12 heures d’affilées dans la constitution

Le Brésil s’étant débarrassé de ses immondes leaders populistes gauchistes communistes barbus et enjuponés, il peut désormais libéraliser à outrance (mais progressivement) son économie.

Tout le monde le réclame: les patrons de l’agrobusinness, les patrons de la grande distribution, les patrons des mines, les patrons de la construction…

Mais qu’ils ne s’inquiètent pas: c’est en marche.

Les services dans la grande distribution de deux des plus grandes chaines du Brésil ont adopté la nouvelle législation qui leur permet d’imposer à leurs employés douze heures de travail continues, pour autant qu’elles soient suivies de 36 heures de repos et que le nombre d’heures de travail mensuelles ne dépasse pas la quantité légale1.

Cette nouvelle législation a été reconnue comme constitutionnelle par le Tribunal Suprême Fédéral, le même qui s’est engagé frontalement contre le pouvoir des deux derniers présidents, Luis Ignacio Lula da Silva et Dilma Rousseff.

On ne le sait peut-être pas assez mais, jusqu’à l’année dernière, le Brésil faisait figure de bon élève en terme de progrès social à l’échelle du continent sud-américain, et de manière générale dans l’ensemble des pays émergents. Désormais, à moins d’un sursaut populaire, le libéralisme économique a repris les choses en main… Seulement le libéralisme économique?

Le libéralisme est-il soluble dans la démocratie?

Le libéralisme est une idée politique, me disent certains amis, qui encadre la démocratie et la permet. C’est le libéralisme politique qui a permis, me répète-t-on à l’envi, la liberté d’expression, par exemple, mais aussi la participation politique, le développement de l’égalité des femmes et des hommes ou la tolérance religieuse.

Il n’y a là qu’une demi-vérité, qui en fait un demi-mensonge.

Le libéralisme politique existe en tant qu’idée politique depuis Smith, Locke et Montesquieu; on peut la faire naitre encore plus tôt avec la pratique des Hanses ou des républiques italiennes de Gênes et Venise, voire dans les idées de Cicéron, mais disons que ce sont ces penseurs des environs de 1700 qui en sont les véritables pères fondateurs.

Cependant, l’ouverture à la tolérance, à l’égalité, à la participation politique ne se trouvaient que de manière empirique dans l’esprit de certaines personnalités ou, par à-coups seulement, dans certains écrits et de manière partielle et limitée 2. On ne trouvera que très rarement des personnalités pour défendre le droit aux femmes à participer à la vie politique 3, surtout dans les droits “libéraux” britannique ou français, par exemple. Les minorités religieuses n’ont que très imparfaitement le droit à la liberté d’expression jusqu’au XXe Siècle, et on peut nettement parler d’inégalité à cet égard jusqu’à nos jours dans de nombreux pays qui se targuent de libéralisme, à commencer par la minorité non-croyante. Il est toujours mal vu d’être athée aux Etats-Unis d’Amérique et les sondages à cet égard sont éclairants: la plupart des Etatsuniens préfèrent que leur fille se marie avec un Juif ou un noir-Américain plutôt qu’avec un athée.

Il fallait sans doute le développement du matérialisme, notamment à travers les progrès scientifiques, mais aussi les idées socialistes, pour que l’égalité des droits des femmes et des minorités philosophiques se développe. Quant à l’esclavage, il faut reconnaitre que son abolition a mis du temps à percer dans les esprits libéraux, et que certains y retourneraient volontiers, insinuant qu’un homme est tout à fait libre de choisir de se vendre jusqu’à la dernière goutte de sa sueur -sinon de son sang…

Je me souviens avoir suivi avec bonheur, vers 2003 ou 2004, une exposition sur l’anarchisme présentée et développée par la professeure Anne Morelli, qui montrait que les idéaux de mes ancêtres idéologiques4 étaient devenus en grande partie réalité: l’égalité des droits entre les hommes et les femmes, un enseignement sans punition corporelle, la laïcité sur la place publique, la défense des droits des travailleurs, l’expression publique des non-possédants: tout cela, le libéralisme, au XIXe Siècle, n’en voulait pas. Et, en réalité, il préférerait encore s’en passer. C’est la lutte sociale, ce sont les idées socialistes et libertaires qui les ont poussées du bas vers le haut.

