La Révolution Française, c’est (peut-être) maintenant.

April 23rd, 2016

Les événements ou personnages de l’histoire qui suit paraîtront familiers à certains. Ce n’est pas une coïncidence.

En 1788, l’État du royaume de France était ruiné.
En 1788, le principal ministre du roi était un financier genevois.
En 1788, les paysans souffraient de la disette, des prix pratiqués par les spéculateurs et du droit féodal
En 1788, les « ouvriers parisiens » et des autres centres urbains souffraient de la disette, des prix pratiqués par les spéculateurs et de la faiblesse des investissements.
En 1788, une bonne partie de la bourgeoisie française vivait du commerce des colonies, et donc des esclaves.
En 1788, des petits-bourgeois lisaient Rousseau.

En 1789, la révolution n’était pas à l’ordre du jour.
En 1789, les bourgeois parvinrent à s’imposer au roi dans le rôle de réformateurs.
En 1789, il n’était pas question pour les « ouvriers parisiens » et de quelques autres centres urbains de se soucier des intérêts de classe de la bourgeoisie, laquelle aspirait à quelques changements en sa faveur.
En 1789, les « ouvriers parisiens » prirent la Bastille. Sans les paysans, qui honoraient le roi, ni les bourgeois, qui peinaient à conserver leur place de réformateurs.
En 1789, des paysans brûlaient des châteaux. Ce n’était pas la première fois, mais l’ampleur en était telle que le 4 août les « Saigneurs » de la terre firent semblant de mettre fin à un régime inique vieux de plusieurs centaines d’années.
En 1789, ce sont les femmes qui ramenèrent le roi à Paris pour le mettre sous la surveillance du peuple. C’était les journées des 5 et 6 octobre.
En 1789, quelques bourgeois écrivirent la « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ». Dans les mois qui suivirent, ils spécifièrent que n’était pas citoyen toute personne qui voulait. Encore fallait-il le mériter. Par la bourse.
En 1789, des petits-bourgeois populomanes1 tentèrent de remettre en question la situation des esclaves dans les colonies. On leur répondit, depuis les bancs de la bourgeoisie, que l’économie en dépendait et qu’il fallait rester raisonnable.

En 1790, on se dit dans les salons bourgeois que la révolution, qui n’était pas à l’ordre du jour, était allée suffisamment loin.

En 1791, ouvriers et paysans continuèrent de s’agiter d’insatisfaction, ne se concertant pas, parlant peu. Quant aux esclaves, beaucoup ne savaient même pas ce que ce mot recoupait qui puisse être pire que leur propre condition.
En 1791, la garde bourgeoise fit feu sur les « ouvriers parisiens ».
En 1791, la garde bourgeoise mata des révoltes paysannes dans le sang.
En 1791, les premières révoltes d’esclaves ayant entendu parler de la Déclaration furent maitrisées.
En 1791, pourtant, le roi trahit les bourgeois…

En 1792, les bourgeois au pouvoir déclarèrent la guerre à l’étranger pour calmer les ardeurs des « ouvriers parisiens » et des paysans éparpillés dans tout le royaume.
En 1792, les « ouvriers parisiens », aidés par les fédérés de Brest et de Marseille, s’assemblaient démocratiquement et décidaient de, décidément, agiter l’Assemblée bourgeoise. Ce fut l’insurrection de la Commune, des sections. Ce fut le 10 août.
En 1792, des petits-bourgeois populomanes réclamèrent la citoyenneté pour tous. Quel scandale ! Mais les bourgeois s’y plièrent à certaines conditions : ils avaient entendu parler des moyens qui existaient pour manipuler les élections. En dépit des appels de certains petits-bourgeois (c’est peu connu), les femmes perdirent le peu de droits qu’elle avaient eu par le passé.
En 1792, les bourgeois furent forcés par la rue parisienne de déclarer la déchéance du roi et l’avènement de la République.
En 1792, les bourgeois, sous la pression, toujours, mais cette fois des flambées paysannes, appliquèrent une série de mesure pour réduire les droits des seigneurs (eh oui, le 4 août avait été une farce).
En 1792, une nouvelle Constituante fut élue majoritairement par les paysans, lesquels avaient bien d’autres soucis en tête -c’était la moisson, leurs gamins étaient à la guerre- et y envoyèrent les bourgeois locaux qui n’avaient rien à faire de leurs journées.

