Archive for the ‘politopics’ Category

Euroxit -une maladie (à rendre) contagieuse…

Sunday, July 19th, 2015

Par euroxit, on appellerait la possibilité pour un ou plusieurs pays de sortir de l’euro, voire de l’UE, de telle sorte que ce n’est pas ces deux structures qui se débarrasseraient d’un trublion (comme pour un Grexit ou un Belxit), mais, au contraire, le trublion qui déciderait de reprendre ses billes et de se reconcentrer sur l’exercice de la démocratie, processus qui a été mis à mal à partir des lendemains peu chantants de la 2e guerre mondiale.

Même si on ne peut déterminer de ligne historique évidente, il existait, depuis la fin du XVIIIe Siècle, jusqu’en 1946, environ, une tendance, en Europe, à l’extension des processus démocratiques, que ce soit par l’exercice du vote (étendu jusqu’aux femmes en 46 presque partout, tout au moins dans l’Occident colonialiste), par la reconnaissance des syndicats ou par la généralisation de mutuelles et de coopératives de plusieurs types. Or, dès le début, les forces conservatrices ont cherché à réduire, freiner, voire retourner ce processus de démocratisation. Mais c’est sans doute avec les années qui ont suivi la 2e guerre mondiale que la réaction est parvenue à retourner le processus. Il faudrait évidemment augmenter notre analyse sur les processus de décolonisation, notamment, mais globalement ce qui suit prend ce prémisse comme base.

Tout part de l’attitude des USA et de Jeroen Dijsselbloem…

Pourquoi les USA craignent-ils un Grexit? Parce qu’ils aiment la démocratie grecque? Non. Parce qu’en cas de Grexit, c’est l’UE qui risque bien de disparaître à la suite, par petits morceaux ou en totalité. Les soldats Schauble, Fabius, Dijsselbloem sont là pour s’assurer que cela n’arrivera pas…
En effet, les USA, qui voient toujours trois centimètres plus loin (mais guère plus), savent qu’en cas de chute de l’UE, le TAFTA sera fatalement aussitôt remis en question, de même que la plupart des traités d’échange qui ont précédé, tant ceux patronnés par l’OMC, la BM ou le FMI, que de manière bi- ou multilatérale.
Or, en ce moment, si les USA “vont bien”, c’est dans la seule perspective (j’ai bien dit perspective) qu’ils puissent à nouveau étendre leurs marchés, d’une manière ou d’une autre, dans tous les sens, en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient, en Amérique Latine, dans les Fosses des Mariannes, sur Pluton, partout, quoi…

Or, là, ils ont assez bien atteint leurs limites dans pas mal d’endroits dans le monde(1).

S’ils augmentent leurs parts de marché en Russie pour avoir coupé les nôtres, ils ne peuvent cependant pas les développer beaucoup plus(2);
La Chine ne va plus aussi bien qu’avant, et de toute façon elle importe surtout des matières premières(3);
Le Japon poursuit sa stagnation -ça ne va pas mal, mais ça ne va pas mieux;
L’Amérique Latine pose pas mal de problèmes, ce qui a dû les surprendre, les USA, mais ils n’ont plus autant les moyens qu’avant de renverser des gouvernements qui leur sont hostiles -ils s’y essaient, mais, de toute façon, ces marchés de consommation ne sont pas encore très très intéressants, en fait;
L’Afrique, bon… En terme de production, c’est cool, mais les marchés de consommation sont encore trop faibles -sauf peut-être pour les vendeurs de cigarettes et de soda sombre;
Reste (encore et toujours) l’Europe qui, bien plus que l’Amérique Latine, est le pré carré des USA, depuis la 2e guerre mondiale (d’abord en partie, maintenant en totalité).

Or, les USA, depuis les années 50, se sont acharnés à transformer l’Europe en vaste marché unique afin de faciliter les négociations qui réduisent les barrières à leurs exportations (4). C’est plus facile de négocier avec Mario Monti qu’avec 28 gouvernements dont certains sont encore pourris de soucis électoralistes (5).

Et donc, l’UE pourrait bien ne pas survivre à cette crise…

Est-ce grave, docteur?

Que se passera-t-il en cas de dissolution de l’UE?

Rassurez-vous, pour nous, rien de pire que ce qui devrait se passer si l’UE devait survivre. Si l’UE survit, nous perdrons progressivement le reste de nos avantages sociaux, acquis au cours de la première moitié du XXe Siècle, avec comme dernier bocage de résistance, sans doute, l’enseignement public (sponsorisé, certes, mais bon), les hôpitaux publics (qui se transformeront peu à peu en mouroirs) et la police (mais la police conservant son monopole de la violence intérieure à l’Etat reste essentiellement au service de la propriété, donc, bof…). Pour combien de temps? Pas beaucoup: même l’enseignement à terme sera entièrement privatisé (et bonjours alors le retour à la situation du XIXe Siècle). Les hôpitaux seront gérés par des associations religieuses et nous verrons des tas de petites mères Thérésa pulluler, non en Inde, mais sur notre continent. Adieu la capote. Quant à la police… Boh, pour ce que ça changera (6)…

Alors que si l’UE se dissout, même si nous aurons encore du mal à financer école, hôpitaux et police, au moins aurons-nous le choix de décider de le faire, et de le faire dans notre intérêt, ainsi que de récupérer les rênes d’autres services que, jusqu’ici, nous parvenions à maintenir au service des gens, et pas au service des profits, comme les transports, l’énergie, l’eau, les communications, la production pharmaceutique, la recherche, même l’armée (si vous voulez), etc.

Mais non, vous dira-t-on, vous voulez replonger au Moyen-Âge!

Au niveau de l’organisation sociétale, ce ne serait pas mal (7).

Mais de toute façon, le plus grand risque auquel nous faisons face, ce serait de nous retrouver dans la situation d’une société industrielle à reconstruire, dont le modèle navigue entre le début du XXe Siècle et les années 70 (8), avec toute une série d’acquis technologiques que même les pires des capitalistes ne pourraient pas nous enlever, à moins de nous déclarer la guerre de manière unilatérale et de perdre à jamais nos marchés (9)…

Le plus grand risque est de nous retrouver dans la situation de certaines régions d’Amérique Latine aux démocraties en construction, mais il existe d’autres perspectives, comme celle de l’Islande, par exemple, qui, sauf erreur de ma part, n’a pas remis les chars à rennes au goût du jour.

Pas encore assez de notes en bas de page, pas encore assez d’explications, mais une foule de points de discussions, que je retrouve sous d’autres formes chez Lordon, Sapir, Bricmont, et bien d’autres, dont quelques-uns qu’on ne peut citer qu’en risquant d’être définitivement catalogués comme populiste, nationaliste, voire fasciste ou anti-sémite…

Mais en même temps qu’a-t-on à perdre encore?

