ne servent qu’eux-mêmes et leurs petits cercles d’amis: les énormes exploitants agricoles, les hyperaffairistes3 , les religieux tant catholiques que protestants4 et, bien sûr, leurs partenaires étrangers, exploitants miniers, acheteurs de bovins, de céréales et autres biens primaires, grandes entreprises pétrolières, sans oublier les diplomaties européennes et américains qui commençaient à se fatiguer de la caution démocratique des BRICS.

Ce ne sont que grands pas en arrière successifs qui se multiplient, depuis que Michel Temer, l’ancien vice-président de Dilma, accablé pourtant par les affaires de corruption bien plus que la femme grâce à qui il a obtenu ce poste, a pris les rênes du pays, sous la double pression d’une opinion publique qui le rejette en masse5 et de ses “amis”, qui ont contribué à le mettre où il est et qui le menacent sans cesse d’une nouvelle procédure d’empêchement s’il n’obéit pas à leurs revendications6. Michel Temer, bien heureux d’être encore au sommet de l’Etat, est en réalité entre les mains des milieux parlementaires qui attendent de lui qu’il défende tous les reculs sociaux et environnementaux de leurs différents programmes.

Les droits du travail reculent désormais. Ainsi, les maigres acquis des employées et des employés domestiques, qui étaient au centre des indignations des manifestants blancs anti-Dilma l’an dernier, lesquels se plaignaient de devoir payer les droits sociaux de leurs bonniches. La plus grande partie des personnes concernées sont des femmes, et la moitié d’entre elles sont noires. Certaines parvenaient à envoyer leurs enfants dans les mêmes écoles que celles des enfants de leurs patrons sous Lula et Dilma. “C’est ça qui incommodait l’élite blanche”, dénonce la rappeuse Preta Rara.


Cette photo, symbolique, représentant un couple de manifestants anti-Dilma accompagnés par leurs enfants en landau poussé par la gouvernante sous-payée, a fait le tour de la toile brésilienne peu avant les Jeux Olympiques de 2016.

Par ailleurs, les droits des populations les plus faibles baissent et les agressions à leur encontre se multiplient: quilombolas, favelas, mais aussi populations indiennes périphériques sont constamment agressées. Ainsi les normes de travail esclavagiste définies par la loi ont été redessinées par une circulaire à l’avantage des, hm, employeurs et la chasse aux esclavagistes a été restreinte.

On se figure difficilement, vu d’Europe, ce qu’est la situation des travailleurs non protégés au Brésil. Les luttes syndicales sont certes possibles dans les villes et les centres industriels, mais la situation est bien différente pour les travailleurs isolés (tels que les employées et employés domestiques), dans les petites villes et les centres de production éparpillés sur toute la géographie du pays. La circulaire émanant du ministère du travail, dont je parlais plus haut, est tombée récemment dans le débat public: une cour de justice chargée de s’assurer de la bonne constitutionnalité des lois a retoqué le texte, mais le ministre Nogueira le maintient car, selon lui, il clarifie le travail des contrôleurs. Un grand nombre d’observateurs extérieurs estiment que ce texte rapproche le Brésil de la période qui a précédé l’abolition de l’esclavage et on se demande parfois jusqu’où ce gouvernement -adoubé, dois-je le rappeler, par la “communauté internationale” (enfin, les USA et l’UE)- sera capable d’aller.

Le président lui-même s’est récemment exprimé sur le sujet de manière parfaitement honteuse selon des normes purement libérales, si on y songe7.

Qu’on ne s’y trompe pas: même sous Lula ou Dilma, il ne faisait pas bon être noir, indien, pauvre, femme, etc. C’est évident. Mais les choses soit allaient vers un mieux progressif, soit stagnaient péniblement. Aujourd’hui, la contre-attaque, une espèce de Contre-Réforme conservatrice, issue des partis notoirement libéraux conservateurs (PSDB, PMDB, DEM, etc.8 ) et de leurs affidés plus petits, y compris du ridicule parti de madame Marina Silva, la célèbre caution verte, coincée dans ses idées évangéliques conservatrices, et dont l’attitude déçut à plus d’un titre l’an dernier, cette Contre-Réforme tente d’écraser le plus fort et le plus vite possible tout ce qui a pu être construit durant les “années PT”. Nous en sommes peu informés en français. Il est vrai que nous avons tant de distractions de notre côté: n’est-il pas plus amusant de condamner le chavisme et l’attitude des Russes, de l’Iran et de la Corée du Nord que de dénoncer ces merveilleux sociaux-démocrates du PSDB de retour aux affaires au Brésil?

Dans la ville de São Paulo, qui est celle que je connais le mieux, la situation s’est considérablement dégradée avec l’arrivée d’un “homo novus”, une espèce de météorite macro-trumpienne, un mélange de Justin Trudeau et de héros de téléréalité, le nouveau prefeito (maire) de la ville, João Doria; ancienne star de la télévision, entrepreneur à succès, présentant beau, faisant jeune, Doria est arrivé à la politique -en apparence- tout dernièrement, gagnant en 2016 la première élection à laquelle il participait. Il est devenu, dans les faits, un des hommes les plus puissants du pays, puisque São Paulo est le moteur financier et l’une des principales locomotives industrielles du Brésil.


Apprenez à connaitre son visage: vous risquez de le voir souvent à partir de 2018, si Lula ne peut pas se présenter. Cliquez pour agrandir l’image (si vous l’osez).

Son parcours n’a pourtant rien d’hasardeux: il influait déjà dans l’ombre sur la politique du pays et son carnet d’adresses dans les milieux libéraux conservateurs est gigantesque. Sa présence continue dans les médias devrait rappeler les belles heures des élections françaises de 2007 et 2017. Ses positions politiques affichées charrient le chaud et le froid: favorable au mariage homosexuel mais opposé à l’avortement, plutôt ouvert au désarmement de la population mais contre toute tolérance sur la question des drogues, c’est en réalité une machine à suivre les indicateurs de l’opinion publique. En réalité, dès qu’il est arrivé à la tête de la ville, son regard s’est porté vers le Planalto (la résidence présidentielle) qui a probablement été dès le début son objectif.

Critiqué même à l’intérieur de son parti, surtout par certains caciques, pour sa gestion atypique, il contre-attaque sans pitié et se moque de ces anciennes figures, dont il a pu se servir, mais qu’il peut désormais jeter. Il s’est récemment distingué sur un sujet particulièrement audacieux: avec l’aide d’une organisation plutôt nébuleuse, la Plataforma Sinergia, manifestement liée aux entreprises de reconquêtes catholiques des âmes perdues au bénéfice des églises protestantes évangéliques, João Doria, lui-même catholique, a proposé le développement du projet “Farinata”, dont l’objectif est de nourrir les habitants trop pauvres de São Paulo.

Jusqu’ici, évidemment, on ne saurait trop l’y encourager. Mais tout est dans le “comment”. La Plataforma Sinergia se propose de rassembler tous les invendus des bars, restaurants, supermarchés, etc. sur le point de passer la date limite de péremption, d’en faire des espèces de biscuits uniformes aux qualités nutritionnelles douteuses et de les distribuer gratuitement. Selon Doria, la ville remplirait ainsi son devoir civique d’éviter la mort par inanition de ses concitoyens les plus démunis, et ce pratiquement sans coût pour les contribuables. On pourrait même arguer d’un avantage environnemental par dessus le marché.

Je vous laisse juge de la pente sur laquelle ce bienfaiteur d’un nouveau genre nous propose de glisser.


Comment ça, j’exagère?

Le même Doria fait partie d’une clique de super-riches qui préparent les prochaines élections avec un “Fonds citoyen” alimenté par de l’argent venant de grands entrepreneurs et chargé de soutenir le prochain candidat présidentiel qui défendra leurs intérêts.

Cette information est encore relativement discrète et peut-être ne lui accorde-t-on pas toute l’importance qu’elle pourrait avoir. Il s’agit sans doute de la parade à une éventuelle sortie judiciaire favorable à Lula, qui pourrait, dans ce cas, se présenter à nouveau. Or, l’ancien président, surnommé par ses adversaires “la grenouille barbue”, est toujours le favori de la population brésilienne dans les couches les moins aisées, et les riches n’ont pas encore trouvé le moyen de les empêcher de voter.

C’est encore Doria qui avance l’idée de “vendre” le nom de certains quartiers de la ville -un avant-goût, sans doute, des baptêmes lucratifs de parcs, bâtiments publics et stades de football. Après tout, ce genre de phénomène existe déjà à travers le sponsoring d’événements sportifs. Doria ne ferait qu’étendre ce phénomène à des lieux publics. Un petit pas vers la privatisation des espaces théoriquement non aliénables…

On pourrait encore en rajouter sur le bonhomme, qui a fait passer à la trappe de nombreux acquis du précédent mayeur de la ville. Mais je vous sens un peu absent.

Ce petit mot juste pour vous dire que, non, la situation ne s’est pas stabilisée au Brésil après le coup d’Etat de 2016… Elle empire constamment.

  1. Source: le blog de Sakamoto, un excellent bloggueur, journaliste critique de gauche. []
  2. Une religion syncrétiste moyennement importante, mais culturellement appréciée au Brésil. []
  3. Qui ne gagnent de l’argent qu’en grande partie grâce à des politiques monétaires et bancaires injustes palliant leur incompétence globale en matière économique. []
  4. Evangélistes, principalement, mais pas seulement. []
  5. Il n’a jamais été élu pour lui même, mais en “ticket”. []
  6. La réalité, c’est que les “hommes riches blancs” qui occupent le pouvoir judiciaire actuellement tiennent les “hommes riches blancs” qui occupent les deux autres pouvoirs. La connivence n’exclue pas la concurrence et la soif de pouvoir. Il y a une véritable double force de complicité de classe et de concurrence féroce entre les individus qui occupent les postes de pouvoir au sein de l’exécutif, du législatif et du judiciaire. Les rares personnalités sincèrement préoccupées par l’intérêt général ne sauraient servir de caution pour toutes les autres []
  7. Voir à ce sujet divers articles du blog de Sakamoto; par exemple ici. Même l’ancien président Fernando Henrique Cardoso a souligné le caractère honteux de l'(in)action du président. []
  8. Pour un petit topo sur les partis qui n’a pas trop vieilli, voir ici. []

Echec à la reine, bis.

Tuesday, April 12th, 2016

Le même article que précédemment, mais réactualisé les 11 et 12 avril.