Le libéralisme politique n’est pas une garantie d’égalité des droits: le droit privé qui lui sert de base est resté un droit patriarcal et inégalitaire qui ne s’est fissuré qu’au contact de la réalité matérialiste sociale. C’est le matérialisme socialiste qui a poussé notamment vers le suffrage universel, qui n’avait jusqu’alors pas du tout été considéré comme une option acceptable par les élites libérales.

Il fallut attendre aussi les années 1970 pour que les femmes soient juridiquement les égales des hommes en Belgique, par exemple, et nous savons que le libéralisme politique n’a toujours pas établi une égalité stricte notamment en terme de traitement salarial ou de considération par rapport au travail. La longue lutte pour le droit d’accès aux urnes des femmes ne s’est achevée en Occident qu’en 1971, en Suisse. Et pourtant nous reconnaitrons sans doute tous que la Suisse est l’un des pays les plus libéraux qui soient. Non?


On oppose encore trop souvent égalité et liberté.

Quant à l’égalité des droits des personnes issues de minorités raciales, ethniques, nationale, d’origine ou quel que soit le mot que l’on utilise pour les désigner, elle met aussi du temps à trouver sa réalité. Le fait est que les tenants du libéralisme politique profitent largement de la mise en concurrence entre les différentes composantes de la population qu’ils ont contribué à diviser.

Les haines intraclassistes, surtout en bas, y sont encouragées afin de contenir la lutte sociale.

Aujourd’hui que le socialisme recule un peu partout, le libéralisme politique ne fait pas mystère de ses velléités de réinstaller de la sauvagerie dans les rapports humains.

L’accès à la justice gratuite est restreint; demain, il sera sans doute nul.

La négociation paritaire patron-salarié, trop encadrée par les syndicats au goût des libéraux, se transforme peu à peu en négociation bilatérale, plus libérale, parce que fondée sur un rapport d’égalité apparente stricte, ce qui affaiblit d’autant la position du salarié, puisque celui-ci est généralement moins au fait de ses droits que le patron ou que les conseillers de celui-ci. Cette tendance est particulièrement visible en France depuis l’instauration de la loi ElKhomri(-Macron).

On voit d’ailleurs se développer un schéma identique au niveau international avec l’augmentation des négociations bilatérales entre états, ce qui ne peut qu’affaiblir la position des états les moins forts.

C’est cela le libéralisme politique.

La démocratie est-elle soluble dans le libéralisme politique?

Oui, mais, sans le libéralisme, pas de presse libre, pas d’expression libre!

Où a-t-on vu cela? La presse est apparue au XVIIe Siècle, avec les gazettes françaises et britanniques -elle n’a donc pas eu besoin du libéralisme politique pour apparaitre; la censure y était dramatiquement forte, naturellement, mais celle-ci resta réelle jusqu’au XXe Siècle -alors que le libéralisme politique domine depuis cent cinquante ans.

Se souvient-on de la censure qui frappa Hara Kiri le lendemain de la mort du général de Gaulle? Et pourtant, c’est à un gouvernement très libéral, celui de M. Pompidou, que nous la devons.

Si la censure n’est plus aussi forte qu’auparavant, nous pouvons constater régulièrement la pratique de l’auto-censure dans une presse dont les petits soldats sont de plus en plus impuissants par la précarité de leur situation. Un journaliste indépendant est un journaliste crève-la-faim. Internet permet de contourner partiellement cette donne, mais de nombreux journalistes de qualité en sont réduits à la soumission ou à la marginalisation. Et en attendant c’est l’information concrète qui en souffre5.

A nouveau, il n’y a pas de corrélation entre libéralisme politique et liberté.

Le libéralisme politique s’accommode fort bien de restrictions de libertés. Nous le voyons encore aujourd’hui avec la multiplication des mesures d’exception pour cause de terrorisme. La situation est certes grave, mais elle l’est beaucoup moins, objectivement, que dans les années 70 et 80, lorsque nous risquions réellement en raison de la situation politique une guerre mondiale sur un simple coup de sang de l’un ou l’autre des dirigeants étatsunien ou soviétique.