(1) Le capitalisme, d’où qu’il vienne, tel un requin, ne peut s’arrêter de grandir. C’est presque une loi qui a d’ailleurs été érigée en religio -à moins que ce ne soit l’inverse- et qui nous est constamment illustrée par le mythe de la croissance continue. Lorsqu’un économiste qui se prend au sérieux s’attache au mythe de la croissance continue comme facteur principal de création de richesse, on peut légitimement s’interroger sur son honnêteté intellectuelle (il est fatalement capitaliste) ou sur sa compétence, s’il se croit sincèrement de gauche. Ainsi, un Thomas Piketty n’est jamais qu’une espèce de Keynes version moderne: un capitaliste qui prétend sauver le capitalisme de lui-même en lui proposant de faire une petite cure d’homéopathie.
Or, la croissance passe par l’exploitation toujours plus importante de marchés de consommation, suivant la croissance de marchés de production; on ne peut pas sortir de là. Même si ces marchés sont avant tout financiers, virtuels ou fantasmés, il faut qu’ils existent. On peut se poser la question de leur réalité, tant qu’ils créent de la valeur économique, les capitalistes sont contents. On peut se poser aussi la question de leur utilité en terme de bien-être, de mieux-être, mais ce n’est pas la préoccupation des capitalistes. On peut aussi se poser d’autres questions annexes, comme celles de l’environnement ou de l’emploi, mais, de nouveau, pour le capitaliste, ça n’a pas d’importance in se. L’important, c’est que le gâteau s’agrandisse et que l’accès au gâteau permette aux capitalistes de faire grandir leur part.

(2) En effet, les sanctions qui touchent la Russie, et qui en contre-partie touchent l’Europe, n’ont pas touché les parts de marché des échanges entre USA et Russie. Non, ne cherchez pas l’erreur, il n’y en a pas.

(3) Comme je le disais par ailleurs, les USA ne voient jamais à très longue échéance: pour la plupart des idéologues américains, le court terme, voire le très court terme, est tout ce qui importe, car c’est le temps de l’entreprise, tout simplement, c’est le temps du bilan comptable, c’est le temps de la distribution des dividendes. Ce n’est même pas le temps des élections, puisque les élections n’ont qu’une importance marginale aux USA. Il y a bien une débauche de capitaux qui se déplacent au cours des campagnes électorales, et cela peut paraître important, mais en réalité la plupart des “généreux donateurs” parient sur les deux chevaux en course. Vous devez imaginer un tiercé géant où il n’y aurait que deux combinaisons gagnantes et pour lesquelles plus vous pariez sur les deux combinaisons, plus vous êtes sûrs de gagner dans les deux cas, et si vous ne pariez que sur une des deux combinaisons une petite somme, qu’elle soit gagnante ou pas, cela n’a pas d’importance: vous perdez dans les deux cas.

(4) La “découverte” récente des relations entre Spaak, Schuman, Monnet et les USA, notamment, mais aussi la main-mise des USA sur l’Italie qui risquait de virer à gauche, la condescendance des USA vis-à-vis des dictatures des pays du Sud (Espagne, Portugal, Grèce), pourvu qu’elles leur soient favorables, la mise sous tutelle de la Grande-Bretagne, la relation conflictuelle mais tout de même finalement fraternelle avec l’Allemagne, d’abord de l’Ouest, puis dans son entier, les efforts finalement aboutis pour rallier la France à l’Otan, etc., tout cela devrait nous rappeler que, guerre froide ou pas, il a toujours été important pour les USA de maintenir son emprise sur l’Europe.

(5) Je reprends le même sujet qu’un peu plus haut: il s’agit de ramener le temps de la démocratie (relative, certes, mais bon) au temps de l’entreprise. Or, le temps de l’entreprise ne peut pas être celui des disputes parlementaires ou celui des tribunaux, mais bien celui des arbitrages menés par des gens qui s’entendent avec le monde de l’entreprise. Donc, des techniciens sont mis au pouvoir dans les institutions afin d’organiser la justice autour d’organismes privés d’arbitrages rapides.

(6) J’oserais dire que la survie de l’UE et/ou de l’euro serait la solution la plus pessimiste à mes yeux.

(7) Je ne peux pas développer mon idée ici, mais, oui, l’organisation sociétale au Moyen-âge possède pas mal de qualités, en dépit de ses manquements technologiques; je l’ai déjà dit par ailleurs, et je tente de le développer quand j’en ai le temps dans un ouvrage un peu plus conséquent: à l’instar d’un Kropotkine, même si c’est pour d’autres raisons et dans d’autres formules, je pense que nous avons à apprendre de ces structures sociétales. Je me distingue de mon vieux barbu de géographe anarchiste en ce que, selon moi, ce sont plus les villages de paysans qui représentent le modèle démocratique à suivre que celui des corporations urbaines. Mais bon, en fait, ce ne sont que des détails, comme j’essaierai aussi de le montrer un jour.

(8) Sur le plan du confort de vie, de l’espérance de vie, mais avec en plus les instruments de communication que nous connaissons, les médicaments, les infrastructures médicales, etc., bref, avec tout un tas d’instruments qui, certes, peuvent se raréfier, mais restent infiniment plus performants qu’au milieu du XXe Siècle. Donc, une chute au Moyen-âge, dans le mauvais sens du terme, est totalement impossible. La maintenance d’un service minimum dans une structure même lâche permettra de toute façon de conserver un certain niveau de confort. Même si vos panneaux solaires tombent en rade, vous aurez de toute façon moins de besoin en électricité sur le moyen terme. Les écrans vont cesser de se multiplier, vont finir par se réduire en nombre, etc. Bon, ici, je suis conscient que la discussion va être énorme.

(9) L’organisation de la société va rapidement tourner autour de préoccupations finalement assez similaires à celles de Cuba après la révolution. Mais, de toute façon, beaucoup de pays se trouveront dans le même état et l’interdépendance sur base d’une coopération pourrait s’installer avec un peu de bonne volonté, pourvu que les pays restés capitalistes ne nous envoient pas des sous-marins pour couler nos galions…

anarcho…

Wednesday, June 17th, 2015

J’ai déjà vu des anarchistes végétariens, et des anarchistes amateurs de chasse et de pêche;

J’ai déjà rencontré des anarchistes opposés à toute guerre et donc à toute intervention, et j’ai rencontré quelques-uns des derniers vétérans de la Guerre d’Espagne;

J’ai eu l’occasion d’entendre des anarchistes anticapitalistes mais tolérants envers l’Etat, et des anarchistes qui détestaient l’Etat mais toléraient le capitalisme;

J’ai évidemment discuté avec des anarchistes qui n’aimaient ni l’un ni l’autre;

J’ai rencontré des anarchistes radicaux, mais pas violents, et des anarchistes violents, mais plutôt confus dans leurs idées;