L’échiquer brésilien en 2016
_____________________________________________
_____________________________________________
20-21 mars 2016 – Thierry Thomas (notes complémentaires les 11 et 12 avril 2016)
__________________________________
L’actualité brésilienne est terriblement complexe à comprendre, surtout pour qui ne suit les événements que de loin et via les médias traditionnels européens. Il est difficile de vous donner toutes les sources dont je me suis servi pour rédiger les notes qui suivent. Cependant, vous pouvez en retrouver l’essentiel sur les sites repris en note de bas de page, outre, pour ce qui concerne les éléments institutionnels, Wikipedia (qui n’est pas une source en soi, mais une base de faits à vérifier)1.
**
**
Le Brésil est-il au bord d’une dictature du prolétariat ?
Non. Je n’irai pas jusqu’à dire « malheureusement, non ». Cela dit, il est bon de renverser un certain nombre de certitudes locales. Certains canards méritent qu’on leur casse quelques pattes.
A l’écoute de la RTBF2, à la lecture de quotidiens belges en ligne, le gouvernement de Dilma Rousseff tendrait dangereusement vers une forme autoritaire et corrompue, alors que des millions de courageux citoyens seraient descendus dans la rue pour défendre l’action d’un juge fédéral, auquel certains vont jusqu’à s’associer sous le slogan « Nous sommes tous Sergio Moro ».
Or, si cela ressemble à la réalité, ça n’en a que l’apparence.
S’il est vrai que le gouvernement Dilma Rousseff est actuellement secoué par une série de scandales, il faut savoir que la présidente elle-même n’est pas soupçonnée de quoi que ce soit, sinon de chercher à défendre son prédécesseur3.
Par contre, on ne parle pas beaucoup des membres des différents partis qui composent sa majorité actuelle et qui eux sont pleinement éclaboussés par des accusations de corruption, concernant notamment l’entreprise semi-privée, semi-publique Petrobras ; parmi les personnes concernées, en tête figure l’actuel président de la chambre des députés, Eduardo Cunha, ennemi intime de la présidente, et qui barre systématiquement toute possibilité de changements de législation vers la gauche.
Le plus « cocasse », c’est que nombre de ces personnages, députés, éclaboussés par l’opération judiciaire nommée « Lava-Jato »4, se trouvent en première ligne pour demander l’impeachment de la présidente (autrement dit, sa destitution « légale »).
**
**
Comment cela est-il possible ? Le gouvernement brésilien n’est-il pas de gauche.
Non. Il ne l’est pas. Il faut d’abord savoir que la présidente a beau avoir été élue au second tour avec plus de 50 pour-cent des voix exprimées, elle a dû, tout comme lors de son premier mandat, et tout comme son prédécesseur, Luis Inácio Lula da Silva, s’allier avec plusieurs partis de droite dure, le premier desquels étant le parti du vice-président, Michel Temer, mais aussi d’Eduardo Cunha, le PMDB5.
Sur 23 ministres, le PT et le PMDB en comptent 5 chacun. Mais ils n’auraient pas encore la majorité à eux seuls. A gauche, seul le PCdoB compte un ministre, celui de la défense. Mais plusieurs autres partis sont également représentés dans le gouvernement : le PSD, le PDT, le PTB, le PROS et le PR, chacun comptant un ministre. Tous les autres ministres sont considérés « indépendants »6.
Cette alliance entre le PT et ces partis qui se considèrent tous au centre, ou peu s’en faut, montre déjà que, tant Lula (qui eut jusqu’à 8 partis alliés dans son gouvernement lors de son premier mandat, le sien propre n’atteignant guère plus de 18 % des députés au parlement), que Dilma Rousseff, ou même leur parti ne peuvent guère être totalement responsabilisés pour la politique dans son ensemble, ni pour ses bons, ni pour ses mauvais côtés.
D’autant qu’il faut encore se rappeler deux choses :
-D’une part, le Brésil est une fédération de 26 Etats, plus le District Fédéral de Brasilia, la capitale. Les Etats disposent d’une vaste autonomie, d’un pouvoir qui réduit fortement celui de la République Fédérale. Nombre d’entre eux sont éclaboussés de scandales également.
Au sein des Etats, les mêmes partis actuellement au pouvoir au niveau fédéral sont parfois alliés, mais aussi souvent adversaires. Et, parmi les alliés du PT, certains d’entre eux sont alliés avec le principal parti de l’opposition : le PSDB. Ainsi, dans l’État d’Espírito Santo, le PMDB et le PSDB se partagent le gouvernement ; au Maranhão, le PCdoB, de gauche, est allié avec le PSDB, de droite ; dans le Mato Grosso, le gouvernement se partage entre le PSDB et le PSD. Toutes ces alliances au sein des Etats créent fatalement des tensions avec le gouvernement fédéral. Mais il est également vrai que l’appartenance à un parti, au Brésil, ne signifie pas que l’on suive une ligne politique déterminée nationalement. Et cela sera éclairé par le point suivant.
-Car, d’autre part, les députés et sénateurs, quoique membres de partis, se distinguent surtout par leur appartenance à divers groupes d’intérêts. Outre qu’ils sont en moyenne des hommes blancs d’une cinquantaine d’années et détenteurs d’un patrimoine d’un millions de reais7, ils se caractérisent avant tout par leurs organes de financement, leur appartenance entrepreneuriale ou même leur religion.
Ainsi, les députés représentant le lobby agroalimentaire sont 153, sur 513 ; les entrepreneurs 207. Sachant que seuls 69 députés sont du PT, on peut évaluer les difficultés qu’ils doivent avoir d’imaginer même proposer une réforme agraire ou une meilleure défense de l’environnement -si tant est d’ailleurs qu’ils le désirent, ce qui n’est pas souvent le cas8.
**
**
« Golpe » ?
Il ne s’agit pas ici de défendre Dilma Rousseff ou son prédécesseur, mais de se rappeler que la démocratie brésilienne est très jeune9. Les réflexes autoritaires sont très fréquents dans la société brésilienne.
Une certaine nostalgie de l’époque où l’on ne remettait pas en question l’autorité des « colonels » locaux (chefs de réseaux de clientélisme) se reflète dans l’impunité dont jouissent encore les assassins des militants de gauche des régions rurales, par exemple, dans la découverte régulière de situations d’esclavages sur des latifundias ou dans le fait que la Police Militaire, principale force publique de l’État, est la police qui tue le plus au monde.
La gauche brésilienne n’est pas satisfaite de l’action des gouvernements Lula et Dilma, mais elle est consciente de la menace qui pèse sur le pays, et c’est elle notamment qui a appelé, le 18 mars, à un ensemble de manifestations, non pas tant pour « défendre le gouvernement Dilma » que pour appeler au respect des formes démocratiques10.
En effet, lors des manifestations « jaunes et vertes », culminant le 13 mars, les slogans allaient parfois jusqu’à l’appel à l’intervention militaire (notons, par ailleurs, que jusqu’ici les forces militaires sont restées loyales au gouvernement, bien que la Police Militaire ait montré des signes de partialité dans son comportement vis-à-vis des manifestants, agissant aux ordres du Gouverneur de l’État, et à São Paulo il s’agit de Geraldo Alckmin, sur lequel nous reviendrons plus loin ; la Police Civile, elle, répond aux ordre du Gouvernement Fédéral).
**
**
Mais que se passe-t-il alors ?
Depuis que le PT est au gouvernement, plusieurs groupes d’influence ont manifesté leur insatisfaction, voire leur frustration.
Les premiers de ces groupes sont les médias traditionnellement de droite, à commencer par la chaîne de télévision Globo, qui participa largement au maintien de la dictature et fut très longtemps l’obstacle principal à l’élection de Lula, contribuant entre deux feuilletons à le ridiculiser au cours des campagnes électorales de 1988 à 2002.
Mais la Globo n’est pas seule : les journaux O Globo, A Folha de São Paulo, O Estado de São Paulo, les revues Veja, Época et Istoé se démarquent aussi par leur militantisme anti-PT((Je ne cache pas qu’une des motivations de l’existence de cet article est de tenter d’enjoindre les médias européens d’utiliser d’autres médias que ceux-ci pour informer leurs auditoires. Note du 11 avril 2016: le mouvement anti-Globo populaire au Brésil atteint actuellement des sommets qui m’impressionnent personnellement. Il a toujours été réel, mais il pourrait pour la première fois remettre en question la prédominance de cette famille médiatique brésilienne.)).
Les rares médias « de gauche » ou indépendants sont peu diffusés et sous-financés. Ainsi le CartaCapital de l’éternel opposant démocrate Mino Carta ou le Brasil de Fato, ouvertement marxiste, par exemple. Peu diffusés, ils ne peuvent de toute façon pas lutter contre des chaînes de télévision privées conservatrices. Les chaînes de radio ne sont guère plus diversifiées11.
S’il n’y avait que les médias… Mais les gros entrepreneurs, quoique choyés sous les gouvernements Lula-Dilma, se sont également ligués contre les « affreux gauchistes » (pour rappel, Lula est un ancien syndicaliste et Dilma une ancienne militante communiste)12. Ainsi, en réaction à la nomination, certes discutable, de Lula comme ministre, des fédérations d’entrepreneurs se sont liguées pour lancer un… appel à ne pas payer l’impôt fédéral. Ceci n’est rien d’autre qu’une incitation à commettre un délit grave. Sachant que la justice s’occupe activement du cas de Lula, ces syndicats patronaux tentent d’influer de manière totalement illégale sur la situation politique.
Et pourtant, ce n’est pas parce que Lula est devenu ministre qu’il échappera à la justice. Certes, il ne sera plus poursuivi par le même juge fédéral, Sergio Moro, lequel travaille avec la Police Fédérale, mais il existe au Brésil un tribunal spécial autorisé à juger des situations impliquant des ministres en exercice. Et ces juges du Tribunal Suprême Fédéral, bien que parfois nommés par Lula lui-même, ne lui sont pas spécialement favorables, contrairement à une série de rumeurs à ce sujet13.
Le plus emblématique d’entre eux, Gilmar Mendes, nommé par l’alors président Fernando Henrique Cardoso en 2002, lui-même entaché de nombreuses irrégularités et soupçonné de « gentillesse » à l’égard de personnalités douteuses, a promis un traitement sans concession à Lula. Or il a été chargé de la plupart des dossiers “Lula”. Il n’y a donc aucune raison de penser que Lula échapperait à une éventuelle condamnation s’il devait être reconnu coupable.
**
**
Les médias, les entrepreneurs… C’est tout ? Non.
Au sein du Congrès, de nombreux députés, y compris de sa majorité théorique, menacent la présidente d’une procédure d’impeachment. Ce qui signifie qu’elle risque la destitution si la procédure aboutit. Et pourtant, si l’on considère les causes juridiques de cette procédure, force est de reconnaître que le dossier ne la concerne… jamais14. Mais cela ne gène pas ses opposants, dont nous avons déjà parlé, parmi lesquels beaucoup lui reprochent d’avoir empêché la privatisation du Pre-Sal, ces champs pétrolifères récemment découverts et pour lesquels Dilma comptent bien que le Brésil, dans son ensemble, puisse profiter, à l’instar du Vénézuéla ou de la Norvège.
L’opposition du PSDB, José Serra15 en tête, a déposé un contre-projet en 2015 pour renverser cette logique et compte bien l’appliquer si elle revient au pouvoir. On reproche aussi à Dilma dans les milieux financiers d’avoir réduit les possibilités de bénéfices dans les banques en jouant avec les taux d’intérêt jusque là hyper favorables aux « monnayeurs ».
Les médias conservateurs, les députés nostalgiques du « colonélisme », les grands entrepreneurs fatigués de devoir négocier leurs marchés privilégiés, et même les banques, cela fait déjà beaucoup… Mais on ne peut s’empêcher de se demander s’il n’y a pas aussi derrière tout ça une petite influence extérieure. Ce ne serait pas la première fois, sans même remonter jusqu’au coup d’État de 1964. Le gouvernement brésilien a déjà été bousculé pour sa « mauvaise gestion » de la forêt amazonienne, mais aussi pour son intrusion dans les dossiers iranien, syrien ou libyen, par exemple.
En effet, depuis Lula et notamment son excellent ministre des affaires étrangères, l’indépendant Celso Amorim, le Brésil a cessé de figurer dans le « jardin » des USA. Conscients de la force potentielle du Brésil en Amérique Latine, et de l’importance de l’Amérique Latine dans le monde, Lula et Celso Amorim ont initié une nouvelle manière de considérer la politique internationale, impliquant notamment le pays dans le mouvement des BRICS, avec la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. Dilma, bien que plus modérément, a suivi la même ligne. Le PSDB, dans l’opposition depuis 2003, lui, s’était distingué pour son suivisme étatsunien durant la présidence de Fernando Henrique Cardoso.
**
**
Et ces manifestations, alors ?
Le 13 mars, nous avons pu assister à de nombreuses manifestations, impliquant en effet des centaines de milliers de personnes, peut-être trois millions de Brésiliens dans de nombreuses villes du pays16. Ces manifestants, généralement, apparaissaient sur les images, bien blancs, équipés de lunettes de soleils et habillés de jaune et de vert. Peu représentative de la société brésilienne, plus métissée dans son ensemble, faut-il le rappeler17.
Rappelons que deux « manifestants » du 13 mars, Aécio Neves, sénateur du Minas Gerais, et Geraldo Alckmin, gouverneur de l’État de São Paulo, se faisaient l’écho du sentiment de dégoût pour la corruption… Or, l’un comme l’autre sont sujets à scandales. Alckmin est impliqué dans un honteux détournement de repas scolaires dans les écoles publiques, de prévarication dans le cadre du creusement du métro et de rapports peu avouables avec des chefs de gangs. Quant à Aécio Neves, il est soupçonné de détenir des fonds illégaux dans un paradis fiscal, de tremper dans des trafics d’influence à Minas Gerais, sans compter que l’un de ses proches amis se trouve empêtré dans une sombre affaire de drogue retrouvée dans… son hélicoptère personnel. Inutile de dire que de tous ces scandales touchant le PSDB, mais aussi le PMDB, les médias traditionnels parlent peu ces derniers temps18.
Le héros de cette manifestation, le juge Sergio Moro, connu pour son action de « nettoyage » de corruption dans les entreprises de construction, venait de divulguer par voie de presse des « éléments de preuve » à charge contre Dilma et Lula, principalement un enregistrement de conversation téléphonique qui s’avéra, par lui-même, totalement illégal, car relevé hors de tout mandat. Non seulement il était illégal, mais en plus sa divulgation ne respectait pas le secret de l’instruction. Mais il y a plus : les éléments incriminant Lula et Dilma ne relevaient que de l’interprétation erronée de quelques mots lancés par Dilma. Moro l’a lui-même reconnu : il n’y a pas grand-chose dans ces enregistrements. Autrement dit, le juge fédéral a jeté de l’huile sur le feu de manière illégale et illégitime. Mais, une fois l’huile versée, évidemment, le feu est difficile à éteindre. D’autant que les médias ne contribuent pas à remettre ces éléments dans l’ordre et le contexte adéquats.
Alors, pourquoi le juge fédéral a-t-il fait cela ? (23 mars 2016)
Note supplémentaire du 11 avril 2016: Rien de ce qui précède n’a perdu de sa pertinence. Les doutes à l’égard de l’action judiciaire de Sergio Moro sont de plus en plus étayers. Les grands pontes du PMDB négocient avec le PSDB la possibilité -et surtout les suites- de l’impeachment possible de Dilma Rousseff, qui n’est pourtant pas plus justifié en faits.
Cette procédure suit actuellement son cours, dans un contexte tumultueux, où le Congrès ne parvient pas à redorer son image19
Les grands médias traditionnels, de la Globo aux revues nostalgiques de l’époque de l’esclavage, ne parviennent guère à se dépêtrer. Ils se disputent les appuis des figures politiques de l’opposition, accusent à tour de bras au fur et à mesure des rumeurs et des faits plus ou moins avérés, ne s’entendant que sur une chose: la promotion de l’impeachment et le discrédit du mouvement social qui s’y oppose.
De leur côté, les mouvements sociaux et les médias “dominés” sont nombreux et vivants au Brésil. Paradoxalement, donc, ce sont ces derniers, déçus par le PT, qui pourraient participer au sauvetage du gouvernement de Dilma Rousseff, même privée (de manière ambiguë) de son principal partenaire, le PMDB.
A suivre… de près!

Note du 12 avril : la Commission de l’Assemblée a voté la poursuite de la procédure d’Impeachment, dans une ambiance fiévreuse et dramatique. La plupart des députés ayant voté en ce sens sont eux-mêmes visés par la fameuse « Opération Lava-Jato », dont ils espèrent la fin en cas de destitution de la présidente20.