En 1793, les bourgeois sacrifièrent le roi, qu’ils ne pouvaient plus défendre aux yeux des « ouvriers parisiens », désormais « sans-culottes » et trop souvent trahis. Les paysans, désinformés, ne comprirent pas. On ne leur rendait toujours pas leurs terres.
En 1793, les bourgeois assemblés à Paris furent si effrayés par les « ouvriers parisiens » et leurs amis, qu’ils laissèrent les quelques petits-bourgeois populomanes parmi eux écrire une nouvelle Déclaration et une nouvelle Constitution. Ces textes furent les plus révolutionnaires établis par une Constituante jamais promulgués en France.
En 1793, les petits-bourgeois populomanes voulurent abolir l’esclavage dans les colonies. Les bourgeois des colonies tinrent bon, durent faire face à des révoltes. Mais c’était loin, les colonies. Les « ouvriers parisiens » et les paysans avaient d’autres soucis : la guerre, les spéculateurs, les moissons, le manque de travail.
En 1793, un petit-bourgeois populomane nommé Marat fut assassiné par une gamine manipulée par des bourgeois partis agiter le bocage normand contre la révolution.
En 1793, les petits-bourgeois populomanes abolirent les droits seigneuriaux qui persistaient.
En 1793, les bourgeois parvinrent à rejeter la faute de leurs torts sur les paysans. Ils furent considérablement aidés en cela par les bondieusards récalcitrants au progrès social. Plus tard, les bourgeois mirent sur le compte des populomanes les massacres de Vendée.
En 1793, il faut bien le dire, les petits-bourgeois populomanes animés de bonnes intentions étaient peu nombreux, mais en plus, certains de leurs idées, ils passaient trop de temps à se critiquer les uns les autres, voire à se battre. C’est sûr, ils n’étaient pas préparés à tout ça. C’est sûr, c’était encore de grands enfants. C’est sûr, on a des conclusions à en tirer.

En 1794, les petits-bourgeois populomanes s’attaquèrent aux spéculateurs. Ils en supprimèrent bien quelques-uns, mais il en restait tant…
En 1794, ayant bien divisé les « ouvriers parisiens », les paysans et les petits-bourgeois populomanes, les bourgeois firent massacrer ces derniers, qui commençaient à devenir sacrément prétentieux avec leurs mesures de gauche. Parmi eux, quelques noms -Robespierre, Saint-Just, Couthon- devinrent symboles de monstruosité. On ne lutte pas contre la liberté d’entreprendre impunément. C’était Thermidor.
En 1794, une fois seuls au pouvoir, les bourgeois réprimèrent les « ouvriers parisiens ». Les paysans étaient loin, et de toute façon ils avaient des guerres et des moissons devant eux.
En 1794, les bourgeois confirmèrent qu’ils ne s’attaqueraient plus à la spéculation et firent semblant de regarder ailleurs quand on leur parlait d’esclavage.

En 1795, les bourgeois mirent fin à la guerre qu’ils avaient allumée contre les paysans. Ils comptaient bien réutiliser quelques fois le stratagème.
En 1795, les bourgeois réécrivirent encore une fois la Déclaration et la Constitution. Ce fut le grand bond en arrière.

En 1799, comme les bourgeois ne parvenaient pas à gérer les guerres extérieures qu’ils avaient allumées et les miettes de démocratie qu’ils avaient conservées à leur avantage, ils désignèrent les plus cupides d’entre eux qui choisirent le plus retors d’entre eux, lequel fit la guerre aux paysans et aux ouvriers de l’Europe entière pendant seize ans. Toussaint Louverture creva seul dans une cellule. L’esclavage fut rétabli officiellement et ne fut aboli qu’en 1848.