J’ai discuté avec des anarchistes opposés à l’IVG, parce qu’ils estimaient que le droit à la vie primait sur tout autre, et, bien sûr, j’ai rencontré bien plus d’anarchistes favorables à l’IVG;

J’ai rencontré des anarchistes favorables aux quotas de femmes dans les lieux de pouvoirs, et d’autres qui masquaient peut-être leur misogynie derrière leur haine du pouvoir pour refuser cette position;

J’ai eu de longues discussions avec des anarchistes qui privilégiaient l’égalité, d’autres qui privilégiaient la liberté;

J’ai rencontré des anarchistes prêts à négocier avec les cocos, avec les écolos, et même avec les socialos, et puis les autres qui me traitaient de rouge, de brun, de facho, de prof, de fonctionnaire;

J’ai écouté des anarchistes qui voyaient des agents du KGB derrière (presque) tout le monde;

J’ai rencontré des anarchistes généreux, souriants, amicaux, et puis d’autres qui voyaient tout en noir, plus proches du nihilisme;

Il y a aussi les anarchistes anti-libéraux, les anarchistes anti-démocratie représentative, les anarchistes qui ne votent jamais, les anarchistes qui acceptent les élections et les anarchistes qui ont monté une boite;

j’ai rencontré des anarchistes “punks à chiens”, et d’autres qui disaient que les animaux domestiques, ça ne devait pas exister;

J’ai même rencontré un flic anarchiste;

J’ai rencontré des anarchistes bakhouniniens, proudhoniens, malatestiens, etc. et d’autres qui estimaient que les étiquettes, c’était mal;

J’ai rencontré des anarchistes qui détestaient le mot libertaires et des libertaires qui n’aimaient plus le mot anarchistes;

J’ai vu des anarchistes tout en noir et d’autres (ou les mêmes) qui détestaient tous les uniformes;

J’ai rencontré des anarchistes élégants, parfumés, délicats, et même riches, et d’autres pas lavés depuis des semaines, qui revendiquaient le droit à sentir mauvais (si, si);

J’ai eu l’occasion de militer avec des anarchistes pro-gays, pro-lesbiens, pro-tout ça et d’autres qui ne supportaient pas la Gay-pride;

j’ai rencontré des anarchistes mariés, et d’autres qui ne supportaient pas l’idée du couple;

J’ai rencontré des anarchistes qui ne mangeaient que des aliments crus, d’autres qui ne mangeaient que local, d’autres qui ne cuisinaient jamais;

J’ai rencontré des anarchistes aimant les sciences, la médecine, promouvant les médicaments, et d’autres qui refusaient jusqu’à l’aspirine;

J’ai rencontré des anarchistes super-bio, super-opposés à tout ce que la technologie pouvait proposer, limite amish, et d’autres qui trouvent que le nucléaire, c’est pas mal, finalement;

J’ai discuté avec des anarchistes qui trouvaient du beau chez tous les poètes, les écrivains, les peintres, et d’autres qui refusaient toute la culture bourgeoise ou aristo;

J’ai rencontré des anarchistes qui voyaient dans Diogène, La Boétie, Villon ou Rimbaud d’authentiques frères, et d’autres qui refusaient d’entendre parler de ces ancêtres trop glorieux;

J’ai rencontré des anarchistes profs d’unif, et d’autres qui refusent toute relation avec les milieux du savoir-donc-du-pouvoir;

J’ai cotoyé des anarchistes libertaires, des anarcho-socialistes, des anarcho-communistes, des anarcho-syndicalistes, des anarcho-rien, et puis des gens qui ne savaient même pas qu’ils étaient anarchistes;

Pour moi, ce sont tous des anarchistes…

Sauf ceux qui prétendent qu’ils détiennent la seule vérité vraie de comment on est anarchistes…

Et vous aurez noté que je n’ai pas mentionné les “anarchistes antifas”…
C’est que jusqu’ici je n’en ai pas rencontré qui ne fassent pas partie de la dernière catégorie mentionnée quatre lignes plus haut…

Réflexions de l’an dernier -avril 2014

Monday, April 27th, 2015

Je retrouve des notes intéressantes, sujettes à réflexions…

“Je suppose que je resterai éternellement surpris de ce que la plus grande partie des hommes en Occident trouvent normal de privilégier la liberté d’entreprise sur l’intérêt d’individus, de groupes d’individus, parfois de l’équilibre humain lui-même.”

“Mes événements ne sont pas toujours ceux des médias. De ma redécouverte des émissions de Henri Guillemin à mes lectures d’auteurs peu connus, ou pas assez, j’aurais envie de faire mention plus souvent. Des aveux d’Albert Speer ou des seconds romans de Marche, il me semblerait plus utile de parler que des journaux.
“Au moins j’y vois un peu ou beaucoup de valeurs.”

“J’ai beaucoup réfléchi cette nuit à une idée qui pourrait faire avancer l’enseignement dans le bon sens: celle de rendre les cours philosophiques non-obligatoires pour les élèves à partir de quinze ans.”
(ça date d’avril 2014, mais il faut avouer que le procès qui a relancé le débat est plus ancien, ce qui signifie que j’en avais sans doute eu vent à l’époque. N’empêche, c’est rigolo de retrouver ces notes en avril 2015)

“Un voisin entreprenant et bruyant. Qu’est-ce que je fais?”

“Je m’interroge souvent sur les raisons d’être de la publication, sur ce qu’il faudrait ou non sortir, etc. Sur le fait que le marché laissé libre ou même aménagé ne fait que du tort à l’univers littéraire. Pourquoi cela est-il surtout le cas du livre? Il y a le cinéma, la musique et le livre, en fait. Mais pourquoi m’en fais-je avant tout pour le livre?”

“Le Goff, dans “Pour un autre moyen-âge”, présente la richesse profonde du marchand: le temps et le fait que “l’autre” n’en a pas! C’est sur le fait que “l’autre” n’a pas de temps ou/[ni] d’argent au moment où il lui en faut que le marchand spécule.
“Je pense devoir écrire les Res Gestae hominorum ignobilium.”

“Lecture du Monde Diplo d’avril. Un somment p. 21. Le modèle grec à importer chez nous. Tiré du modèle chinois. Vive cette UE qui permet de lire dans un journal d’Athènes: en Crète, on recherche ‘des femmes de chambre sans salaire contre nourriture et gîte.’
“Je n’ose demander ce qu’en pense DSK.”

“A la lecture de Le Goff, je repense au temps. La décomposition en heures variables avait du bon: il faudrait adapter le travail à la longueur du jour.”

“A. Speer, dans Au coeur du IIIe Reich, confirme, s’il était besoin, que Hitler détestait les fonctionnaires et que lui-même comme son prédécesseur Todt fonctionnaient avec un système d’autonomie entrepreneuriale.”
(C’est un coup bas, mais j’en ai jusque là d’entendre associer socialisme et national-socialisme)

“Tout se rapporte à des comparaisons avec Hitler. Avant, on disait souvent que la philosophie, c’était des notes dans les marges de Platon; aujourd’hui, la politique ce sont des références constantes au nazisme.”