  1. -epoca.globo.com
    -CartaCapital.com.br
    -le Monde Diplomatique et sa version brésilienne : le Monde Diplomatique Brasil
    -noticias.uol.com.br
    -folha.uol.com.br
    -globo.com
    -des éléments de sites du parti PcdoB : pcdob.com.br.
    -vermelho.com.br et opovo.com.br
    -https://theintercept.com/2016/03/18/o-brasil-esta-sendo-engolido-pela-corrupcao-da-classe-dominante-e-por-uma-perigosa-subversao-da-democracia/
    -brasildefato.com.br
    -plusieurs amis brésiliens, témoins directs, acteurs et observateurs raisonnables et consciencieux, et effrayés de la perspective actuelle
    -mes propres connaissances du Brésil, où j’ai vécu quatre ans et demi, et mon propre blog thitho.allmansland.net, bien que peu actualisé ces derniers temps. []
  2. Une petite exception : cette « Opinion » de Laurent Delcourt: https://www.rtbf.be/info/opinions/detail_bresil-les-ressorts-d-une-crise-politico-judiciaire?id=9256565. Mais l’article ne rentre guère dans le détail des circonstances telles que vous les trouverez ici. []
  3. Or, même cette hypothèse, nous le verrons plus bas, n’est pas nécessairement correcte. Je pense personnellement que l’entrée de Lula dans le gouvernement est plus un coup tactique pour affaiblir le partenaire principal de la coalition, le PMDB, afin de le forcer à rester au gouvernement. Mais cette note en bas de page est l’élément le plus conjecturel de cet article. Note du 11 avril 2016 : le coup tactique a en partie réussi, puisque la plupart des ministres PMDB sont restés au gouvernement jusqu’à ce jour. []
  4. Note du 11 avril 2016: entre-temps Cunha a été éclaboussé, parmi bien d’autres, dans le scandale des Panama Papers. []
  5. Il faut savoir qu’au cas où l’impeachment contre Dilma aboutirait, le président en exercice au Brésil serait Michel Temer et son vice-président Eduardo Cunha. Ca fait réfléchir. Note du 11 avril 2016: entre-temps, le PMDB a rompu officiellement avec le gouvernement, mais la plupart des ministres issus de ce parti, eux, par contre, sont restés au gouvernement. Par goût du pouvoir? Difficile à dire, surtout au vu de la position du PMDB devant le vote en commission chargée de lancer ou d’arrêter la procédure d’Impeachment. []
  6. Quelques indépendants sont considérés plus ou moins proches de certains partis. []
  7. Cf. L. OUALALOU, Au Brésil, « trois cents voleurs avec des titres de docteurs », Monde Diplomatique, nov. 2015, p. 10-11. Très bon article, mais écrit il y a plus de cinq mois, et donc déjà obsolète face à l’actualité, malheureusement. []
  8. Ajoutons encore une petite précision : le Congrès est dominé par des personnalités établies depuis des décennies dans la politique brésilienne. Eduardo Cunha était déjà impliqué politiquement en 1982 auprès du PDS ; Renan Calheiros, l’actuel président du sénat, député d’État en 1978, à l’époque de la dictature. Rappelons que la démocratie n’est rétablie au Brésil qu’en 1988. Le PMDB, dont sont membres ces deux personnalités, était le seul parti d’opposition autorisé sous le régime de la dictature, jusqu’en 1985. Il est pratiquement incontournable encore dans la plupart des régions du Brésil. Son clientélisme ferait passer celui des partis socialistes européens pour de l’amateurisme pur. []
  9. La constitution la plus récente a été promulguée en 1988. []
  10. Soyons justes: nombre des manifestants, tout de rouge vêtus, appuyaient et appuient toujours le PT, Dilma et Lula. Note du 11 avril 2016: les partis de gauche, y compris ceux qui ne sont pas au pouvoir, continuent, en compagnie de nombreux bloggeurs, activistes, groupes sociaux divers, de participer aux mouvements de refus d’impeachment. Une lecture superficielle de la politique mettrait Marina Silva et son parti Rede dans les exceptions à ce phénomène, mais il faut bien se rendre compte que Marina Silva n’est pas de gauche. “Candidate écologiste”, elle est surtout favorable à un rapprochement avec les USA et se positionne farouchement en évangéliste sur le plan sociétal. Par contre, on trouvera avec un certain étonnement une figure très modérée, Ciro Gomes, parmi les opposants à l’Impeachment. []
  11. Pour se faire une idée des médias de gauche au Brésil, voir mon article remontant déjà à 2010 : http://thitho.allmansland.net/?p=1440 qui ne recouvre pas les publications récentes ni les blogs militants, dont certains sont de hautes qualités. []
  12. Je n’insisterai pas ici, quoiqu’il le faudrait, sur le racisme social latent au Brésil, où les classes les plus élevées ne supportent guère l’idée que les classes les plus pauvres puissent imaginer avoir des droits… Je ne dis même pas des droits égaux, mais simplement des droits à l’expression, à des services… []
  13. Note d’actualisation: entre-temps, Lula a été empêché de devenir ministre sur décision du Tribunal Suprême Fédéral. La situation n’est cependant pas tout à fait clarifiée à son sujet. []
  14. Note du 11 avril 2016 : les raisons politiques se sont multipliées: on accuse notamment Dilma Rousseff d’avoir manipulé des chiffres pour assurer sa réélection en 2014, mais aussi d’avoir opéré des changements sur le budget de l’État suite à l’aggravation de la crise. Aucune de ces raisons ne semble pourtant justifier, si elles étaient avérées, de procédure d’impeachment. C’est cependant sur celles-ci qu’une Commission du Congrès devait trancher ce 11 avril pour savoir si la procédure va de l’avant ou s’arrête. []
  15. Qui fut candidat malheureux contre Dilma aux élections présidentielles en 2014. []
  16. Si l’on en croit le décompte de la Police Militaire, curieusement très généreuse. []
  17. Les enquêtes ont révélé que les manifestants étaient en moyenne largement plus diplômés que la moyenne des Brésiliens. []
  18. Il faut aussi reconnaître que l’apparition de Aécio Neves et Geraldo Alckmin ne fut pas accueillie que par des applaudissements : certains manifestants lancèrent des « voleurs » et des « opportunistes » aux deux représentants du parti d’opposition. []
  19. Il faut aussi reconnaître que l’apparition de Aécio Neves et Geraldo Alckmin ne fut pas accueillie que par des applaudissements : certains manifestants lancèrent des « voleurs » et des « opportunistes » aux deux représentants du parti d’opposition. []
  20. Voir note 20 pour les conséquences []

Échec à la reine

Wednesday, March 23rd, 2016

L’échiquer brésilien en 2016
_____________________________________________
_____________________________________________

20-21 mars 2016 – Thierry Thomas

__________________________________

L’actualité brésilienne est terriblement complexe à comprendre, surtout pour qui ne suit les événements que de loin et via les médias traditionnels européens. Il est difficile de vous donner toutes les sources dont je me suis servi pour rédiger les notes qui suivent. Cependant, vous pouvez en retrouver l’essentiel sur les sites repris en note de bas de page, outre, pour ce qui concerne les éléments institutionnels, wikipedia (qui n’est pas une source en soi, mais une base de faits à vérifier)1.

D’avance, mes excuses pour la longueur de cet article, mais il n’y avait pas moyen de faire plus simple, contrairement à ce qu’un “papier” du Soir, de la Libre ou de la RTBF le suggérerait.

**
**

Le Brésil est-il au bord d’une dictature du prolétariat ?

Non. Je n’irai pas jusqu’à dire « malheureusement, non ». Cela dit, il est bon de renverser un certain nombre de certitudes locales. Certains canards méritent qu’on leur casse quelques pattes.

A l’écoute de la RTBF, à la lecture de quotidiens belges en ligne, le gouvernement de Dilma Rousseff tendrait dangereusement vers une forme autoritaire et corrompue, alors que des millions de courageux citoyens seraient descendus dans la rue pour défendre l’action d’un juge fédéral, auquel certains vont jusqu’à s’associer sous le slogan « Nous sommes tous Sergio Moro ».

Or, si cela ressemble à la réalité, ça n’en a que l’apparence.

S’il est vrai que le gouvernement Dilma Rousseff est actuellement secoué par une série de scandales, il faut savoir que la présidente elle-même n’est pas soupçonnée de quoi que ce soit, sinon de chercher à défendre son prédécesseur2.

Par contre, on ne parle pas beaucoup des membres des différents partis qui composent sa majorité actuelle et qui eux sont pleinement éclaboussés par des accusations de corruption, concernant notamment l’entreprise semi-privée, semi-publique Petrobras ; parmi les personnes concernées, en tête figure l’actuel président de la chambre des députés, Eduardo Cunha, ennemi intime de la présidente, et qui barre systématiquement toute possibilité de changements de législation vers la gauche.

Le plus « cocasse », c’est que nombre de ces personnages, députés, éclaboussés par l’opération judiciaire nommée « Lava-Jato »3, se trouvent en première ligne pour demander l’impeachment de la présidente (autrement dit, sa destitution « légale »).

**
**

Comment cela est-il possible ? Le gouvernement brésilien n’est-il pas de gauche.

Non. Il ne l’est pas. Il faut d’abord savoir que la présidente a beau avoir été élue au premier tour avec plus de 50 pour-cent des voix exprimées, elle a dû, tout comme lors de son premier mandat, et tout comme son prédécesseur, Luis Inácio Lula da Silva, s’allier avec plusieurs partis de droite dure, le premier desquels étant le parti du vice-président, Michel Temer, mais aussi d’Eduardo Cunha, le PMDB4.

Sur 23 ministres, le PT et le PMDB en comptent 5 chacun. Mais ils n’auraient pas encore la majorité à eux seuls. A gauche, seul le PCdoB compte un ministre, celui de la défense. Mais plusieurs autres partis sont également représentés dans le gouvernement : le PSD, le PDT, le PTB, le PROS et le PR, chacun comptant un ministre. Tous les autres ministres sont considérés « indépendants »5.

Cette alliance entre le PT et ces partis qui se considèrent tous au centre, ou peu s’en faut, montre déjà que, tant Lula (qui eut jusqu’à 8 partis alliés dans son gouvernement lors de son premier mandat, le sien propre n’atteignant guère plus de 18 % des députés au parlement), que Dilma Rousseff, ou même leur parti ne peuvent guère être totalement responsabilisés pour la politique dans son ensemble, ni pour ses bons, ni pour ses mauvais côtés.

D’autant qu’il faut encore se rappeler deux choses :

-D’une part, le Brésil est une fédération de 26 Etats, plus le District Fédéral de Brasilia, la capitale. Les Etats disposent d’une vaste autonomie, d’un pouvoir qui réduit fortement celui de la République Fédérale. Nombre d’entre eux sont éclaboussés de scandales également.

Au sein des Etats, les mêmes partis actuellement au pouvoir au niveau fédéral sont parfois alliés, mais aussi souvent adversaires. Et parmi les alliés du PT, certains d’entre eux sont alliés avec le principal parti de l’opposition : le PSDB. Ainsi, dans l’État d’Espírito Santo, le PMDB et le PSDB se partagent le gouvernement ; au Maranhão, le PCdoB, de gauche, est allié avec le PSDB, de droite ; dans le Mato Grosso, le gouvernement se partage entre le PSDB et le PSD. Toutes ces alliances au sein des Etats créent fatalement des tensions avec le gouvernement fédéral. Mais il est également vrai que l’appartenance à un parti, au Brésil, ne signifie pas que l’on suive une ligne politique déterminée nationalement. Et cela sera éclairé par le point suivant.

-Car, d’autre part, les députés et sénateurs, quoique membres de partis, se distinguent surtout par leur appartenance à divers groupes d’intérêts. Outre qu’ils sont en moyenne des hommes blancs d’une cinquantaine d’années et détenteurs d’un patrimoine d’un millions de reais6, ils se caractérisent avant tout par leurs organes de financement, leur appartenance entrepreneuriale ou même leur religion.

Ainsi, les députés représentant le lobby agroalimentaire sont 153, sur 513 ; les entrepreneurs 207. Sachant que seuls 69 députés sont du PT, on peut évaluer les difficultés qu’ils doivent avoir d’imaginer même proposer une réforme agraire ou une meilleure défense de l’environnement -si tant est d’ailleurs qu’ils le désirent, ce qui n’est pas souvent le cas.7

**
**

« Golpe » ?

Il ne s’agit pas ici de défendre Dilma Rousseff ou son prédécesseur, mais de se rappeler que la démocratie brésilienne est très jeune8. Les réflexes autoritaires sont très fréquents dans la société brésilienne.

Une certaine nostalgie de l’époque où l’on ne remettait pas en question l’autorité des « colonels » locaux (chefs de réseaux de clientélisme) se reflète dans l’impunité dont jouissent encore les assassins des militants de gauche des régions rurales, par exemple, dans la découverte régulière de situations d’esclavages sur des latifundias ou dans le fait que la Police Militaire, principale force publique de l’État, est la police qui tue le plus au monde.

La gauche brésilienne n’est pas satisfaite de l’action des gouvernements Lula et Dilma, mais elle est consciente de la menace qui pèse sur le pays, et c’est elle notamment qui a appelé, le 18 mars, à un ensemble de manifestations, non pas tant pour « défendre le gouvernement Dilma » que pour appeler au respect des formes démocratiques9.

En effet, lors des manifestations « jaunes et vertes », culminant lors du 13 mars, les slogans allaient parfois jusqu’à l’appel à l’intervention militaire (notons, par ailleurs, que jusqu’ici les forces militaires sont restées loyales au gouvernement, bien que la Police Militaire ait montré des signes de partialité dans son comportement vis-à-vis des manifestants, agissant aux ordres du Gouverneur de l’État, et à São Paulo il s’agit de Geraldo Alckmin, sur lequel nous reviendrons plus loin ; la Police Civile, elle, répond aux ordre du Gouvernement Fédéral).

**
**

Mais que se passe-t-il alors ?

Depuis que le PT est au gouvernement, plusieurs groupes d’influence ont manifesté leur insatisfaction, voire leur frustration.

Les premiers de ces groupes sont les médias traditionnellement de droite, à commencer par la chaîne de télévision Globo, qui participa largement au maintien de la dictature et fut très longtemps l’obstacle principal à l’élection de Lula, contribuant entre deux feuilletons à le ridiculiser au cours des campagnes électorales de 1988 à 2002.

Mais la Globo n’est pas seule : les journaux O Globo, A Folha de São Paulo, O Estado de São Paulo, les revues Veja, Época et Istoé se démarquent aussi par leur militantisme anti-PT10.

Les rares médias « de gauche » ou indépendants sont peu diffusés et sous-financés. Ainsi le CartaCapital de l’éternel opposant démocrate Mino Carta ou le Brasil de Fato, ouvertement marxiste, par exemple. Peu diffusés, ils ne peuvent de toute façon pas lutter contre des chaînes de télévision privées conservatrices. Les chaînes de radio ne sont guère plus diversifiées.11

S’il n’y avait que les médias… Mais les gros entrepreneurs, quoique choyés sous les gouvernements Lula-Dilma, se sont également ligués contre les « affreux gauchistes » (pour rappel, Lula est un ancien syndicaliste et Dilma une ancienne militante communiste)12. Ainsi, en réaction à la nomination, certes discutable, de Lula comme ministre, des fédérations d’entrepreneurs se sont liguées pour lancer un… appel à ne pas payer l’impôt fédéral. Ceci n’est rien d’autre qu’une incitation à commettre un délit grave. Sachant que la justice s’occupe activement du cas de Lula, ces syndicats patronaux tentent d’influer de manière totalement illégale sur la situation politique.

Et pourtant, ce n’est pas parce que Lula est devenu ministre qu’il échappera à la justice. Certes, il ne sera plus poursuivi par le même juge fédéral, Sergio Moro, lequel travaille avec la Police Fédérale, mais il existe au Brésil un tribunal spécial autorisé à juger des situations impliquant des ministres en exercice. Et ces juges du Tribunal Suprême Fédéral, bien que parfois nommés par Lula lui-même, ne lui sont pas spécialement favorables, contrairement à une série de rumeurs à ce sujet 13.

Le plus emblématique d’entre eux, Gilmar Mendes, nommé par l’alors président Fernando Henrique Cardoso en 2002, lui-même entaché de nombreuses irrégularités et soupçonné de « gentillesse » à l’égard de personnalités douteuses, a promis un traitement sans concession à Lula. Or il a été chargé de la plupart des dossiers “Lula”. Il n’y a donc aucune raison de penser que Lula échapperait à une éventuelle condamnation s’il devait être reconnu coupable.