On ne résume pas la Révolution française en quelques lignes.

Mais si, en fait, on peut le faire. On vient de le faire.

Et ensuite, on s’interroge, et on cherche à voir si on ne peut pas remplacer certains mots par d’autres, peut-être en changeant quelques faits, en allongeant les délais, en se demandant si certaines choses ne se sont pas déjà répétées à quelques reprises…

Ceci est ma tentative d’appui à la réflexion qui marine en ce moment sur les Nuit debout et autres mouvements plus ou moins actifs, plus ou moins conscients, qui, à l’échelle de la France, de la Belgique, de l’Europe peut-être, s’agitent, se demandent, hésitent à s’allier.

Alors, certes, tous n’ont pas les mêmes ambitions, les mêmes problèmes, les mêmes soucis.

Mais tant qu’ils ne chercheront pas à s’associer, ils continueront de faire rire les bourgeois

Paysans, “ouvriers parisiens”, esclaves, petits-bourgeois, français, européens, de plus loin… Il n’y a pas de centres, évidemment, mais si les choses doivent partir de Paris, si les choses doivent partir d’un milieu social plutôt que d’un autre, si le résultat pouvait en être un grand chambardement, pourvu que nul ne s’en réclame pour s’arroger de place ensuite, qu’importe, et qu’elles partent…

  1. C’est de ce terme que Robespierre était qualifié par la Gazette de Paris en 1790. Burgot traitera plus tard les Jacobins de « populaciers ». Le mot populiste est une excellente alternative à populomane aujourd’hui. []

Echec à la reine, bis.

April 12th, 2016

Le même article que précédemment, mais réactualisé les 11 et 12 avril.