“Avec la campagne électorale, les agents politiques, les vitrines, volent de manière agressive sur le moindre prétexte pour faire du bruit. Du bruit, ce bruit nauséabond qui devient la seule motivation d’un mot, d’une réflexion, d’une réaction, un bruit qui démolit, détruit, parfois, souvent à tort, telles les trompes de Jéricho. L’important, c’est qu’il en reste une trace, même une mauvaise trace, dans l’esprit des électeurs le 25 [mai].”

Se retourner sur les réflexions de l’an dernier, ça peut être intéressant…

Reprise de service

Saturday, February 21st, 2015

Désillusion?

Dans ce monde de l’immédiat, il est toujours trop tôt ou trop tard pour parler de quelque chose.

Les dernières frasques de Roland Dumas ou les réalités juridiques de DSK (bientôt le contraire, sans doute), les rodomontades d’Hillary Clinton, de Manuel Valls ou de Bibi Netanyahu, les effets du saut d’index sélectif, les frais de la princesse, …

… et puis maintenant, l’accord sur le projet de texte commun entre le nouveau gouvernement grec et les “institutions” (ex-troïka) UE, BCE, FMI…

Infos par-ci, ersatz de commentaires par-là (et encore vice-versa)…

Saura-t-on ce soir, demain, dans quatre mois ou l’année prochaine si Syriza était vraiment un parti “différent”?

Sur qui leur “défaite”, leurs compromis, leurs renoncements auront-ils (s’ils sont bien réels) le plus d’effet?

Sur les partis de gauche radicale européenne?

Sur les souverainistes, de gauche comme de droite?

Sur les partis sociaux-démocrates?

Sur les intellectuels qui remettent en question le système démocratique européen?

Sur ceux qui ne le font pas?

… ou sur les gens qui, en Europe et depuis plusieurs années maintenant, et même pour certains depuis plusieurs décennies, ne peuvent que constater que leur situation économique et sociale empire, alors qu’il n’a jamais été créé autant de richesses et il n’a jamais été redistribué autant de dividendes et de bonus aux sommets des entreprises multinationales?

J’avoue m’être bercé, et vouloir le faire encore un peu, d’illusion à propos de ce nouveau gouvernement grec, du potentiel de Podemos (sic), de celui d’autres mouvements qui, à gauche, pensent différemment des partis européeistes classiques, genre PS-CdH-MR-Ecolo…

Parce que, de l’espoir, il va nous en falloir pour retourner les choses en faveur des moins-ayants et des non-ayants.

Elections pièges à con, élections électroniques elles nous…

Monday, May 26th, 2014

Est-ce que les résultats des élections me font plaisir?…

Non.

Est-ce qu’on demande à quelqu’un qui n’aime pas la voiture si la faillite à venir de General Motors lui fait plaisir quand il sait que, de toute façon, Toyota continue de vendre toujours plus de moteurs?

On devrait. La réponse serait éducative…

Et donc, tant mes copains des partis de gauche qui ont beaucoup investi dans ces élections1, que mes (ex-?) copains et copines d’Ecolo2, maintenant que le soufflé est retombé, que la réalité des urnes a re-parlé, qu’on réalise que décidément ce n’est pas par cette voie qu’on changera les choses, parce que le vote, psychologiquement, sociologiquement, anéantit la capacité de réflexion, réduit le citoyen à un être égoïste qui “vote dans [son] intérêt”…

Quelle surprise…

C’est la crise, et quand tout va mal, que fait le citoyen? Il a peur et vote l’inertie… Etonnant comme l’inertie attire… Pourvu que ça ne change pas trop…

C’est pas comme dans les discussions que je pouvais avoir avec tel ou tel cerveau disponible: bien sûr que non, j’ai pas confiance dans les partis, mais lui (ou plus rarement elle), quand même, il (ou elle) est honnête/travailleur/intelligent/capable, il (ou elle) maîtrise ses dossiers/ne se résigne pas/veut changer les choses/ne discutera pas avec xyz qui est un(e) vrai(e) *insulte*, etc.

Quand j’étais petit, c’était déjà le discours de mon père, et ça m’étonnerait que j’aie grandi dans un environnement très différent du vôtre.

Et voilà comment un bonimenteur de la classe “vendeur de champagne” tel que Louis Michel se retrouve une fois de plus en tête du nombre de voix dans sa catégorie… *Sigh*

Alors, désormais, je me consacrerai à l’étude et la discussion des projets alternatifs aux élections. Ces projets qui sont portés par des organisations telles que celles de Chouard ou Van Reydonck, même si je ne partage pas toutes leurs idées politiques. J’en parlerai avec les copains de Vega, que j’aime et respecte… Et si ça les intéresse, je resterai dans leur sillage, parce que, mine de rien, le sillage, s’il me plaît, je n’ai rien contre (vive le sillon, et même le micro-sillon).

Et sinon, ben, je trouverai d’autres sillages…

  1. Et maintenant qu’elles sont finies, ces salopes d’élections, je reviendrais bien vers eux pour discuter de la stratégie à suivre, parce que, franchement, les urnes, je n’y croyais pas depuis le début, mais je n’osais pas leur dire, tant leur enthousiasme faisait -de nouveau- plaisir à voir. []
  2. Je leur ai quand même fort tapé sur la tête, les pauvres, mais je ne pouvais tout de même pas me trahir sous prétexte qu’ils se trahissaient… Je les aime, mais décidément… faut qu’ils (et surtout elles) partent, nom d’un homme. []

L’arme des crocodiles

Saturday, May 24th, 2014

Les partis “démocratiques” (nommons-les tout de suite: libéraux, chrétiens-démocrates, socialistes et verts de tous les pays européens) qui pleurent, qui hurlent, qui crachent sur les électeurs des partis d’extrême-droite, “populistes”, d’extrême-gauche, eurosceptiques, ou, pires, les non-électeurs, ce sont les mêmes partis qui ont fait et font tout, de la démocratie, pour que cela arrive.

Il est miraculeux, quelque part, qu’il y ait encore des gens pour voter plus à gauche, tant le travail de sape contre les valeurs de la gauche (égalité, internationalisme, solidarité et même liberté, oui, oui, liberté -mais pas liberté d’entreprise, bien sûr, je parle bien de liberté) s’est avéré efficace.