**
**

Les médias, les entrepreneurs… C’est tout ? Non.

Au sein du Congrès, de nombreux députés, y compris de sa majorité théorique, menacent la présidente d’une procédure d’impeachment. Ce qui signifie qu’elle risque la destitution si la procédure aboutit. Et pourtant, si l’on considère les causes de cette procédure, force est de reconnaître que le dossier ne la concerne… jamais. Mais cela ne gène pas ses opposants, dont nous avons déjà parlé, parmi lesquels beaucoup lui reprochent d’avoir empêché la privatisation du Pre-Sal, ces champs pétrolifères récemment découverts et pour lesquels Dilma comptent bien que le Brésil, dans son ensemble, puisse profiter, à l’instar du Vénézuéla ou de la Norvège.

L’opposition du PSDB, José Serra 14 en tête, a déposé un contre-projet en 2015 pour renverser cette logique et compte bien l’appliquer si elle revient au pouvoir. On reproche aussi à Dilma dans les milieux financiers d’avoir réduit les possibilités de bénéfices dans les banques en jouant avec les taux d’intérêt jusque là hyper favorables aux « monnayeurs ».

Les médias conservateurs, les députés nostalgiques du « colonélisme », les grands entrepreneurs fatigués de devoir négocier leurs marchés privilégiés, et même les banques, cela fait déjà beaucoup… Mais on ne peut s’empêcher de se demander s’il n’y a pas aussi derrière tout ça une petite influence extérieure. Ce ne serait pas la première fois, sans même remonter jusqu’au coup d’État de 1964. Le gouvernement brésilien a déjà été bousculé pour sa « mauvaise gestion » de la forêt amazonienne, mais aussi pour son intrusion dans les dossiers iranien, syrien ou libyen, par exemple.

En effet, depuis Lula et notamment son excellent ministre des affaires étrangères, l’indépendant Celso Amorim, le Brésil a cessé de figurer dans le « jardin » des USA. Conscients de la force potentielle du Brésil en Amérique Latine, et de l’importance de l’Amérique Latine dans le monde, Lula et Celso Amorim ont initié une nouvelle manière de considérer la politique internationale, impliquant notamment le pays dans le mouvement des BRICS, avec la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. Dilma, bien que plus modérément, a suivi la même ligne. Le PSDB, dans l’opposition depuis 2003, lui, s’était distingué pour son suivisme étatsunien durant la présidence de Fernando Henrique Cardoso.

**
**

Et ces manifestations, alors ?

Le 13 mars, nous avons pu assister à de nombreuses manifestations, impliquant en effet des centaines de milliers de personnes, peut-être trois millions de Brésiliens dans de nombreuses villes du pays15. Ces manifestants, généralement, apparaissaient sur les images, bien blancs, équipés de lunettes de soleils et habillés de jaune et de vert. Peu représentative de la société brésilienne, plus métissée dans son ensemble, faut-il le rappeler16.

Rappelons que deux « manifestants » du 13 mars, Aécio Neves, sénateur du Minas Gerais, et Geraldo Alckmin, gouverneur de l’État de São Paulo, se faisaient l’écho du sentiment de dégoût pour la corruption… Or, l’un comme l’autre sont sujets à scandales. Alckmin est impliqué dans un honteux détournement de repas scolaires dans les écoles publiques, de prévarication dans le cadre du creusement du métro et de rapports peu avouables avec des chefs de gangs. Quant à Aécio Neves, il est soupçonné de détenir des fonds illégaux dans un paradis fiscal, de tremper dans des trafics d’influence à Minas Gerais, sans compter que l’un de ses proches amis se trouve empêtré dans une sombre affaire de drogue retrouvée dans… son hélicoptère personnel. Inutile de dire que de tous ces scandales touchant le PSDB, mais aussi le PMDB, les médias traditionnels parlent peu ces derniers temps17

Le héros de cette manifestation, le juge Sergio Moro, connu pour son action de « nettoyage » de corruption dans les entreprises de construction, venait de divulguer par voie de presse des « éléments de preuve » à charge contre Dilma et Lula, principalement un enregistrement de conversation téléphonique qui s’avéra, par lui-même, totalement illégal, car relevé hors de tout mandat. Non seulement il était illégal, mais en plus sa divulgation ne respectait pas le secret de l’instruction. Mais il y a plus : les éléments incriminants contre Lula et Dilma ne relevaient que de l’interprétation erronée de quelques mots lancés par Dilma. Moro l’a lui-même reconnu : il n’y a pas grand-chose dans ces enregistrements. Autrement dit, le juge fédéral a jeté de l’huile sur le feu de manière illégale et illégitime. Mais, une fois l’huile versée, évidemment, le feu est difficile à éteindre. D’autant que les médias ne contribuent pas à remettre ces éléments dans l’ordre et le contexte adéquats.

Alors, pourquoi le juge fédéral a-t-il fait cela ? (23 mars 2016)

Note supplémentaire du 11 avril 2016: Rien de ce qui précède n’a perdu de sa pertinence. Les doutes à l’égard de l’action judiciaire de Sergio Moro sont de plus en plus légers. Le PMDB négocie avec le PSDB la possibilité -et surtout les suites- de l’impeachment de Dilma Rousseff, qui n’est pourtant pas plus justifié en faits. Cette procédure suit son cours, dans un contexte tumultueux, où le Congrès ne parvient pas à redorer son image18… Les grands médias ne parviennent guère à se dépêtrer. Ils se partagent entre les figures politiques, accusent à tour de bras au fur et à mesure des rumeurs et des faits plus ou moins avérés, ne s’entendant que sur une chose: la promotion de l’impeachment et le discrédit du mouvement social qui s’y oppose. Heureusement, les mouvements sociaux et les médias “dominés” sont nombreux et vivants au Brésil. Paradoxalement, donc, ce sont ces derniers, déçus par le PT, qui pourraient participer au sauvetage du gouvernement de Dilma Rousseff, même privée (de manière ambiguë) de son principal partenaire.

A suivre… de près!

  1. -epoca.globo.com
    CartaCapital.com.br
    le Monde Diplomatique et sa version brésilienne : le Monde Diplomatique Brasil
    noticias.uol.com.br
    folha.uol.com.br
    globo.com
    -des éléments de sites du parti PcdoB : pcdob.com.br
    vermelho.com.br et opovo.com.br
    https://theintercept.com/2016/03/18/o-brasil-esta-sendo-engolido-pela-corrupcao-da-classe-dominante-e-por-uma-perigosa-subversao-da-democracia/
    brasildefato.com.br
    -plusieurs amis brésiliens, témoins directs, acteurs et observateurs raisonnables et consciencieux, et effrayés de la perspective actuelle
    -mes propres connaissances du Brésil, où j’ai vécu quatre ans et demi, et mon propre blog thitho.allmansland.net, bien que peu actualisé ces derniers temps. []
  2. Or, même cette hypothèse, nous le verrons plus bas, n’est pas nécessairement correcte. Je pense personnellement que l’entrée de Lula dans le gouvernement est plus un coup tactique pour affaiblir le partenaire principal de la coalition, le PMDB, afin de le forcer à rester au gouvernement. Mais cette note en bas de page est l’élément le plus conjecturel de cet article. []
  3. Note du 11 avril 2016: entre-temps Cunha est éclaboussé, parmi nombre d’autres, dans le scandale (?téléguidé?) des Panama Papers. []
  4. Il faut savoir qu’au cas où l’impeachment contre Dilma aboutirait, le président en exercice au Brésil serait Michel Temer et son vice-président Eduardo Cunha. Ca fait réfléchir. Note du 11 avril 2016: entre-temps, le PMDB a rompu officiellement avec le gouvernement… Encore que… la plupart des ministres issus de ce parti, eux, par contre, sont restés au gouvernement. Par goût du pouvoir? []
  5. Certains indépendants sont considérés plus ou moins proches de certains partis. []
  6. cf. L. OUALALOU, Au Brésil, « trois cents voleurs avec des titres de docteurs », Monde Diplomatique, nov. 2015, p. 10-11. Très bon article, mais écrit il y a plus de cinq mois, et donc déjà obsolète face à l’actualité, malheureusement. []
  7. Ajoutons encore une petite précision : le Congrès est dominé par des personnalités établies depuis des décennies dans la politique brésilienne. Eduardo Cunha était déjà impliqué politiquement en 1982 auprès du PDS ; Renan Calheiros, l’actuel président du sénat, député d’État en 1978, à l’époque de la dictature. Rappelons que la démocratie n’est rétablie au Brésil qu’en 1988. Le PMDB, dont sont membres ces deux personnalités, était le seul parti d’opposition autorisé sous le régime de la dictature, jusqu’en 1985. Il est pratiquement incontournable encore dans la plupart des régions du Brésil. Son clientélisme ferait passer celui des partis socialistes européens pour de l’amateurisme pur. []
  8. La nouvelle constitution a été promulguée en 1988 []
  9. Soyons justes: nombre des manifestants, tout de rouge vêtus, appuyaient et appuient toujours le PT, Dilma et Lula. Note du 11 avril 2016: les partis de gauche, y compris ceux qui ne sont pas au pouvoir, poursuivent, en compagnie de nombreux bloggeurs, activistes, groupes sociaux divers, de participer aux mouvements de refus d’impeachment. Une lecture superficielle de la politique mettrait Marina Silva et son parti Rede dans les exceptions à ce phénomène, mais il faut bien se rendre compte que Marina Silva n’est pas de gauche. “Candidate écologiste”, elle est surtout favorable à un rapprochement avec les USA et se positionne farouchement en évangéliste sur le plan sociétal. Par contre, on trouvera avec un certain étonnement une figure très modérée, Ciro Gomes, parmi les opposants à l’Impeachment. []
  10. Je ne cache pas qu’une des motivations de l’existence de cet article est de tenter d’enjoindre les médias européens d’utiliser d’autres médias que ceux-ci pour informer leurs auditoires. Note du 11 avril 2016: le mouvement anti-Globo populaire au Brésil atteint actuellement des sommets qui m’impressionnent personnellement. Il a toujours été réel, mais il pourrait pour la première fois remettre en question la prédominance de cette famille médiatique brésilienne. []
  11. Pour se faire une idée des médias de gauche au Brésil, voir mon article remontant déjà à 2010 : http://thitho.allmansland.net/?p=1440 qui ne recouvre pas les publications récentes ni les blogs militants []
  12. Je n’insisterai pas ici, quoiqu’il le faudrait, sur le racisme social latent au Brésil, où les classes les plus élevées ne supportent guère l’idée que les classes les plus pauvres puissent imaginer avoir des droits… Je ne dis même pas des droits égaux, mais simplement des droits à l’expression, à des services… []
  13. Note d’actualisation: entre-temps, Lula a été empêché de devenir ministre. Note du 11 avril 2016: la situation n’est pas tout à fait clarifiée à son sujet. []
  14. Qui fut candidat malheureux contre Dilma aux élections présidentielles. []
  15. Si l’on en croit le décompte de la Police Militaire, curieusement très généreuse. []
  16. Les enquêtes ont révélé que les manifestants étaient en moyenne largement plus diplômés que la moyenne des Brésiliens. []
  17. Il faut aussi reconnaître que l’apparition de Aécio Neves et Geraldo Alckmin ne fut pas accueillie que par des applaudissements : certains manifestants lancèrent des « voleurs » et des « opportunistes » aux deux représentants du parti d’opposition. []
  18. Ce 11 avril, un vote important va avoir lieu pour déterminer si la procédure se poursuit en assemblée plénière du Congrès… ou non. []

Que diable est-il en train d’arriver ? Une analyse en trois actes.

Sunday, June 23rd, 2013

Un article signé par une sociologue brésilienne, docteur de l’USP et professeure de l’UFRGS, Raquel WEISS
L’original se trouve sur le site suivant:
http://www.socionautas.com.br/2013/06/que-diabos-esta-acontecendo-uma-analise.html

Face à la multitude qui s’est emparée des rues dans plusieurs villes de notre pays, lundi dernier 17 juin, le thème qui revenait le plus souvent dans la presse était l’indignation envers les événements. Qui sont ces gens ? Que veulent-ils ? D’où ont-ils surgi ? Journalistes, scientifiques, politiciens, tous s’interrogent à ce sujet. Répondre à ces questions ne sera pas chose facile, et je ne pense pas qu’il existe une réponse unique et définitive, d’autant plus qu’il s’agit d’un mouvement en cours. Mais ceci ne peut être une excuse pour ne pas chercher à comprendre, et ce que je propose ici est une tentatitve d’analyse à partir du répertoire théorique que je considère adéquat, dans le cadre d’une approche proprement sociologique, et considérant des événements, des idées, des déclarations et des actions avec lesquels nous avons eu des contacts, et qui nous ont amenés à la construction de ce dialogue conjoncturel. L’analyse en trois actes qui suit prend en compte non les manifestations en tant que phénomènes isolés, mais la situation dans laquelle elles se trouvent inscrites, observe les différents acteurs qui agissent et réagissent aux protestations. Chaque acte correspond à différents moments de ce processus et attire l’attention sur différents aspects qui y sont liés.

Premier acte : Pour 20 centimes.

Les manifestations qui protestaient contre l’augmentation des tarifs de transport de bus ont beaucoup gagné en visibilité à travers tout le pays, surtout en raison de l’énorme volume de personnes qui descendirent dans les rues pour exprimer leur mécontentement. Dans les médias, dans les couloirs, de tout côté, on entendait les personnes se demander : tout ce « boucan, c’est vraiment pour 20 centimes ? ». Et bien, oui. C’est-à-dire, plus ou moins. C’est l’objectif le plus évident, mais ce n’est pas un objectif qui serait venu de nulle part, d’un jour à l’autre. Et ce n’était pas l’unique objectif des manifestations. Plusieurs autres manifestations traversent le pays, et même le monde, pour le dire vite, avec les revendications les plus variées, depuis les plus explicites, comme dans le cas de la « marche de l’herbe », jusqu’à des mouvements plus complexes comme Occupy au États-Unis d’Amérique.
Dans le cas particulier du Brésil.ce que nous avons besoin de comprendre, c’est que depuis longtemps déjà, existe un mouvement infatigable de la société civile, mais sous des formes que nous n’avons pas l’habitude de considérer comme des formes d’action « réellement politiques », parce qu’elles échappent aux modèles traditionnels de « médiation ». Ce ne sont pas des partis, ni des mouvements sociaux structurés de formes plus traditionnelles, avec des structures hiérarchiques et des formes d’organisation centralisées et bien claires.