L’échiquer brésilien en 2016
_____________________________________________
_____________________________________________
20-21 mars 2016 – Thierry Thomas (notes complémentaires les 11 et 12 avril 2016)
__________________________________
L’actualité brésilienne est terriblement complexe à comprendre, surtout pour qui ne suit les événements que de loin et via les médias traditionnels européens. Il est difficile de vous donner toutes les sources dont je me suis servi pour rédiger les notes qui suivent. Cependant, vous pouvez en retrouver l’essentiel sur les sites repris en note de bas de page, outre, pour ce qui concerne les éléments institutionnels, Wikipedia (qui n’est pas une source en soi, mais une base de faits à vérifier)1.
**
**
Le Brésil est-il au bord d’une dictature du prolétariat ?
Non. Je n’irai pas jusqu’à dire « malheureusement, non ». Cela dit, il est bon de renverser un certain nombre de certitudes locales. Certains canards méritent qu’on leur casse quelques pattes.
A l’écoute de la RTBF2, à la lecture de quotidiens belges en ligne, le gouvernement de Dilma Rousseff tendrait dangereusement vers une forme autoritaire et corrompue, alors que des millions de courageux citoyens seraient descendus dans la rue pour défendre l’action d’un juge fédéral, auquel certains vont jusqu’à s’associer sous le slogan « Nous sommes tous Sergio Moro ».
Or, si cela ressemble à la réalité, ça n’en a que l’apparence.
S’il est vrai que le gouvernement Dilma Rousseff est actuellement secoué par une série de scandales, il faut savoir que la présidente elle-même n’est pas soupçonnée de quoi que ce soit, sinon de chercher à défendre son prédécesseur3.
Par contre, on ne parle pas beaucoup des membres des différents partis qui composent sa majorité actuelle et qui eux sont pleinement éclaboussés par des accusations de corruption, concernant notamment l’entreprise semi-privée, semi-publique Petrobras ; parmi les personnes concernées, en tête figure l’actuel président de la chambre des députés, Eduardo Cunha, ennemi intime de la présidente, et qui barre systématiquement toute possibilité de changements de législation vers la gauche.
Le plus « cocasse », c’est que nombre de ces personnages, députés, éclaboussés par l’opération judiciaire nommée « Lava-Jato »4, se trouvent en première ligne pour demander l’impeachment de la présidente (autrement dit, sa destitution « légale »).
**
**
Comment cela est-il possible ? Le gouvernement brésilien n’est-il pas de gauche.
Non. Il ne l’est pas. Il faut d’abord savoir que la présidente a beau avoir été élue au second tour avec plus de 50 pour-cent des voix exprimées, elle a dû, tout comme lors de son premier mandat, et tout comme son prédécesseur, Luis Inácio Lula da Silva, s’allier avec plusieurs partis de droite dure, le premier desquels étant le parti du vice-président, Michel Temer, mais aussi d’Eduardo Cunha, le PMDB5.
Sur 23 ministres, le PT et le PMDB en comptent 5 chacun. Mais ils n’auraient pas encore la majorité à eux seuls. A gauche, seul le PCdoB compte un ministre, celui de la défense. Mais plusieurs autres partis sont également représentés dans le gouvernement : le PSD, le PDT, le PTB, le PROS et le PR, chacun comptant un ministre. Tous les autres ministres sont considérés « indépendants »6.
Cette alliance entre le PT et ces partis qui se considèrent tous au centre, ou peu s’en faut, montre déjà que, tant Lula (qui eut jusqu’à 8 partis alliés dans son gouvernement lors de son premier mandat, le sien propre n’atteignant guère plus de 18 % des députés au parlement), que Dilma Rousseff, ou même leur parti ne peuvent guère être totalement responsabilisés pour la politique dans son ensemble, ni pour ses bons, ni pour ses mauvais côtés.
D’autant qu’il faut encore se rappeler deux choses :
-D’une part, le Brésil est une fédération de 26 Etats, plus le District Fédéral de Brasilia, la capitale. Les Etats disposent d’une vaste autonomie, d’un pouvoir qui réduit fortement celui de la République Fédérale. Nombre d’entre eux sont éclaboussés de scandales également.
Au sein des Etats, les mêmes partis actuellement au pouvoir au niveau fédéral sont parfois alliés, mais aussi souvent adversaires. Et, parmi les alliés du PT, certains d’entre eux sont alliés avec le principal parti de l’opposition : le PSDB. Ainsi, dans l’État d’Espírito Santo, le PMDB et le PSDB se partagent le gouvernement ; au Maranhão, le PCdoB, de gauche, est allié avec le PSDB, de droite ; dans le Mato Grosso, le gouvernement se partage entre le PSDB et le PSD. Toutes ces alliances au sein des Etats créent fatalement des tensions avec le gouvernement fédéral. Mais il est également vrai que l’appartenance à un parti, au Brésil, ne signifie pas que l’on suive une ligne politique déterminée nationalement. Et cela sera éclairé par le point suivant.