Il n’est guère plus explicable que par le même phénomène -ce phénomène qui pousse les gens vers l’extrême-droite- que des gens continuent de voter pour ces partis qui sont responsables ou coresponsables de ce désaveu: la peur et l’esprit grégaire, le chacun pour soi, le “voter pour son seul intérêt”, même si cet intérêt direct est opposé à l’intérêt de la collectivité -et par extension… le sien propre…

Demain, j’irai au bureau de vote…

Je voterai dans un cas, très, très à gauche, m’abstiendrai dans les deux autres, continuerai de croire que voter n’est pas utile, maintiendrai que ma position est la plus logique, parce qu’elle est suivie de la poursuite du combat, ou plutôt de la continuité de mon combat pour une société libre, égalitaire, démocratique -viscéralement démocratique- et donc opposée au culte des élections…

Elections, dont les racines sont les mêmes que celles du mot “élites”.

Vous plaisantez?

Pas du tout…

Si les gauchistes pouvaient changer quelque chose, ils n’auraient pas droit au chapitre.

Thursday, May 8th, 2014

Elections du 25 mai

Coïncidence : au moment où je songeais à écrire ce texte, je recevais sur un réseau social d’une part, dans ma boîte électronique de l’autre, l’expression de deux copains sur les raisons, bonnes ou mauvaises, de voter ou de ne pas le faire.
De mon côté, il ne saurait être question de donner un conseil, encore moins une consigne sur ce qu’il faudrait faire le 25 mai prochain. D’autant que j’hésite encore moi-même.

J’hésite ? Oui. J’ai été dans le passé et je serai sans doute dans le futur abstentionniste, par conviction et par raison, dans la lignée de la plupart des anarchistes et pour la même raison que nombre de révolutionnaires qui savent parfaitement que les élections n’amènent pas la révolution, qu’elles en sont même un frein.
Or, je suis révolutionnaire. J’aspire à la révolution. Je l’espère comme un bon vin, pourvu qu’elle soit d’un bon tonneau.

Je suis de ceux qui estiment qu’une révolution, même violente, est moins violente que l’inertie, dont les crimes ne sont pas comptabilisés.

Pour autant, je ne suis pas un fanatique ou un dogmatique de l’abstention, mais plutôt un modéré raisonné. L’abstention n’est qu’un moyen, insuffisant en soi, et qui nécessite un accompagnement d’actions et de discours dont nous sommes globalement privés à une échelle utile à ce jour.
Ils sont loin les jours où les anarchistes avaient une audience un peu conséquente.
Par ailleurs, même certains de ces derniers ont estimé que des élections pouvaient être à l’occasion stratégiquement utiles. Malatesta appelait en son temps les travailleurs à voter pour désigner des représentants dans certaines circonstances. Proudhon fut même député. Des Espagnols ont participé à la République de gauche des années 30. Un raisonnement qui n’est pas loin d’être le nôtre aussi était celui de Poutou aux dernières élections présidentielles, utilisant celles-ci pour faire passer un message, ce qui dans le fonctionnement des campagnes électorales françaises est rendu remarquablement possible, tout en appelant à ne pas voter pour lui.

Pour autant, il est clair que les élections ne sauraient nous satisfaire, non seulement nous-révolutionnaires, mais nous-personnes de gauche, qui savons ou devons prendre conscience de ce que les campagnes électorales sont gagnées par la capacité à accumuler du capital dans des structures qui sont tout sauf démocratiques : les partis. Ne nous laissons pas marcher sur les arpions par les faux camarades qui tentent de nous faire encore croire que certains partis traditionnels fonctionnent démocratiquement : nous avons tous eu vent de preuves que même au sein des plus jeunes ce n’était pas vrai. Nous n’avons pas non plus le droit de nous laisser berner par les grandes tirades sur le vote prétendument utile et sur le pire auquel nous échapperions sans les grosses machines qualifiées du centre-gauche. Les réalités grecques, espagnoles ou italiennes sont là pour nous prouver que ces discours sont fallacieux. Les conquêtes sociales, désormais du domaine du passé, ont toujours été plus le fait de la pression de la rue que des efforts des députés sociaux-démocrates.
Voter « à gauche » comme en appellent régulièrement les partenaires sociaux qui nous règlent nos chômages à la place de l’Etat ne signifie pas que nous fassions barrage aux velléités libérales. Au contraire : en offrant aux conservateurs et aux libéraux des partenaires étiquetés socialistes, nous les aidons à justifier leurs propres politiques qui paraissent le fruit d’un savant pseudo-compromis leur permettant d’alimenter des marchés inégaux de consommation, avec une stratification de la société qui n’a guère varié en deux cents ans, à bien y réfléchir, avec des niveaux économiques et culturels toujours aussi distants entre les classes privilégiées, les classes moyennes et … les autres… Si ces derniers peuvent s’offrir à crédit des réfrigérateurs et des tablettes, ce n’est qu’aux dépens, outre des habitants des « ateliers du monde », qu’on ne devrait jamais oublier, également des légitimes progrès sociaux qui, eux, se sont vus tailler des croupières ces quarante dernières années : nos acquis salariaux passent de plus en plus dans des dépenses bénéficiant à des entreprises privées (communication, életro-ménager, transports individuels, etc.) et de moins en moins aux services publics qui, pourtant, sont des garants bien plus pertinents de notre liberté (médecine publique, enseignement, transport public, distribution d’eau et d’énergie, etc.).
Alors qu’une société équilibrée aurait sans doute plutôt cherché à développer ces derniers services tout en les mettant progressivement dans les mains et sous le contrôle de collectivités infra-nationales désintéressées, qu’elle aurait cherché à intégrer dans ces services une alimentation saine et suffisante, le développement d’énergies renouvelables, des moyens d’information et de communication sociaux, la gestion des ressources naturelles et surtout celle du travail, du temps de travail, du partage du travail pénible, de la formation continue, etc., etc., la nôtre, au moment où elle atteignait un haut degré de conscience d’elle-même, s’est enfermée -a été enfermée- dans l’aveuglement de l’aristocratie élective pour concentrer de plus en plus haut les niveaux de pouvoirs et détruire le lien entre le politique et le social, réaffirmant par contre le lien entre le politique et le capitalisme privé.

Depuis maintenant plusieurs générations, depuis que les élections existent peut-être, nous sommes à la recherche de moyens pour changer le cours de la longue domination de cette aristocratie élective1.
Il existe des alternatives naturellement. La collégialité des charges, la révocation des mandats, le tirage au sort, le renouvellement continu des cadres, l’ostracisme des stars, le vote sur des programmes et non sur des personnes, la collectivisation des moyens de production et de distribution, mais aussi des services publics (à ne pas confondre avec la nationalisation), la valorisation des cercles d’intérêts collectifs tels que les syndicats, les mutuelles, les corporations, etc.), les collectivités locales établies en démocratie directe, etc.
Aucune de ces alternatives n’est la solution en soi, mais toutes présentent, chacune, une partie de la solution, plus démocratiques que le système représentatif qu’on nous vend depuis les deux grandes révolutions du XVIIIe Siècle. Et « qu’on nous vend » est l’expression juste, car nous le payons cher.