Il s’agit d’un autre univers qui, pour le regard d’un observateur non-averti, fait penser à « une bande de jeunes qui font la fête », ou quelque chose de ce genre. Des expressions apparaissent, qui ne correspondent pas aux analyses traditionnelles concernant la vie politique : collectifs, horizontalité, intervention urbaine. Les noms les plus bureaucratiques et les plus sérieux qui évoquent les partis et les mouvements sociaux traditionnels cèdent la place à des appellations moins prétentieuses, dont le sens, le plus souvent, n’est pas explicite : « L’amour existe à São Paulo », « Mouvement passe libre », « En dehors de l’axe », « À la dérive », « Masse critique », « Bande culturelle », et ainsi de suite.

Soit ! Ils n’ont pas d’organisation hiérarchique, ni ne veulent assumer la forme d’un parti. Mais alors que veulent-ils ? La réponse, cependant, est sans doute aussi variée qu’il existe de ces « mouvements ». Pour autant, il est peut-être possible d’ébaucher une certaine manière de penser une unité : ce sont des personnes, dans la plus grande partie des cas « jeunes », qui se réunissent parce qu’ils partagent une vision du monde, avec l’intention d’inférer d’une certaine manière dans l’ordre des choses. En général, ils promeuvent de nombreux événements et discussions au cours desquels les causes que chaque mouvement défend sont débattues : cela peut être la mobilité urbaine, la lutte pour la légalisation de l’avortement, de la promotion de causes identitaires, etc. etc. etc. Le point de départ est toujours le diagnostic d’un mal, soit dans la ville, soit dans l’Etat, soit dans le pays, voire même dans le monde entier.

Les « ennemis » combattus par ces mouvements ne sont pas aussi facilement identifiables que par le passé. Serait-ce une réponse au manque de sens qui caractérise notre monde contemporain ? L’absence d’un « ennemi unique » contre lequel lutter n’a cependant pas comme conséquence l’absence de proposition ou l’absence d’une cause concrète. L’ennemi n’est plus « la dictature ». Ils valorisent la démocratie, et ne sont d’ailleurs possibles que parce que la démocratie existe. Ils ne veulent pas en finir avec elle, ils ne veulent pas dire « tout cela est une saloperie, jetons tout et recommençons à zéro ». Ils veulent, bien au contraire, prendre position face aux milliers de problèmes concrets qui ne sont pas résolus par la simple existence d’une démocratie. De fait, nous le savons, la démocratie n’est jamais qu’une forme, dont le contenu est construit par les personnes qui y vivent, les personnes qui ont la responsabilité de penser sur ce que nous voulons, sur les conséquences des lois, des pratiques, des politiques publiques.

Il s’agit de mouvements qui, donc, s’emparent de la démocratie, mais ne se contentent pas de laisser les décisions sur tous les sujets dans les mains des représentants élus. Mais ils ne sont pas contre les partis. Ils ne veulent pas abolir, ni remplacer le rôle joué par les partis. Sans doute existe-t-il ici une autre conception de la démocratie : il ne s’agit plus de la démocratie représentative, du type, j’ai voté, et je ne me préoccupe plus de rien, ni d’une démocratie au sens strict. Il s’agit de l’idée selon laquelle la politique se fait tous les jours, par tout le monde. C’est la réaction aux injustices sociales et aux attaques identitaires commises quotidiennement, et qui finissent par être telles qu’elles deviennent loi : l’augmentation du prix du transport public, les légisations sur l’avortement, les lois qui traitent de l’homosexualité comme une maladie, et ainsi de suite.

Dans le contexte de ces groupes, c’est une manière de s’organiser autour de valeurs partagées qui sont réévaluées et réfléchies. Et, naturellement, beaucoup d’objectifs sont transversaux, sont partagés par plusieurs mouvements différents et représentent la vision du monde de nombreuses personnes. C’est un peu ce qui est arrivé tout récemment avec l’augmentation des tarifs de bus : à travers tout le pays, il y avait déjà beaucoup de groupes mobilisés qui réfléchissaient sur les différentes décisions politiques, s’enrichissant de discussions profondes sur le sens de l’espace public et la question de la mobilité. Quand des gouvernements municiapux annoncèrent un peu partout qu’ils allaient augmenter le prix d’un service qui était déjà fort peu accessible, le mouvement a gagné une force inimaginable. Il s’agissait de personnes qui adhéraient déjà à cette cause et qui possédaient un grand pouvoir de mobilisation rendu visible, naturellement, par les réseaux sociaux. Il s’agissait d’une cause considérée juste par une large partie de la population, ce qui a mené beaucoup de gens dans les rues, à cause de 20 centimes.

Deuxième acte : les étudiants bruyants et les gens bien pensants.

La conséquence inévitable d’une revendication qui conquiert de nombreux adeptes et qui n’a pas de résultat est, évidemment, la protestation. Et protester, dans ces cas, ne se fait pas seulement sur Facebook ou Twitter. Ce sont bien sûr des plates-formes importantes, d’échange d’idées et de mobilisation. Mais c’est dans la rue, quand elle est prise, que tout se passe. Par là apparaît un fait entièrement nouveau : les individus qui auparavant étaient isolés, ou qui n’agissaient que dans des petits groupes, se réunissent maintenant en une masse conséquente. Ils marchent ensemble, chantent ensemble, rythment ensemble, crient ensemble. Une véritable métamorphose s’opère. Ces idées qui étaient jusque là simplement bonnes et justes se transforment en valeurs ultimes et irréductibles, acquièrent un caractère presque sacré, inviolable. Et les individus se sentent plus forts : ce que chacun est dans le groupe n’est plus la même chose que lorsqu’il était seul. Et tout ce qui est produit dans ce contexte en vient à être investi de cette énergie extraordinaire.

Il s’agit du processus qu’en sociologie on appelle « effervescence collective ». Cette idée a été développée par un auteur qui m’est particulièrement cher : Emile Durkheim. Il décrit ce phénomène en lui attribuant un caractère « dynamogénique ». L’idée de dynamogénie, qui trouve son origine dans la biologie, signifie une altération des fonctions organiques en rapport avec une intense élévation du tonus vital, engendrée par une surexcitation. Les moments de manifestation sont des moments d’effervescence par excellence, des moments au cours desquels tout semble faire sens, l’individu fait l’expérience d’une énergie énorme, et ceci fait en sorte que la cause pour laquelle il lutte devient la chose la plus importante de sa vie, au moins dans ce présent. Selon le même auteur, ces situations d’effervescence peuvent rendre ces individus capables d’actes héroïques inimaginables, mais également d’actes destructifs. Il est impossible de prévoir le cours des choses, et il est difficile de savoir comment chaque individu réagira face à ces situations.

Quel qu’en soit le résultat, l’expérience de prendre part à une manifestation de cette envergure est quelque chose de transformateur, d’inoubliable et que les individus ne veulent pas voir se terminer. Et, de fait, pour que les valeurs envisagées dans ce contexte continuent à avoir le même attrait, il est véritablement nécessaire de revivre périodiquement ces moments, pour nourrir la foi dans ces idéaux. Ceci garantit une continuité du mouvement et même permet qu’il croisse. Mais, évidemment, la prise des rues provoque une autre conséquence : la réaction de ceux qui y voient leur quotidien perturbé. Qui n’y trouve pas son compte, qui ne partage pas la cause, voit dans ces manifestations rien d’autre qu’un obstacle. Et les personnes qui interrompent leur vie pour faire ce genre de choses, ce ne peut être qu’une bande d’étudiants sans occupation, dont le futur est assuré, qui veulent s’amuser et dérangent la vie des citoyens bien pensants qui doivent aller travailler.

Et, face à ce diagnostic, lourdement repris et répété par la « grande presse », il est plus que naturel que les citoyens bien pensants aspirent à l’ordre, ce qui signifie en finir avec le blocage du trafic et tout ce qui interfère dans la routine. Et qui est responsable de l’instauration de l’ordre ? La police, naturellement.
A un moment déterminé, la police ne réagit pas seulement aux situations considérées comme illégitimes [comme des graffiti, des déprédations, par exemple], mais va bien plus loin : elle fait usage de la force [avec tout l’appareil à sa disposition] pour contenir la manifestation elle-même, comme si la manifestation en soi était un acte illégitime. Je fais ici référence au 13 juin dernier, naturellement, à São Paulo. Personne n’a été épargné. Qui que ce fût, quoi qu’il fît, les coups pleuvaient.

Les scènes enregistrées ont heurté à ce point la conscience publique, allant jusqu’à provoquer l’irritation d’organismes internationaux, qu’il fut difficile de considérer ce type d’action policière comme légitime. Il fut difficile d’accepter que le désir d’ordre fût plus important que l’État de Droit, que les Droits de l’Homme, que la liberté d’expression démocratique. Et c’est ici que commence le retournement de cette histoire.

Acte 3 : Ce n’est pas seulement pour les 20 centimes – C’est pour tout.

Le jour qui suivit la manifestation évoquée plus haut, les moyens de communication, de manière presque miraculeuse (?), commencèrent à raconter de nouvelles versions de l’histoire du mouvement : il y avait eu un problème de respect du côté de la police. Les bons citoyens devaient se mobiliser contre l’arbitraire. Le mouvement est légitime. Les bons citoyens devaient faire partie du mouvement, pour lutter pour un Brésil meilleur, contre la corruption, contre tout. Une vague de patriotisme envahit le pays. Il semblait que chacun se retrouvait dans le sentiment d’appartenance à la nation et voulait faire partie de ce moment historique. Ou de cette grande fête. Même des jeunes qui ne se sont jamais approchés d’une manifestation adhéraient au mouvement, ce qui, en principe, pourrait être quelque chose de très positif. Au vu des centaines de milliers de personnes qui ont pris la rue, c’était la joie de tout côté parce que « le géant s’était réveillé ». Entre vendredi et lundi, quelque chose est arrivé qui a réveillé le pays. La presse qui, auparavant, critiquait amèrement le mouvement, désormais l’exaltait, à pleins poumons. La grande question est : que s’est-il passé ?

Je crois que personne, en pleine conscience, ne croit réellement que ceci puisse signifier une prise de conscience de la part de la presse. Il s’agit, en fait, d’un coup de maître. Nous pouvons recourir à une métaphore pour l’éclaircir. Plutôt que de s’employer de front contre une force opposée à ses intérêts, elle a eu recours à quelque chose de caractéristique des arts martiaux : je n’attaque pas de front, j’absorbe l’énergie et je la rends dans une autre direction. Ce qui renverse l’opposant, c’est la force qu’il a lui-même engendrée. Simple, efficace, génial.

Autrement dit, plutôt que de critiquer les manifestations, les médias les ont transformées en quelque chose qui réponde à leurs intérêts, en incitant une masse de plus en plus grande de personnes à y prendre part. L’effervescence qui était déjà grande est devenue gigantesque. Il faut ici rappeler quelque chose de crucial : l’effervescence est en elle-même neutre. C’est une énergie qui peut créer, conserver ou détruire. Elle confère un caractère de sacralité à n’importe quel idéal qui a les faveurs d’un groupe d’individus. La manifestation n’est pas un lieu de débat, de formation d’opinion. C’est un lieu où les opinions déjà formées se manifestent et gagnent une intensité jusque là inespérée. Et il n’est pas difficile d’imaginer ce qui arrive lorsque les mots d’ordre se comptent par dizaines dans une seule manifestation. Encore plus lorsque les mots d’ordre ne sont pas seulement différents, mais contradictoires. Et quand il ne s’agit pas seulement des mots d’ordre, mais bien de véritables cosmologies (ou de visions du monde, ndt).

Le mouvement qui avait commencé en se positionnant au-delà des partis, mais s’accordant sur des visions de centre-gauche, comptant par ailleurs sur l’appui de partis de gauche, d’un jour à l’autre se vit dépassé par des personnes à leurs côtés qui s’opposaient à la présence de tout parti. Et qui avaient un discours d’opposition au gouvernement brésilien. D’opposition à la présidente de la république. On entendait des cris du genre « Dehors Dilma » (du nom de la présidente, Dilma Rousseff, ndt). Et, face à cela, deux scénarios paraissaient possibles, tous deux très intéressants pour l’opposition : un impeachment, plaçant Michel Temer (le vice-président, conservateur, ndt) dans la ligne successorale, ou la défaite aux prochaines élections pour le centre-gauche, de préférence avec la victoire d’un candidat de centre-droit.

Et comme si l’histoire n’était pas déjà suffisamment compliquée, voilà qu’elle allait se troubler encore. Ce ne sont plus seulement ces acteurs qui sont en jeu. Comme l’affirma Paulo Peres, politologue, ce mouvement a catalysé toute une série d’insatisfactions et a ouvert une « boîte de Pandore », de laquelle tout peut sortir : sans-partis critiques du gouvernement, anarchistes qui trouvent dans la destruction du patrimoine une de leurs formes d’action, skinheads et néonazis qui sont les partis de gauche, noirs, homosexuels et qui sait qui encore… Mais les médias persistent à montrer que les troubles ne sont que le reflet d’une minorité et que le mouvement est beau.

Aujourd’hui, jeudi 20 juin, ces différences sont encore attisées. La lutte pour les 20 centimes est d’ores et déjà gagnée. Les dizaines de mots d’ordre poursuivent leur chemin dans les rues, avec de nouveaux dédoublements. A São Paulo, des agressions entre les manifestants eux-mêmes, en particulier des skinheads et des néonazis. A Rio de Janeiro, des actes extrêmement violents contre des bâtiments publics. A Porto Alegre, la combinaison d’une action démonstrative de la Brigade Militaire et d’actes de déprédation contre de petits établissements commerciaux, réalisées par des personnes que l’on ne peut identifier. On ne sait pas qui ils sont ni ce qu’ils veulent. Le sentiment de tension et d’insécurité nous amène à nous poser des questions sur ce qui est en train de se passer. Chacun donne à sa manière du sens à ce qui arrive. Mais, sans aucun doute, apparaît de tous les côtés une sensation que quelque chose ne va pas.

Aujourd’hui encore, j’ai pris un taxi, où j’ai eu un échange verbal troublant. Le chauffeur m’affirmait qu’il était en faveur de la manifestation. Qu’il pensait, en fait, que l’on devrait tout casser à Brasilia (la capitale du pays, ndt), se débarrasser du gouvernement. Lui demandant qui il faudrait mettre à la place de Dilma, j’ai eu une réponse à laquelle je ne m’attendais pas : « Ca pourrait être un militaire, parce qu’eux au moins ne font pas de politique, et ils remettraient de l’ordre dans cette barraque. » Ni les pétistes (partisans du PT, le parti de Dilma Roussef, ndt), ni les toucans (opposants du PSDB, centre-droit, ndt), ni une victoire de l’extrême-gauche, ni aucun mouvement social.