Aujourd’hui, ce risque n’existe que parce que le libéralisme politique a permis l’élection d’une personnalité qui jouissait précisément de l’ensemble des libertés d’expression -et d’action- que ce mouvement d’idée revendique, sans aucune restriction. Lui et son alter ego démocrate, Madame Clinton, se sont retrouvés seuls candidats possibles d’une élection complètement anachronique aux yeux de n’importe quelle personne soucieuse de démocratie qui surgirait d’outre-espace et qui se poserait la question: comment se fait-il qu’un tel système se prétende démocrate? Comment se fait-il que deux fraudeurs, menteurs notoires, criminelle de guerre pour l’une, homme d’affaires sans scrupule, failli à plusieurs reprises et totalement en contradiction dans ses actes par rapport à ses paroles lors de sa campagne électorale pour l’autre puissent prétendre au poste élu considéré le plus important dans le monde? Précisément parce que la raison et les intérêts du plus grand nombre ne sont pas respectés par le libéralisme politique: ces intérêts ne sont pas poussés par l’inégalité réelle entre les citoyens, une inégalité qui existe du fait du capital économique, social et culturel des êtres humains, entérinés par le libéralisme politique; quant à la raison, elle n’a pas de poids face à la sacro-sainte propriété privée et à la liberté d’enrichissement sans limite.

Dans le même temps, l’auto-proclamée “Communauté internationale” a pu accepter et reconnaitre successivement un grand nombre de coups d’Etat ou d’élections truquées6, ainsi que leurs résultats; les mêmes Etats supposés libres sont alliés à certaines des pires dictatures actuelles, notamment au Moyen-Orient ou en Extrême-Orient, sous prétexte d’intérêts globaux, mais sous couvert d’intérêts privés. Le libéralisme politique a bon dos.

L’application des idées de Locke, Montesquieu et Smith, toute bonne foi mise à part, signifie en réalité la confiscation du pouvoir par une élite (élue) dans un système qui se prétend démocratique 7, qui se qualifie de libéral, et qui a réussi le tour de force de faire avaler à la plupart des têtes pensantes que cette situation est belle et bonne. A moins qu’elles ne s’en accommodent.

La réalité, c’est que les poussées réellement démocratiques qui ont eu lieu au cours de ces deux cents à trois cents ans, au sein de systèmes politiques qualifiés de libéraux, venaient et viennent toujours de la rue, de la pression sociale, des organisations les plus horizontales possibles8. Sans pression sociale, il n’y a pas de progrès social, il n’y a pas d’égalité. Et sans égalité, la liberté est un luxe de possédant. Le libéralisme politique refuse de reconnaitre ce fait.

Ou plutôt, il prétendra le reconnaitre, mais seulement dans un droit hypocrite, qui permettra progressivement à tout un chacun d’accepter un contrat de travail inique, en toute liberté, dans une situation d’inégalité manifeste, mais béatement niée dans le marasme glauque de “l’égalité des chances”.

Comme si la nécessité quotidienne de manger aujourd’hui n’existait pas. Comme si demain vous n’accepterez pas de travailler douze heures par jour si c’était la seule possibilité qu’il vous reste pour nourrir votre famille.

  1. Voir ici. Voir aussi mon précédent article ici, ainsi que l’article de ce mois dans le Monde Diplomatique signé par Anne Vigna. []
  2. L’esclavage, chez Say, est mollement combattu (il l’encourage circonstanciellement); chez Montesquieu, qualifié de “contre-nature”, mais “fondé sur une raison naturelle”; chez Smith, déconsidéré pour des questions d’efficacité. Cf G. VINDT, Les grandes dates de l’histoire économique, Alternatives Economiques, 2009, p. 146-149. []
  3. Condorcet et Olympe de Gouges défendaient ce droit, mais en même temps le conditionnaient au cens, ce qui le réduisait à une femme sur cinquante. Quant à Robespierre, il avait préconisé un système électoral fondé sur les traditions locales qui se basaient souvent sur le “foyer” comme base électorale, incluant donc automatiquement des femmes; Cf. Florence Gauthier ici. []
  4. Oui, oui, je suis, je reste anarchiste. []
  5. Ce sujet mériterait un long développement. Je vous renvoie aux sites d’Acrimed, de Les-Crises, du Monde Diplomatique, mais aussi de NordPresse, par exemple, et parmi nombre d’autres. En Belgique, nous manquons sans doute de structures de vlogs et de sites indépendants capables de se financer pour nous informer professionnellement; ce défi est particulièrement complexe en raison de la petite taille de notre pays et de la faiblesse de sa population francophone. []
  6. A suivre encore la situation actuelle au Honduras. []
  7. Ceci est d’ailleurs clairement revendiqué par Tocqueville. []
  8. Même si une horizontalité totale parait impossible aux yeux de Lordon. Encore une discussion à reprendre. []

Leave a Reply

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

*