Pour autant, je ne saurais dire si, aujourd’hui, voter ou ne pas voter est la bonne solution. Y’en a-t-il une ? Je pense avoir exposé ci-dessus que je ne le pense pas. Voter pour un grand parti est clairement une erreur. La maîtrise du pouvoir est actuellement entre les mains de quelques partis, et ces partis sont entre les mains de quelques barons, ces barons étant eux-mêmes dans des cercles dont ils partagent les sièges avec les principaux tenants du capitalisme et des médias2.

Dès lors, le choix de ne pas voter est un bon choix, parce qu’il contribue, s’il ne reste pas un cas isolé, à fragiliser la légitimité auto-proclamée des élites particrates.

Mais voter peut également être un bon choix, si le vote se porte sur des personnes qui ne se font pas d’illusion sur l’implication de ce choix (qui ne considèrent donc pas que notre vote est un chèque en blanc) ou sur des personnes qui remettent en question la légitimité du système connu sous le nom de « démocratie représentative électorale ».

On peut dire sans trop de risque de se tromper que les bonnes raisons tactiques pour voter aujourd’hui sont rares. Si l’on fait ce choix, donc, tactiquement, il s’agit avant tout de sanctionner les pseudo-partis de gauche comme le PS ou Ecolo.

Une autre bonne raison de voter, c’est de le faire pour des personnes en qui on a confiance et qui, elles, estiment que le vote est encore utile, pour autant qu’elles n’appartiennent pas à l’un de ces grands partis. Je sais qu’en disant cela, même au milieu de mes précautions oratoires, je parais me contredire moi-même, et j’en suis conscient. Mais si je reste convaincu de ce que je viens de poser dans les trop nombreuses lignes qui précèdent, nous ne pouvons affirmer en notre âme et conscience que nous sommes détenteurs de la vérité, et même qu’il n’existe qu’une vérité.
Pour ne prendre que cet exemple, qui n’est que représentatif, et pas exclusif, je connais de longue date quelques personnes qui ont co-fondé récemment un parti et se sont lancés dans cette aventure. Je les estime et les considère à la fois dans leur action et dans leur pensée. Je les sais sincères et courageux, même si, au sein même de leur mouvement, ils ne sont pas seuls et qu’ils courent toujours le risque de ne plus faire partie du courant dominant, d’être récupérés par des forces moins progressistes.
J’ai cependant suivi le processus de création de leur parti et je respecte leur démarche, même si elle n’est pas aussi à gauche que je l’aurais pu espérer.
Il est à peu près certain, cependant, que j’aurais sans doute eu le même genre de discours si j’avais eu l’âge que j’ai il y a une trentaine d’années, au moment où le mouvement écologiste s’est transformé en parti.
Ce qui me montre que nous devons nous méfier de nos décisions et ne pas les prendre pour des acquis intangibles ; nous sommes susceptibles de nous tromper parce que les éléments, les circonstances et les hommes changent et peuvent nous tromper, volontairement ou non.

En guise de conclusion, je me contenterai de rappeler quelques évidences : si vous ne votez pas, agissez ; si vous votez, ne votez pas à droite, et donc à l’évidence ni PS, ni Ecolo, qui sont deux partis du pouvoir, de l’inertie, de l’incapacité à penser en dehors des marchés et vers d’autres solutions. Je sais qu’il reste quelques esprits de gauche au sein des partis verts, mais nous ne pouvons nous y tromper : bien que ces personnes soient honnêtes et sincères, elles contribuent surtout à offrir à Ecolo ou à Groen une caution que ces partis ne méritent pas. Si vous votez, votez à gauche. Choisissez de préférence des personnes connues pour leurs idées ou leurs sympathies libertaires.
Et je termine donc sur un conseil, alors que j’avais commencé en disant que je n’en donnerais pas.
Il ne faut jamais croire quelqu’un qui promet.

  1. Cf. le tout récent livre, intéressant et modéré, de D. Van Reybroeck « Contre les élections », pour s’en convaincre []
  2. Il serait temps que G. Geuens ait un successeur valable pour mettre son excellent livre à jour []

Tragédie racinienne et choix cornélien…

Friday, April 11th, 2014

-Ainsi donc, c’est pas amour -ou du moins par respect- de la démocratie que le PS et les Zécolos font tant de compromis avec la droite…

-Feignons de le croire, Pylade.

-Qu’est-ce donc être de gauche, alors?

“Serait-ce sacrifier ses idées pour l’illusion fânée que les élections sont la démocratie et que la démocratie ne s’exprime que par les élections?

“Ah, Oreste, le doute me ronge…

-C’est tout ce qui nous reste, Pylade, si nous aspirons, nous aussi, à respecter les forces d’inertie qui nous empêchent d’être de gauche: le doute.

-Et cette souffrance, alors, Oreste?

-Cette souffrance, c’est le doute que le saint ressent et qui fait de lui qu’il est réellement saint. Le soir, devant son miroir, le président du PS s’interroge courageusement: “Suis-je encore de gauche?” “Ne trompé-je pas le petit travailleur besogneux qui doit vendre ses fanions collectors des victoires européennes d’Anderlecht pour payer le voyage scolaire de son fils?” Et le matin, il se réveille, devant son café et ses brioches, le sourire aux lèvres en lisant les nouvelles sur son portable. Il se dit: “Sans moi, ce serait pire.” Et le co-président des Zécolos, qui s’interroge, lorsqu’il paraphe, la larme à l’oeil, l’ultime prolongation d’utilisation des centrales nucléaires, se murmure dans son cache-col en laine de cachemire: “des petits pas, des petits pas…” Alors, pour se réchauffer un peu le coeur, il va se servir une tasse de café bio Fairtrade. Le goût ne lui plaît pas, mais, justement, c’est ce petit moment de martyre qui le conforte dans sa mission…

-…

-Et puis le lendemain il va chez son collègue des finances… Il y boira un bon café, qui le consolera un peu de ses compromissions…

La gauche? Mais quelle gauche?

Friday, March 14th, 2014

La gauche… La gauche, la gauche, la gauche…

La gauche?

L’autre partie de l’hémisphère parlementaire?

Le partenaire de la droite?

Le sac de riz l’arme au poing?

Le défenseur du recul le moins vite possible?

Les conservateurs? Les progressistes?

L’anti-droite?

La troisième voie?

La gauche d’ingérence (qui répond à la droite d’ingérence)?

La gauche sans frontière, qui déploie le marché un peu partout et promeut les reporters aux ordres?

La gauche avec frontières, qui défend sa forteresse contre les vils immigrés?

La gauche atomique, qui produit toujours plus?

La gauche toute verte, qui appelle au, au quoi déjà? Ah oui… au développement durable?

La gauche toute rose au poing, sans piquant?