Pour reprendre une expression de Max Weber, c’est le paradoxe des conséquences. Nous sommes les artisans de notre histoire, mais nos exigences ne sont pas les seules en jeu. Il existe des intérêts de tous types, certains portés par un appareil de propagande et d’investigation au-delà de notre capacité d’imagination. Il est temps pour nous aujourd’hui d’être intelligents. Il est temps d’utiliser notre raison un peu plus que nos sentiments, car il nous faut de la stratégie, de la lucidité. Il est temps, une fois de plus, de prendre l’histoire entre nos mains, de faire un diagnostic sérieux de présent, histoire de parvenir à nous construire un futur où seraient préservées ces valeurs qui nous sont les plus précieuses, parmi lesquelles, la liberté, la liberté responsable, dans le sens le plus profond du temps, la liberté de continuer à exprimer nos exigences et notre vision du monde.

Raquel Weiss
Professeure de sociologie de l’UFRGS.

“Venez, venez dans la rue”

Friday, June 21st, 2013

Eclaircissements sur le mouvement de protestation brésilien, en particulier à São Paulo

Ces deux dernières semaines, un large mouvement de protestation dans plusieurs grandes villes du Brésil a semblé rassembler des centaines de milliers de personnes dans les rues, donnant l’apparence d’une vague uniforme. Rien n’est pourtant moins évident.

Comme souvent au Brésil, quand il s’y passe quelque chose, il s’en passe beaucoup trop. En périphérie des interrogations légitimes sur la mobilisation de l’argent public en vue des événements sportifs des années 2014 et 2016, dont les exigences urbanistiques ont de larges répercussions sur des quartiers entiers de personnes souvent en état de fragilité importante, ce sont aujourd’hui des mouvements de protestation impressionnants qui secouent de nombreuses villes du pays, à commencer par les deux plus importantes en terme de population : Rio et São Paulo.

Et ce n’est pas tout : une proposition d’amendement de la constitution, connue sous le terme PEC37, propose de limiter le pouvoir d’investigation du Ministère Public, ce que nombre de personnes pensent être une espèce d’action de protection des politiciens contre la justice. La réalité est plus confuse : selon certains juristes, c’est le PEC33 qui est bien plus dangereux à cet égard, visant à « limiter l’autonomie du seul pouvoir qui ait encore un peu de respect au Brésil », nous précise Leandro Kfouri Bianchini, juriste pauliste. Ce pouvoir, selon lui, c’est la Cour Suprême, espèce de garde-fou contre les abus les plus flagrants de la classe politicienne brésilienne, mélange de Cour Suprême américaine et de Cour Constitutionnelle européenne. L’épouvantail PEC37 agité par la presse et de nombreux manifestants, semble, lui, vouloir mettre un peu d’ordre dans la confusion des attributions judiciaires1.

Dans un autre ordre d’idée, une proposition de loi vient encore d’être renvoyée aux calendes grecques, probablement en raison de l’agitation actuelle. Cette proposition a connu une récente notoriété sous le nom de « cura gay » ; elle est censée permettre aux psychologues de « traiter » les homosexuels. Cette proposition de loi émane de députés membres d’Eglises Evangéliques. Par contre, « il n’y a pas de loi autorisant le mariage gay au Brésil, mais la Cour Suprême a déclaré qu’il était anticonstitutionnel de les empêcher. Et donc, dans la pratique, ils se font, » nous explique Leandro.

MPL et les origines des agitations

C’est donc dans cette ambiance que les slogans ne pouvaient manquer à l’appel du MPL ou « Mouvement du Passe Libre » (Voir encadré), qui, depuis plusieurs années, milite pour un meilleur accès aux transports collectifs2, et surtout à moindre coût. Une toute récente augmentation du prix des transports collectifs (métro, bus), dans les principales villes du pays, a mis le feu au poudre. Le MPL a réussi à galvaniser une grande quantité de personnes, notamment des étudiants, qui, comme les médias européens l’ont fait savoir, ont longuement manifesté, tant à São Paulo, qu’à Rio et ailleurs, jusqu’à obtenir, ce 19 juin, la suppression de cette augmentation des tarifs.

« Groupe de militants depuis 2005 pour l’instauration du « passe libre » à São Paulo, le MPL s’est transformé en un mouvement national de lutte pour une nouvelle gestion de la mobilité urbaine, basée sur le transport public, gratuit et de qualité. Le MPL estime que cet objectif est possible si l’Etat renonce à ses investissements dans les transports privés et les reportent sur les transports publics. », d’après Dirceu Franco, historien. « Le MPL est un mouvement social indépendant et horizontal, sans président, dirigeant, chef ou secrétaire »

Ces manifestations furent tout d’abord très froidement accueillies par les couches sociales traditionnellement réactionnaires, et notamment par les médias. Mais suite à certaines violences policières, touchant notamment des journalistes, on eut une impression de retournement de la situation. « Ainsi, dit Amanda Vasconcelos Brito, étudiante en histoire de l’art, nous sommes passés d’une manifestation de « vandales » (comme la presse voulait la qualifier), à une « manifestation légitime d’un état démocratique » (pour moi, ce l’était depuis le début). » Désormais, ce n’était plus seulement les groupuscules d’extrême-gauche, les libertaires ou les seuls mouvements citoyens qui s’enflammaient, tant sur la toile que dans la rue, mais une bonne partie de la population bien-pensante, mais cette fois agitée de nouveaux slogans tels que « Je suis brésilien et fier de l’être », « Assez de corruption », « Pas de parti », vite rejoints par « Tous contre Dilma » (Dilma Rousseff étant l’actuelle présidente de la République), voisinant des « Non au PEC37 » et des appels à ne pas venir à la Coupe du Monde de l’année prochaine.

« Un ami vient de me dire que nombre de ses amis réactionnaires ne cessent de poster des trucs contre le gouvernement actuel. Tous veulent en profiter, évidemment… Des choses du genre : Plus de Bolsa Familia ! »3, nous rapporte Bianca Antunes, rédactrice et éditrice à São Paulo. Ces « manifestants issus de la classe moyenne (…) semblent depuis un bon moment (et même depuis toujours, je crois) mécontents du gouvernement du PT, on parle même déjà d’une procédure d’impeachment de la présidente. Comme si ça allait résoudre quelque chose », constate Amanda.

Les critiques contre la présidente de la République, légitimes à d’autres occasions, n’ont guère de sens ici : « L’augmentation (des tarifs de transports) est le fruit d’un accord entre les gouvernements des Etats et ceux des villes », nous apprend Plinio Birskis Barros, licencié en Lettres de l’Université de São Paulo. Rien à voir, donc, avec l’Etat Fédéral. Mais tout est arrivé, comme dans un entonnoir, sur les images des manifestations, et la présidente a toujours été la cible privilégiée des classes sociales les plus réactionnaires. Par facilité surtout, car, si donc Dilma Rousseff peut être critiquée aussi bien sur sa gauche que sur sa droite, il faut également rappeler qu’elle gouverne avec une coalition de centre-droit et que son élection fut soutenue, Etat par Etat, par pratiquement tous les hommes d’influence qui désiraient se placer dans le sillage de la popularité de Luis Ignacio Lula da Silva, le précédent président.

Cette confusion a fini par noyer le fond du message du MPL, dont la critique sociale était bien plus profonde que les seuls 20 centimes de real supplémentaires par billet de bus. Mais non pas comme la presse bien pensante tente de le faire passer, c’est-à-dire un mouvement poujadiste de rejet du gouvernement fédéral. « Qu’il soit bien clair que la Globo (principale chaîne de télévision privée) et toutes les autres n’appuieraient jamais un mouvement qui lutte contre l’augmentation (des tarifs de transport) ; ils ont voulu tirer la couverture à eux, et ils y sont arrivés », selon Plinio. « A partir de vendredi (14), les médias ont commencé à promouvoir un discours de « Ce n’est pas seulement pour les 20 centimes » (…) J’ai tout de suite pensé : quelque chose va mal, avant même de déceler la stratégie de la droite. (…) Hier (18 juin), la manifestation confondait déjà les choses (…), d’autres thèmes, d’autres panneaux commençaient à surgir, portés par un groupe ridicule enrubanné dans le drapeau du Brésil, chantant « je suis brésilien, avec beaucoup de fierté et beaucoup d’amour ». La lutte contre les tarifs était encore présente, mais rejointe par des arguments étranges contre la Coupe du Monde, contre la corruption et contre Dilma. Voilà la stratégie de la presse : nous dirons que ce n’est pas seulement contre l’augmentation, mais aussi contre la corruption du gouvernement du PT, de sorte que nous neutraliserons le mouvement et nous liquiderons Dilma devant le monde entier… »

Ce qui n’était pas du tout l’objectif du MPL. D’après Dirceu Franco, historien, c’est l’industrie automobile qui est en ligne de mire. « Depuis au moins soixante ans, l’industrie du pneumatique et des véhicules est responsable, au Brésil, d’une partie significative des emplois offerts chaque année. Ces grands entrepreneurs sont depuis longtemps plus forts que les gouvernements eux-mêmes. L’exemple le plus récent est la succession de réduction de la taxe sur les produits industrialisés dans leur domaine. Le gouvernement de Dilma Rousseff a perdu tous ses bras de fer avec l’industrie de la voiture. » Le MPL remet en question l’importance accordée depuis le président Juscelino Kubitchek au développement du transport privé. Ce qui n’est pas du tout du goût des médias traditionnels… et suffit pour expliquer la récupération…

Depuis la manifestation du jeudi 13 juin dernier, le mouvement de contestation s’est donc trouvé peu à peu confisqué au MPL, non seulement par ces dizaines de slogans à la limite du poujadisme, mais aussi par une presse qui, apparemment retournée par les violences policières, en a profité pour mettre en exergue toutes ses critiques contre le parti de la présidente, flattant donc par là la frange droitière du pays. On entend dire dans les manifestations « La seule bannière acceptable est celle du Brésil. » Le MPL avait eu beau répéter qu’il ne refusait la présence de personne, ni d’aucune bannière, il souffrait naturellement des faiblesses de son type de mouvement : horizontal, sans chef, sans service d’ordre, il fut vite débordé par les initiatives qui s’agglomérèrent autour de lui, qu’elles viennent de groupuscules désireux d’en venir aux mains ou de briser des vitrines ou de faux protestataires dont le souci principal est de préserver leurs privilèges.

Le mouvement homogène n’existe donc pas, ou plus : il s’agit désormais de grandes tendances, souvent contradictoires, certaines clairement cautionnées par les grandes chaînes de télévision et les journaux généralement les plus suivis par l’Establishment. Ces oppositions devaient fatalement tourner au vinaigre ; au cours de la manifestation du 20 juin, des heurts opposaient les porteurs de bannières brésiliennes et ceux qui portaient les couleurs de partis ou de mouvements sociaux. Ce sont les premiers qui semblent s’être emparé du terrain.

Dirceu Franco: « Ecoute, vraiment, le mouvement dominant, c’était la bannière contre la corruption. Derrière, un grand groupe du PT/CUT/MST.
Hélène Châtelain: « Le MPL n’est plus là? »
Dirceu: « Le MPL est là aussi. »
Hélène: « Et cette bannière contre la corruption… Elle est comment? »
Dirceu: « En tissus, avec du bleu, du blanc et du noir. »
Hélène: « Non, je veux dire: critique sociale ou droite conservatrice? »
Dirceu: « Ah… Droite conservatrice. De la pire espèce. Personne ne parle de lutter contre la mafia des transports, ou de participer de la distribution du budget municipal. Ces bannières, à l’exception de celles du MPL, sont assombries par la droite conservatrice aujourd’hui. Je ne sais pas. Je crois que ça va se démobiliser, vraiment… »4

Ces mouvements peuvent-ils être animés par une « connexion centrale (…), le sentiment d’injustice et de faillite des Pouvoirs de l’Etat brésilien -en particulier des Pouvoirs Exécutif et Législatif », comme le fait remarquer Leandro Kfouri Bianchini ? « Il existe une idée collective selon laquelle nos gouvernants et législateurs sont corrompus, font un mauvais usage de la machine publique et de l’argent public, qu’il est investi dans des travaux surfacturés et superflus (comme les stades de la Coupe et les installations pour les Olympiades), alors que nous manquons d’hôpitaux de qualité et bien équipés, des écoles, alors que le transport public est bien trop cher et inefficace, etc. Pour résumer en quelques mots : les montagnes d’argent que nous payons en impôts ne sont pas employées correctement, et ne reviennent jamais à la population, (ceci menant à) l’élaboration de lois qui ne bénéficient qu’aux gouvernants eux-mêmes -y compris pour les protéger des crimes qu’ils commettent. »

Le problème, note encore Leandro, c’est que cette connexion est ténue, parce que « les intérêts (des manifestants) sont très hétérogènes, bien qu’unis par un sentiment commun d’injustice. Et donc, chacun dans la foule crie une chose différente. Les uns défendent la liberté d’expression, les autres la réduction des impôts, les autres une meilleure sécurité publique, et ainsi de suite. »

Leandro, optimiste, se réjouissait encore le 19 juin de la présence de « pauvres et de riches, de noirs et de blancs, de travailleurs et de chômeurs, de docteurs et d’analphabètes, de gays et d’hétéros, de protestants et d’athées, qui tous luttent côte à côte. »

Trop optimiste ?

Vendredi 21 juin… Suite à la dernière manifestation organisée la veille, et qui fut marquée, comme nous l’avons dit, par des marques d’hostilité de nombreux manifestants à l’égard des mouvements sociaux et des partis, y compris ceux qui sont partie prenante depuis le début aux revendications du MPL, ce dernier décide de ne plus organiser d’actions pour le moment… Sans doute la prudence et le dégoût de la récupération du mouvement par des ensembles réactionnaires ont-ils contribué à cette décision. En dépit des déclarations d’un porte-parole temporaire, leur conquête resssemble bien à une victoire à la Pyrrhus.