Le centre-gauche? Les démocrates? Les partis responsables?

Ou alors la gauche

Ou alors la gauche, celle qui est censée porter les espoirs des travailleurs et des chômeurs, des non possédants et des moins possédants, voire des possédés, celle qui est censée porter un projet international d’égalité, de liberté et de paix entre les peuples. Celle qui sait que le salariat n’est pas de gauche. Celle qui ne confond pas patronat et partenariat. Celle qui fait aussi la différence entre le petit idéaliste qui pleure derrière ses impôts et le gros con qui les élude…

Autrement dit, la gauche qui ne fait pas confiance aux marchés, ni au marché (sic), ni au gouvernement, ni aux gouvernements (re-sic), ni guère plus aux élections.

Et de moins en moins aux syndicats.

Mais cette gauche qui fait penser à la droite et à la pseudo-gauche qu’elles n’ont pas besoin de la pousser beaucoup pour rester au pouvoir, tant elle se déchire sur des points de détails. Bon, parfois essentiels…

Oui, cette gauche qui va des anarchistes et des communistes d’un côté jusqu’à quelques parlementaires encore à gauche, de partis radicaux et de quelques racines de partis, en guise d’extrême-droite.

Et cette gauche que je n’ai pratiquement vu que se taper sur la tronche depuis que je suis conscient de ce qu’est la politique…

Y compris sur la mienne, mais qu’importe…

Cette gauche que je préférerai cependant toujours à n’importe quel “parti démocratique”…

Et pourtant…

Pitoyables sont les éléments de cette gauche lorsqu’ils se contentent de calculer leur potentiel sur le dos de leurs semblables, à qui ils reprochent soit de ne pas leur être identiques, soit, au contraire, de leur être trop semblables…

Pitoyables sont ces réflexes comptables qui reposent sur l’idée qu’il faille sauver quelques virgules aux prochaines échéances électorales, mais pitoyables aussi ceux qui consistent à se compter en nombre de drapelets ou de figures de grands manitous lors des rassemblements des derniers désespoirs.

Pitoyables encore les attaques ad hominem, les stigmatisations, les remuages de merde, les étripages, enfin, qui remontent au XIXe Siècle ou à Debord. Et s’il fallait s’en tenir là, cette raison suffirait aux anarchistes pour se détourner de toute la gauche sans aucune exception, parce qu’ils ont servi de souffre-douleur de toutes ces composantes depuis qu’ils se sont manifestés.

Mais encore terriblement orgueilleux, ces têtes de gondole de groupuscules qui se targuent de penser -ou de faire croire qu’ils pensent- qu’ils sont les seuls-vrais…

Vaniteux, ces fiévreux qui s’arrogent de génération en génération la vérité et le droit à évoquer telle ou telle figure du passé, en changeant de vedette s’il le faut…

Gonflées, ces baudruches qui s’arrogent les couleurs de la révolution, sous prétexte de filiation plus ou moins directe avec quelque réformiste qui eut, un jour, le goût, pourtant, d’être à peine moins raciste, européiste, nationaliste, belliciste que ses contemporains.

Q U A N T .. .. A U .. .. P I R E

Mais il y a pire, on y revient, il y a bien pire, ce sont ces faux gauchistes, ces faux dévôts de la gauche qui, tous les premiers mai vont religieusement tendre un petit point discret, d’un bref mouvement de tête ou le papillon au vent, en fredonnant des paroles qui ne leur disent plus rien -si elles leur ont jamais dit quoi que ce soit.

Il y a pire encore, ce sont ces partisans du combat réformiste qui voient dans les compromis l’âme de la démocratie, qui houspillent ceux qui, selon eux, refusent de se salir les mains, qui prétendent qu’il n’y aurait de pire solution que leur renoncement, et qui surtout nous la baillent belle de leurs sièges. C’est que ça coûte, la campagne…

Car il y a pire aussi, avec les mouvements qui, génération après génération, nous réveillent la fibre électorale de leurs colères jouées, et qui, génération après génération, déçoivent, et dont on se demande quand ils ont changé d’idée, ou s’ils ont même changé d’idée, le jeu n’étant qu’un investissement sur l’avenir.

Ceux-ci défrisent la gauche, l’enrobent de sucre et nous égarent de leurs satisfactions.

En attendant, le monde bascule de moins en moins à gauche.

Il devient difficile d’identifier la force de gauche, l’âme de gauche, l’homme ou la femme de gauche. Est-ce parce que les valeurs de gauche ont évolué avec le progrès humain, scientifique et social?

Non.

La gauche, c’est la défense de l’égalité et de la liberté sans aucune priorité donnée à l’une ou à l’autre.

LA gauche, ce n’est jamais la gauche des marchés, et ce ne peut être non plus la gauche des Etats, ni la gauche des frontières, encore moins la gauche des bombardements…

Par là même, la gauche doit être à la fois la remise en question du droit de préséance, quel qu’il soit -du propriétaire, du privilégié, du dirigeant, du représentant, du détenteur, du délégué, du tribun, du militaire, du médiatique, sur l’individu, sur la démocratie, sur l’horizontalité…

La gauche, ce n’est certainement pas ce couple désormais traditionnel de partis sociaux-démocrates, catalogués socialistes ou écologistes, voire les deux. Ceux-là ont montré qu’ils se félicitent de leur participation au pouvoir, échéance après échéance, que les alliances contre nature leur sont naturelles.

La gauche, ce ne sont pas ces princes des campagnes qui prétendent que sans eux ce serait pire ou qu’il faut bien faire contre-poids aux forces bleues, ocre, jaunes, qui traitent parfois -souvent- de rouge-brun tout ce qui ne pense pas comme eux de ce côté-ci de l’hémisphère politique.

Mais voter pour ces partis, cela revient à accrocher un parachute troué à une bombe atomique: ça ne permet que de rendre plus difficile le calcul du moment où elle explosera, sans cependant réduire la certitude qu’elle explosera.

A L O R S

Alors?

Alors…

Alors, il n’y a pas d’autre solution que de rassembler la gauche. La pitoyable, la gonflée, la vaniteuse, celle des anarchistes qui n’iront jamais au gouvernement ou alors pour mieux le torpiller, celle des communistes qui voient tout en rouge et blanc, celle des radicaux de gauche ou des pragmatiques qui font encore des farandoles ou mumuse au parlement, mais qui refusent de serrer la main des clowns de droite et du centre…

La gauche qui veut servir à la gauche, pas à un obscur concept électif ou à une illusion démocratique, non, à la démocratie, à la liberté et à l’égalité.

Dans l’ordre qu’on voudra, puisqu’aucun ne peut aller sans les deux autres.

Et pour ce faire, il n’y a pas deux solutions: il ne faut tirer que sur la droite, pas sur la gauche; il faut supporter ceux de gauche qui le sont honnêtement, même si ça peut faire mal.

Et le jour de la victoire ne rien regretter si l’on se retrouve le dos au mur.

Pourvu que ceux qui nous y collent soient de gauche…

Diviser la gauche par zéro

Monday, November 18th, 2013

Critiquer Rafael Correa… L’occasion m’est venue tout récemment dans une conversation avec un ami. Il faut dire que, après avoir résidé quatre ans au Brésil et mangé de l’information réactionnaire de là-bas à plus ne savoir la vomir, j’avais quelques arguments en ma faveur. Correa favorise les grandes entreprises et critique toutes les mesures laïques possibles. Et quand il finit par s’opposer à une grande pourvoyeuse d’esclavage et de detruction de l’environnement comme la bétonneuse Odebrecht (dont l’origine sinon le capital est brésilienne), ce n’est pas par souci social ou environnemental, mais parce que, ô surprise, les budgets ont explosé.

Oh, Rafael, tu plaisantes ou quoi? En même temps, qu’attendre d’un type qui a été éduqué par nos universités? Ses modèles ne sont sans doute pas reluisants.

Bon, et pourtant, après une minute d’arguments, je me suis rétracté: non, je ne veux pas me mettre sur le plan des critiques de Correa. Pourquoi? Je n’ai guère de sympathie pour lui, ni sur le plan politique, puisque je trouve sa gauche trop molle, ni sur le plan philosophique, avec ses références chrétiennes trop prononcées. Pour autant, et pour avoir vécu en Amérique Latine durant quatre ans, dans un pays bien plus riche -le Brésil-, quoique pas plus à gauche -et même sans doute moins-, je me sens astreint à une attitude intermédiaire et, je l’espère, temporaire, celle de refuser la critique de front sur les leaders, disons, de gauche, dans cette région.

Pourquoi?

Pour une première raison, c’est que les alternatives de gauche à Correa, Dilma ou Maduro sont à construire par les Equatoriens, les Brésiliens et les Vénézuéliens, et que nous n’avons sûrement pas de leçons à leur donner. Dans le même ordre d’idée, lorsque l’on sait d’où viennent ces Etats, d’où viennent encore l’Uruguay, le Nicaragua ou la Bolivie, on ne peut voir dans ces dirigeants qu’un mieux transitoire, en espérant qu’ils donnent aux habitants le goût du progrès social et l’envie de plus de révolte encore. C’est, semble-t-il, le cas, bien que de manière complexe et qu’il serait trop long d’analyser ici.

Pour une deuxième raison, c’est que nous avons déjà fort à faire avec notre propre gauche, nos propres gouvernants, notre Europe, nos pays. Si nous voulons vraiment influencer le monde, alors nous devons changer ce qui se passe ici et maintenant, en Europe, en Belgique, chez nous.

Là où nous avons prise.

L’Europe est l’un des leviers de commande du commerce international. La politique abdicatrice -au bénéfice des profits du capital- de nos dirigeants est l’une des plus honteuses de la planète. Peut-être la plus honteuse, car nous sortons d’une période qui impliquait une véritable opportunité de direction vers une gauche modérée qui aurait pu être acceptable si elle s’était étendue à l’ensemble de la planète. Je ne dis pas une gauche idéale, mais quelque chose qui aurait pu servir de tremplin vers un monde à la fois plus juste et encore perfectible.

Nos dirigeants sociaux-démocrates ont préféré se courber devant les milieux conservateurs et les bakchichs que ceux-ci offraient à leurs serviteurs en place, devenus leurs partisans, leurs avocats, leurs complices.

Ils sont parmi les premiers contributeurs de la situation internationale pour s’être systématiquement accordés avec les intérêts diplomatico-stratégiques d’une Organisation du Traité Atlantique-Nord qui, normalement, n’avait plus de raison d’être.

Ils sont à ranger parmi les complices des gouvernements autoritaires qui nous servent de résereves énergétiques, de la Birmanie au Qatar, en passant par les bonnes vieilles dictatures latino-américaines et les néo-colonies africaines.

Le fait que les Etats d’Amérique Latine se soient plus ou moins -plus ou moins- émancipés, ils ne l’avalent toujours pas. Ils nous l’ont encore montré en 2002, lors de la tentative de coup d’état contre Chavez, qu’ils s’apprêtaient à saluer avec soulagement.

Non, le régime vénézuélien, pas plus que celui de Correa, et encore moins celui de Lula et Dilma ne sont des exemples de gauche aboutie. Oui, je constate moi-même que dans ce pays auquel je suis particulièrement attaché, le Brésil, les événements sont inquiétants et qu’il n’est pas impossible que nous soyons au bord d’un précipice dangereux, avec, qui sait, peut-être, un retour en arrière, un grand bond vers un système autocratique. Le Brésil est un pays extrêmement fragile et toute avancée sociale y est combattue avec une violence incroyable, même si de loin les reflets en sont toujours chamarrés et mélodieux.

Non, je ne me satisfais pas des positions autoritaires du gouvernement chaviste, ni de la verticalité de la “révolution cubaine”, pas plus que de la mollesse équatorienne ou de l’illusion chilienne.

Non, je ne suis pas nécessairement d’accord avec les positions internationales de ces gouvernements non plus, encore que je les honore souvent en ce qu’elles sont plus souvent indépendantes de celles des USA et qu’elles développent des voies différentes, plus modérées, plus nuancées, que celles de la Chine ou de la Russie.

Mais, si informer sur ces pays est une bonne chose, et je continuerai à y contribuer dans la mesure de mes moyens, il faut le faire avec toutes les réserves que je viens d’évoquer: d’où ils viennent, ce qu’ils risquent en cas de retour en arrière, notre propre poutre dans l’oeil…

Et s’il faut le faire, je crois que ce doit être avec une forme plus constructive et moins insultante.

Notre combat, nous devrions le mener comme si nous étions encore au temps de la première internationale: à notre niveau, au service de nos syndicats, de nos coopératives, de nos luttes de base, contre notre bourgeoisie, et ne jamais crier avec elle sur un coup de diversion, telle une guerre lointaine dont nous ne maîtriserons jamais tous les tenants et aboutissants, tel un scandale international qui devrait plutôt nous faire sourire et qui implique des loups entre eux.

Quant aux procès sur ce qui est ou n’est pas de gauche, ils sont illégitimes et improductifs. Les crachats à la figure sur nos rares intellectuels compétents, sur des mouvements auxquels nous n’adhérons pas parce qu’ils ne respectent pas les principes dogmatiques que nous avons choisis en fonction de notre propre vécu, ou sur des pays lointains dont nous ne comprenons pas le tiers du quart (et, en dépit de mon expérience, je suis loin de saisir tous les éléments qui font du Brésil ce qu’il est), c’est indigne d’un esprit de gauche.

A force de diviser la gauche ou de la laisser diviser, nous sommes en train de la réduire à rien.