Même jour. Plinio revient de manifestation… Il était du côté gauche… Du côté droit sont arrivés des projectiles, objets enflammés, bouteilles… Une sur sa tête…
Leandro était peut-être trop optimiste, mercredi…

A suivre…

  1. Voir pour information le site suivant : http://www.anonymousbrasil.com/politica/uma-analise-sobre-os-textos-das-pecs-33-e-37/ []
  2. Collectifs, mais pas vraiment publics, puisque ces transports sont contrôlés par des entreprises privées. []
  3. Bolsa familia est un programme d’aide aux plus démunis, généralement attribué sous forme d’une carte de crédit alimentée mensuellement et mise à la disposition, la plupart du temps, de mères de familles. []
  4. Voir aussi: http://www.cartacapital.com.br/politica/militantes-de-partidos-e-movimentos-sociais-viram-alvo-em-sao-paulo-6932.html. []

Chronique des élections présidentielles locales VI

Thursday, September 23rd, 2010

Après les différents articles surtout consacrés au contexte et aux trois candidats principaux: Dilma Rousseff, José Serra et Marina Silva, je voudrais revenir en deux fois sur “ce que pense la gauche” au Brésil. La deuxième partie sera consacrée à quelques amis militants. La première aux médias.

1e partie: les médias de gauche.

Pour commencer, ne faut-il pas rappeler ce qu’on entend par gauche?
En effet, des trois candidats principaux, il appert qu’il n’y en a qu’une qui se réclame plutôt du centre (Marina) et les deux autres (Serra et Dilma) se revendiquent du centre-gauche. Or, on sait que les trois sont en faveur d’une économie de marché soutenue par un État actif et interventionniste, mais très modérément, voire peu enclin à redistribuer les richesses et à réformer les impôts pour les rendre socialement plus justes.

Ce sont clairement -selon les définitions adoptées par l’auteur de ce blog- trois candidats de droite.

Ensuite, il y a un candidat clairement de gauche, Plinio de Arruda Sampaio, qui plafonne à 2 pour-cent des intentions de vote, affilié au PSOL, un parti né d’une scission avec le PT, parti de Lula. Mais, même dans son parti, il n’a pas l’approbation de tous pour être encore trop modéré. C’est tout dire.

Et donc, il nous reste l’opinion de certains médias de gauche.
Aucun n’a pris le parti de Serra, ce qui est déjà un signe en soi. Ils laissent d’ailleurs peu de place au doute, sinon à un éventuel droit de réponse1.

Parmi mes lectures préférées, seul le Piauí2 a donné la possibilité au PSDB, le parti de José Serra, de s’exprimer dans ses reportages. C’est que cette revue, antiquement de gauche, s’est progressivement éloignée de tout positionnement pour faire du journalisme d’investigation “sans tendance”. Il y réussit assez bien, réalisant parfois des reportages d’une grande profondeur critique, tout en évitant pratiquement toutes les grilles de lecture possible. Ce qui le rend dans certains cas difficile et peu engageant, car peu engagé. Il est malheureusement largement soutenu par la publicité, et pas des plus socialement ou environnementalement intéressante. Par contre, ses qualités graphiques et artistiques sont appréciables.

Une autre revue mensuelle, beaucoup plus engagée, balance entre le réalisme du lulisme “qui-a-quand-même-amélioré-la-vie-de-beaucoup-de-monde”, et donc le ralliement pragmatique à Dilma, et une critique plus acerbe de tous les candidats, c’est le “Caros Amigos“, que j’ai déjà évoqué à plusieurs reprises dans ces colonnes. Globalement, elle vient de sortir un numéro spécial élection qui montre que les trois candidats principaux sont tirés (mais est-ce une surprise) par l’argent des grandes entreprises. Le capital est sauf. Heureusement, la critique aussi. Caros Amigos est relativement indépendant de la publicité et choisit plutôt des produits de type culturel.

Le seul hebdomadaire un peu intéressant, tant par la qualité journalistique que par son côté politique, c’est le CartaCapital, que j’ai déjà comparé, je crois, dans ces colonnes à Marianne (sur le plan économique) ou au Nouvel Obs (sur le plan politico-culturel). Ce qui est tout dire. Je le lis régulièrement parce que, à défaut de me convaincre sur bien des plans, il reste une des sources les mieux renseignées depuis le dessus, sans être outrageusement de droite. CartaCapital a clairement fait le choix de pousser “de manière (modérément) critique” la candidature de Dilma Rousseff.

(Tiens, je remarque depuis quelques semaines que, les sondages montrant de plus en plus une tendance vers cette dernière, que le camarade José Serra, ex-maire de São Paulo et ex-gouverneur de l’État de São Paulo, commence à perdre les faveurs de médias de droite aussi… L’explication en est simple: on prépare déjà la succession et on sacrifie le bouc émissaire pour lui attribuer la défaite pratiquement certaine…)

Parmi les revues de gauche, on comptera encore
Forum“, mensuel sérieux, apparu avec le Forum Social Mondial, attrayant, intelligent, plutôt en accord avec la militance pragmatique, susceptible d’ouvrir ses pages à des personnes qui ne plaisent pas au gouvernement Lula ou à qui il ne plaît pas, mais qui reste raisonnablement en sa faveur, et en tout cas résolument contre Serra. Son propos est proche des milieux universitaires, des intellectuels de gauche, les arguments y sont clairs, développés, intéressants. Au niveau publicitaire, on peut le comparer au Monde Diplomatique: il choisit visiblement ses annonceurs, comme le Caros Amigos.

Brasil de Fato“, un hebdomadaire essentiellement proche des organisations non gouvernementales, des militants de base, des travailleurs, du Forum Social Mondial également, des indigènes. Généralement les articles y sont fort bons, mais la présentation est désagréable. La publicité en est absente. Brasil de Fato parle très peu des élections.

A Nova Democracia“, journal rouge-rouge, sans concession à l’égard du gouvernement, qu’il estime traître à la cause sociale, comme des deux autres candidats financés par les entreprises. Pas de pub. Quelques dessins de presse. Agressif, virulent, comme un CQFD, mais loin d’être aussi drôle.

Voici un extrait du dernier numéro, traduit par votre serviteur:
(…) les programmes des trois candidats de tête de la presse des monopoles, à savoir Dilma Rousseff, José Serra et Marina Silva, se limitent à un noyau commun de contenus basés sur les engagements assumés par Luiz Inacio (Lula) en 2002 avec la fameuse “Lettre au peuple brésilien3. Celle-ci révélait toute la servitude du candidat d’alors aux desseins du Fonds Monétaire International, de la Banque Mondiale, de l’Organisation Mondiale du Commerce et des autres organismes dirigés par la Maison Blanche et par les oligarchies financières internationales.

Or, s’il y a au fond une extrême convergence, il reste bien peu de place pour différencier les propositions, autrement dit, chacun fait bien attention de réaffirmer chaque fois, directement ou subliminalement, son engagement envers l’impérialisme, la grande bourgeoisie et la grande propriété terrienne, de l’ancien comme du nouveau types. (…)

Le “Monde Diplomatique Brasil” est loin d’arriver aux genoux de son modèle français, mais il est vrai que le défi était de taille. Cependant, les articles de fonds, scientifiques, sur l’Amérique Latine, sont souvent très intéressants. Par contre, les éditoriaux locaux sont peu développés. D’un autre côté, on trouve souvent des informations argumentées intéressantes. Enfin, une bonne partie du journal est le produit de traductions de la version française ou d’autres éditions du Monde Diplomatique dans le monde. Quant aux élections, il en critique le fonctionnement, les institutions, et essaie de ne pas se positionner entre les différents candidats.

On m’a encore conseillé ces journaux-ci, mais je n’ai pas encore eu le temps de les visiter:
“Portal Vermelho”,
“Agência Carta Maior”,
“Correio da Cidadania”,
“IHU Online”.

De manière générale, on peut dire que la presse de gauche est clairement consciente des limites des candidats en présence et, si certains journalistes ou éditorialistes se rangent à l’idée d’une Dilma, voire d’une Marina, la plupart estiment au mieux qu’il ne s’agirait dans les deux cas que d’un pis-aller. Le système est encore loin d’être satisfaisant et ne donne pas la chance, véritablement, à une lutte clairement polarisée. Mais est-ce une surprise?

Un petit éclaircissement final:

Les élections du congrès fédéral et des assemblées des 27 États auront lieu en même temps. La confusion y est totale. Les affiches électorales, à São Paulo, comportent généralement le prénom du candidat, sa bouille, un vague slogan et, surtout, en très grand, le numéro qui le réprésente. Le signe du parti est souvent absent4, ou alors dévalorisé. On compte sur l’analphabétisme ou l’illettrisme pour focaliser l’attention des électeurs sur des détails graphiques, sur des souvenirs d’information, mais surtout sur “ce que le candidat a déjà fait pour” l’électeur. La relation contractuelle entre l’élu et son électorat rappelle évidemment de nombreuses situations en Europe, mais ici elles sont plus claires, plus évidentes, peut-être plus transparente. Le mot féodal est souvent utilisé par mes interlocuteurs. S’il est justifié, j’ai souvent envie d’évoquer le clientélisme à la romaine avec eux. Phénomène que nous sommes loin de méconnaître aussi en Europe.

Enfin, les alliances entre partis sont tellement complexes, d’un État à l’autre, parfois d’une ville à l’autre, que les électeurs ne peuvent plus rien y comprendre… Un parti dans l’opposition au fédéral peut s’associer à un autre proche de Lula dans tel État, avec à la clé une neutralité voire un engagement opposé à celui de son candidat officiel à la présidentielle, par exemple.

Alors, pour moi déjà qui n’ait aucune estime pour le système électoral et la particratie, à la limite, poussés jusqu’à leurs limites, ils en deviennent presque amusants… si le sujet n’était pas aussi sérieux.

On comprend peut-être mieux les difficultés de positionnement des médias de gauche.

Ou non?

  1. Le Monde Diplomatique Brasil de ce mois avait donné la possibilité à José Serra de participer à une confrontation entre les 4 candidats principaux, qu’il a déclinée. []
  2. Tous ces journaux existent en format-papier. []
  3. Un document que Lula présenta peu avant les élections de 2002 et qui le montrait comme immensément plus modéré qu’au cours des précédentes élections. Il s’y engageait notamment à “respecter les engagements et les obligations du pays”, à soutenir aussi bien les grandes entreprises agricoles que les familiales, autrement dit que malgré sa promesse (non tenue après 8 ans) de réforme agraire, celle-ci serait faite en accord avec ceux qui la refusent depuis toujours, il y parle de croissance, de compétitivité, de large coalition avec les entreprises, de règlement de la dette, au moins autant sinon plus que de redistribution des richesses, etc. []
  4. Un exemple ici lié est l’ancienne maire de São Paulo, “>Marta Suplicy. Je vous invite à écouter le petit poème dit en entrée de son site, suivie de la chanson -une pratique courante pour les candidats, en effet, est de lancer des espèces d’hymnes à leur personne. Si Marta s’associe à Lula et Dilma dans la chanson, on ne voit pas le nom de son parti sur son affiche. []

Chronique des élections présidentielles locales V

Tuesday, July 13th, 2010

Résumé des épisodes précédents1 :
Trois candidats principaux se disputent la présidence du Brésil à partir de 2011. Marina Silva et José Serra ont déjà été présentés.

quatrième partie: Dilma Rousseff.

Voilà une personne qui aurait fait rêver plus d’un fan de Che Guevara ou de Salvador Allende. Dilma, née dans la classe moyenne d’origine libanaise, s’est transformée, sous la dictature, en rebelle, en militante de la démocratie, touchée par la grâce du marxisme et de la lutte des peuples contre le pouvoir militaire. Arrêtée, emprisonnée, torturée, elle se flatte d’avoir menti à ses tortionnaires (ce que lui ont reproché, inexplicablement, certains porte-flingues du côté de José Serra).

Dilma Rousseff, après la dictature, se lance dans la politique avec des compétences en économie similaires à celles de son rival principal, José Serra. Elle part de tout en dessous: municipalité, état, à chaque fois comme technicienne, notamment de l’énergie, son dada, mais donc pas comme élue. On le lui rappelle assez aujour’hui: Dilma n’a jamais affronté une urne. Passée du PDT (gauche nationaliste historique) au PT au moment de l’accession de Lula au pouvoir, elle devient ministre de l’énergie. Lula lui fait une confiance telle qu’au moment où son ministre de la “maison civile” (pratiquement son premier ministre) est pris dans un scandale financier, en 2005, il la choisit pour le remplacer, et progressivement elle devient la favorite à sa succession dans son coeur.

Les discours actuels de Dilma ne diffèrent guère de ceux de José Serra: développementisme, redistribution des richesses partielle, meilleure gestion, mais pas de justice pour les victimes de la dictature (à part quelques concessions financières), pas de remise en question fondamentale du statu quo environnemental ni agricole, pas de réforme en faveur des sans-terres. Un mot qui revient souvent dans sa bouche, c’est “méritocratie”, quand elle évoque la fonction publique. Ça devient gênant pour quelqu’un qui est censé avoir adopté Marx.

Enfin, parlons de ses alliances. Son candidat vice-président, Michel Temer, fait partie du très corrompu et très réactionnaire PMDB, pour lequel le PT a renoncé à combattre certains des barons les plus liés au régime militaire, comme José Sarney, par exemple, “colonel” du Maranhão.

À suivre: quelques militants de gauche au Brésil réagissent à la campagne.

  1. Un, deux , trois et quatre. []

Chronique des élections présidentielles locales IV

Sunday, July 4th, 2010

Résumé des épisodes précédents1 :
Trois candidats principaux se disputent la présidence du Brésil à partir de 2011. Marina Silva a déjà été présentée.

troisième partie: José Serra.

À l’image de l’ancien président Fernando Henrique Cardoso, José Serra, qui a été son ministre de la santé jusqu’en 2002, pourrait dire “Oubliez tout ce que j’ai écrit.” Leader étudiant en 1964, de gauche, il s’exile au moment du coup d’état, va rejoindre le Chili d’Allende, pour ensuite, après bien des années hors de son pays, rentrer et se ranger dans un parti conservateur, américanophile et largement à la bonne avec les médias de droite et les milieux économiques.

Son discours est empreint de contradictions inhérentes à sa position: il vante le système de santé qu’il a contribué à mettre en place et critique ce qu’il est devenu, alors que Lula n’y a pratiquement pas touché (à tort d’ailleurs); il se dit plus à gauche que Lula mais milite dans un parti de droite; il prétend que la Bolsa Familia2 est une invention de Fernando Henrique Cardoso, mais son parti passe son temps à en critiquer le principe et les pratiques; il est issu de la résistance (passive) à la dictature alors que son parti en est pratiquement issu3.

Maire de São Paulo, ministre de la Santé, puis gouverneur de l’État de São Paulo, José Serra n’a pas exactement la fibre négociatrice dans la peau. Pendant les trois dernières années de son exercice4, il a envoyé la police contre les étudiants, refusé de discuter avec les enseignants tant qu’ils étaient en grève et envoyé un corps de police contre un autre qui réclamait des ajustements de salaire promis. Son souci de la sécurité l’empêche de condamner les plus de mille morts par an provoquées par la police et la police militaire parmi les “civils” des favelas, un grand nombre d’entre elles ressemblant plus à des exécutions qu’à des actes de légitime défense. Comme candidat à la présidentielle, il a décidé de s’approprier ce thème, alors qu’il ne fait pas partie des prérogatives du président. C’est son petit côté Johan Vande Lanotte: j’étais de gauche, mais j’appuie sur la gachette en direction du peuple.

Économiquement, Serra prétend faire la même chose que Lula en mieux. Voilà un argument qui signifie tout et son contraire. Il n’y a pas grand’chose à en tirer de positif.

Prochain épisode: Dilma Rousseff.

  1. Un, deux et trois. []
  2. Programme de soutien aux familles les plus pauvres comparables à un minuscule RMI attribué principalement aux mères de famille. []
  3. Jusqu’à certains de ses membres qui ont reproché à Dilma Rousseff, sa concurrente, d’avoir fait partie des “terroristes” durant la période “militaire” et d’avoir menti sous la torture. []
  4. Il vient de “renoncer” à sa charge pour se présenter aux présidentielles. []

Chronique des élections présidentielles locales III

Sunday, June 27th, 2010

Résumé des épisodes précédents:
Trois candidats, principalement, se disputent le siège de la présidence à partir de l’an prochain, au Brésil: José Serra, Dilma Rousseff et Marina Silva. Beaucoup d’intérêts s’entrechoquent autour d’eux.

Troisième partie: Marina Silva, actuellement créditée de 8 à 12% des voix au premier tour.

Membre du PT de la première heure, ex-ministre de l’environnement du Président Lula pendant près de six ans, Marina Silva a un parcours pour le moins atypique.

Originaire d’Acre, elle a grandi dans une famille très pauvre, dépourvue de droits scolaires pendant toute son enfance et n’a appris à lire et à écrire -contre le désir de son père- que… grâce à une maladie qui a failli la tuer et l’a clouée au lit suffisamment longtemps pour lui laisser le loisir de s’instruire. Elle ira ensuite jusqu’à l’université; à son crédit, malgré sa réussite, de refuser de servir d’exemple pour montrer que, même partant de rien, on peut arriver à tout: pour elle, être une exception ne permet pas de déterminer une règle. Et de continuer de réclamer un meilleur enseignement public.

Ensuite, elle a failli entrer au couvent. C’est un mariage qui l’en empêchera (elle a divorcé depuis). Plus tard, de catholique, elle virera évangéliste -c’est-à-dire membre d’une secte religieuse protestante. Entretemps, elle aura rencontré Chico Mendes, LE militant seringueiro des années 80′, assassiné pour avoir été une véritable épine dans le pieds des gros propriétaires terriens. Elle se consacrera à corps perdu à la cause de Chico Mendes.

Militante historique du PT depuis ses origines ou presque, Marina sera longtemps derrière Lula. Aujourd’hui, elle a quitté son parti, rejoint le PV (parti prétendument vert) et se présente aux élections sous cette couleur. D’aucuns estiment qu’elle pique des voix à Dilma Rousseff, la candidate de Lula, et qu’elle risque de soutenir indirectement José Serra. Sachant qu’il y a deux tours d’élections, ce raisonnement est pour le moins sujet à caution. Mais soit.

Revenons à la personne de Marina Silva.

Elle a la réputation de défendre exactement ce qu’elle dit, ce qui semble corroboré par sa sortie du gouvernement deux ans avant les élections; jusqu’au début de l’année, elle ne semblait pas destinée à se présenter. Ministre, elle a tenté de défendre, dit-elle, les intérêts de la nature, des peuples indigènes, elle était internationalement reconnue comme ZE militante écologiste. Ce qui ne l’a pas empêchée de participer -six ans!- à un gouvernement qui a poursuivi les programmes d’expansion de l’agriculture et de l’élevage sur les terres de l’Amazonie et de réalisation de gros ouvrages tels des barrages et des usines à gaz, sans compter le programme nucléaire local soutenu par la France: ses luttes avec le ministère de l’énergie et celui de l’agriculture se sont généralement soldées par des échecs. Elle a, semble-t-il, avalé pas mal de couleuvres sous le couvert du “réalisme” économique.

Même si l’on devait supposer une sincérité brimée et frustrée dans son chef, on ne peut s’empêcher de retoquer Marina Silva sur une récente déclaration qu’elle a faite dans le magazine Istoé: à la question “accepteriez-vous le financement de l’entreprise Vale?”, elle a répondu qu’elle estimait que cette entreprise respectait le droit social et l’environnement et que, oui, s’ils la contactaient, elle accepterait leur soutien.

Or, Vale est largement critiquée dans la presse de gauche (Caros Amigos, Brasil de Fato1) précisément pour son mépris pour les droits du travail et l’environnement dans l’ensemble des régions du monde où elle est active. De Marina, on craint une ignorance maladroite ou une tolérance coupable… Et ce n’est qu’un exemple qu’on pourrait multiplier.

Dans un autre registre, qu’on pourrait peut-être plus aisément lui pardonner, Marina Silva est hautement mystique, mélange allègrement les mérites de la science et de la foi2, s’oppose à l’avortement, par exemple, et n’accepterait de traiter des questions dites “éthiques” que via des réferendums. Il est clair que l’allusion à la démocratie directe devrait nous plaire3, mais l’on sait parfaitement que l’influence conjuguée de toutes les sectes locales au Brésil amènerait fatalement plutôt à un recul des idées laïques qu’à des avancées.

Au total, même si, des trois candidats principaux, elle est la moins pire, Marina Silva, de jeune militante infatigable, est devenue, comme tous les autres, une jeune (elle a plus ou moins 50 ans) candidate infatigablement opportuniste.

Prochain épisode: José Serra

  1. Caros Amigos: le site se trouve ici, mais vous devez naviguer dessus pour trouver la référence dans le numéro de mai 2010 de l’article Vale, a mineradora com as mãos sujas de sangue de Tatiana Merlino; et Brasil de Fato: Vale est une transnationale dont les pratiques sociales et environnementales sont combattues dans le monde entier. []
  2. Elle estime notamment que, si elle a été guérie de sa grave maladie étant jeune, c’est grâce à Dieu et à la médecine. []
  3. Encore qu’elle critique fortement le régime vénézuélien pour son système participatif, allez comprendre. []

Chronique des élections présidentielles locales II

Friday, June 18th, 2010

Résumé de l’épisode précédent:
Petit topo sur les élections présidentielles brésiliennes.
En lice (officiellement à partir de ce week-end):
José Serra, du PSDB, qu’on dit ici du centre, mais que je verrais bien fort à droite, surtout question dialogue social;
Dilma Rousseff, du PT, chouchou de Lula, ex-coco, mais vouée à la Realpolitik et à la méritocratie;
Marina Silva, du PV, ex-ministre de l’environnement de Lula, très populaire, mais qui s’est fait plein d’ennemis aussi, et dont le côté mystique me gène.
-et quelques autres mandaïs, mais disons que, pour parler électoralement, il s’agit de quantités négligeables.

2e Partie: les forces en présence.

-le lobby financier et la banque centrale;
Patron de la Banque Centrale depuis la présidence (de droite) de Fernando Henrique Cardoso, Henrique Meirelles défend avec efficacité les intérêts des banques, grâce au taux d’intérêt régulièrement le plus élevé du monde. Sous prétexte de freiner une inflation qui était, jusqu’aux années 90′, l’un des fléaux du pays, le SELIC tourne toujours autour de 10% (Il est descendu à 8%, mais c’était un plus bas historique qui a été revu à la hausse suite à la crise), quand son homologue américain est virtuellement négatif (inférieur au taux d’inflation) et ceux des pays européens tournent autour de 1 à 2%. Les banques aiment ce taux, car il justifie leurs profits faramineux -sans bouger les oreilles-, alors que leur gestion a été reconnue régulièrement comme parmi les pires du mondes. La Banque Centrale fut et est l’un des cailloux constants dans les chaussures du PT au pouvoir depuis 2002: impossible de sortir de la dépendance des banques qui menacent constamment de replonger le pays dans le chaos pré-Lula. Ce dernier, en fait, a pactisé avec les banques afin d’établir ses grandes politiques de développement et de charité publique. Il a rejoint, ni plus ni moins, les mouvements “réalistes” des socio-démocrates européens.

-le lobby de l'”agronegocio” et les fazendeiros;

Ce lobby est à peu près partout au Congrès. Certains journalistes estiment à un tiers les congressistes qui y sont liés. Et tous les partis importants, ou presque, sont infiltrés par les tenants des grandes propriétés foncières. Leurs arguments sont connus: ils produisent une part majeure du PIB brésilien, sont responsables pour la plus grande partie des exportations du Brésil et nourrissent le peuple. Sauf que ces arguments tombent devant les défenseurs des droits sociaux et de l’environnement, et que les études les plus sérieuses montrent que le marché intérieur est surtout alimenté par l’agriculture familiale. Mais alors que celle-ci est très peu soutenue, l’agrobusiness, lui, reçoit la plus grande partie des subsides de l’état, paie peu voire pas d’impôts et bénéficie d’indulgences bancaires considérables. Leur influence est considérable dans le traitement de la réforme agraire -qui n’avance pas-, de la propriété de la terre -qui est entachée d’innombrables fraudes-, de la tolérance aux engrais chimiques et aux OGM, des droits du travail, des priorités en matière de déplacement des richesses et des capitaux.

-Les partis;
Les principaux partis sont presque tous nés après la dictature, mais deux d’entre eux, le PMDB (droite conservatrice) et le DEM (droite dure), sont les héritiers directs des deux seuls partis autorisés entre 1965 et 1985. Le PSDB (centre-droit genre MR ou UMP) est une dissidence du PMDB. Le PSol (plutôt gauche-extrême-gauche) et le PV (pseudo-écologistes) sont des dissidences du PT (ex-de gauche, genre PS) qui s’est déclaré le grand opposant à la sortie de la dictature. Il y a encore quelques partis, comme le PSB, le PDT, le PCdoB ou le PCB, qui sont des acteurs réguliers de la scène politique, mais plus petits. Leur importance est surtout liée au temps d’antenne à l’époque des campagnes électorales, car ce sont les alliances entre partis qui déterminent les quotas de chaque candidat ou de chaque cartel de partis. Ce qui donne une véritable enchère aux partis… Les défections des élus, qui passent d’un parti à un autre, sont légion, considérées comme un scandale par les uns, et un droit légitime par les autres. Je vous laisse deviner qui pense quoi.

-les mouvements populaires -le MST, et…;
Il faut être franc: les mouvements populaires au Brésil sont sous-considérés. Ils existent, au-delà du MST, mais ils sont terriblement faibles en raison de leurs relations soit au pouvoir en place, soit aux partis, soit aux syndicats. Le MST (avec le MTST) fait figure d’exception, ce qui explique l’extraordinaire campagne de diffamation dont il fait continuellement l’objet dans la presse générale (sauf évidemment dans la presse d’extrême-gauche, qui n’est pas négligeable). Ce mouvement gigantesque a certes des défauts (comme par exemple son aspect mystique prononcé), mais il n’est ni autoritaire, ni centralisé comme il a été parfois dépeint, même s’il suit des règles établies dès l’origine (il existe d’autres mouvements de sans-terre qui ne les suivent pas). Les différentes structures régionales jouissent d’une grande autonomie d’action et, si tout n’est pas horizontal, loin s’en faut, l’appui aux mouvements spontanés est systématique depuis les structures reconnues par les médias comme dirigeantes -et qui en fait suivent surtout les initiatives locales.

-les syndicats;
Ça ne vaut presque pas la peine d’en parler. Les syndicats sont tellement dépendants des financements “publics” qu’ils sont corrompus dans tous les sens. En outre, les droits de grève et de manifestation ici sont tels qu’ils font passer les régions européennes comme de douces localités libertaires.

-le clientélisme;
Sans doute la plus importante des influences politiques au Brésil. Des villes, des régions, des États entiers fonctionnent uniquement sur base des faveurs obtenues auprès des élus qui paient en “paniers de base” le choix qui s’est porté sur eux. Les structures quasi-féodales sont appelées ici “colonélisme”. Il y a un véritable rapport de suzerains à vassaux entre les potentats les plus grands et les plus petits, allant jusqu’aux milices privées, aux rabatteurs, aux informateurs… Le clientélisme au Brésil ferait passer les partis wallons pour des amateurs.

-les médias.
Les principaux médias au Brésil sont
a) les télévisions, parmi lesquelles la Rede Globo fait figure de tf1 locale. Son influence est manifeste et a été dénoncée jusqu’ici sans grand succès en raison de la surprotection dont elle bénéficie au niveau politique, chacun sachant que celui qui l’attaque se retrouve persona non grata sur la chaîne et se prive d’une audience énorme. Deux autres chaînes totalement à la botte de sectes protestantes se partagent le principal du gâteau.
b) les journaux, dont les principaux sont, parmi les quotidiens, la Folha de São Paulo (droite décomplexée perçue de centre-gauche), l’Estado de São Paulo (plus sérieux, plus conservateur, pas plus fréquentable), Globo (lié au consortium de télévision susnommé -berk) et quelques autres quotidiens, dont beaucoup de sports; et parmi les hebdomadaires, on retrouve surtout la Veja (porte-parole de la droite sécuritaire la plus réactionnaire), Época (guère mieux, type Figaro Magazine), IstoÉ (prétendument plus indépendant, mais défendant surtout les intérêts de ses propriétaires et donc pas anticapitaliste du tout), CartaCapital (qu’on pourrait qualifier de Marianne local). Les journaux les plus à gauche sont surtout des bihebdomadaires (Brasil de Fato) ou des mensuels (Caros Amigos), mais n’ont que peu d’audience. Piauí est probablement le meilleur journal en tant qu’outil journalistique, mais il est désabusé et s’est démarqué de toute engagement politique. Les trois derniers que je vous cite ici sont les seuls dont je conseillerais la lecture, à ma connaissance.

Les grandes entreprises:
Vale (privatisée, transnationale, mines), Petrobras (encore nationale, énergie, présente dans le monde), Odebrecht (construction), Camargo Correa (construction) pour certaines des plus influentes nationales; Bayer, Monsanto, les monteurs automobiles, pour les principales étrangères… Ce ne sont que quelques-unes des grandes compagnies qui bloquent toute possibilité d’améliorer les choses au niveau de l’environnement, des impôts, du droit du travail… Une véritable gabegie; il y a vraiment peu à en tirer d’intéressant. On en reparlera dans un prochain numéro.

3e partie à suivre: Marina Silva