-Car, d’autre part, les députés et sénateurs, quoique membres de partis, se distinguent surtout par leur appartenance à divers groupes d’intérêts. Outre qu’ils sont en moyenne des hommes blancs d’une cinquantaine d’années et détenteurs d’un patrimoine d’un millions de reais7, ils se caractérisent avant tout par leurs organes de financement, leur appartenance entrepreneuriale ou même leur religion.
Ainsi, les députés représentant le lobby agroalimentaire sont 153, sur 513 ; les entrepreneurs 207. Sachant que seuls 69 députés sont du PT, on peut évaluer les difficultés qu’ils doivent avoir d’imaginer même proposer une réforme agraire ou une meilleure défense de l’environnement -si tant est d’ailleurs qu’ils le désirent, ce qui n’est pas souvent le cas8.
**
**
« Golpe » ?
Il ne s’agit pas ici de défendre Dilma Rousseff ou son prédécesseur, mais de se rappeler que la démocratie brésilienne est très jeune9. Les réflexes autoritaires sont très fréquents dans la société brésilienne.
Une certaine nostalgie de l’époque où l’on ne remettait pas en question l’autorité des « colonels » locaux (chefs de réseaux de clientélisme) se reflète dans l’impunité dont jouissent encore les assassins des militants de gauche des régions rurales, par exemple, dans la découverte régulière de situations d’esclavages sur des latifundias ou dans le fait que la Police Militaire, principale force publique de l’État, est la police qui tue le plus au monde.
La gauche brésilienne n’est pas satisfaite de l’action des gouvernements Lula et Dilma, mais elle est consciente de la menace qui pèse sur le pays, et c’est elle notamment qui a appelé, le 18 mars, à un ensemble de manifestations, non pas tant pour « défendre le gouvernement Dilma » que pour appeler au respect des formes démocratiques10.
En effet, lors des manifestations « jaunes et vertes », culminant le 13 mars, les slogans allaient parfois jusqu’à l’appel à l’intervention militaire (notons, par ailleurs, que jusqu’ici les forces militaires sont restées loyales au gouvernement, bien que la Police Militaire ait montré des signes de partialité dans son comportement vis-à-vis des manifestants, agissant aux ordres du Gouverneur de l’État, et à São Paulo il s’agit de Geraldo Alckmin, sur lequel nous reviendrons plus loin ; la Police Civile, elle, répond aux ordre du Gouvernement Fédéral).
**
**
Mais que se passe-t-il alors ?
Depuis que le PT est au gouvernement, plusieurs groupes d’influence ont manifesté leur insatisfaction, voire leur frustration.
Les premiers de ces groupes sont les médias traditionnellement de droite, à commencer par la chaîne de télévision Globo, qui participa largement au maintien de la dictature et fut très longtemps l’obstacle principal à l’élection de Lula, contribuant entre deux feuilletons à le ridiculiser au cours des campagnes électorales de 1988 à 2002.
Mais la Globo n’est pas seule : les journaux O Globo, A Folha de São Paulo, O Estado de São Paulo, les revues Veja, Época et Istoé se démarquent aussi par leur militantisme anti-PT((Je ne cache pas qu’une des motivations de l’existence de cet article est de tenter d’enjoindre les médias européens d’utiliser d’autres médias que ceux-ci pour informer leurs auditoires. Note du 11 avril 2016: le mouvement anti-Globo populaire au Brésil atteint actuellement des sommets qui m’impressionnent personnellement. Il a toujours été réel, mais il pourrait pour la première fois remettre en question la prédominance de cette famille médiatique brésilienne.)).
Les rares médias « de gauche » ou indépendants sont peu diffusés et sous-financés. Ainsi le CartaCapital de l’éternel opposant démocrate Mino Carta ou le Brasil de Fato, ouvertement marxiste, par exemple. Peu diffusés, ils ne peuvent de toute façon pas lutter contre des chaînes de télévision privées conservatrices. Les chaînes de radio ne sont guère plus diversifiées11.
S’il n’y avait que les médias… Mais les gros entrepreneurs, quoique choyés sous les gouvernements Lula-Dilma, se sont également ligués contre les « affreux gauchistes » (pour rappel, Lula est un ancien syndicaliste et Dilma une ancienne militante communiste)12. Ainsi, en réaction à la nomination, certes discutable, de Lula comme ministre, des fédérations d’entrepreneurs se sont liguées pour lancer un… appel à ne pas payer l’impôt fédéral. Ceci n’est rien d’autre qu’une incitation à commettre un délit grave. Sachant que la justice s’occupe activement du cas de Lula, ces syndicats patronaux tentent d’influer de manière totalement illégale sur la situation politique.
Et pourtant, ce n’est pas parce que Lula est devenu ministre qu’il échappera à la justice. Certes, il ne sera plus poursuivi par le même juge fédéral, Sergio Moro, lequel travaille avec la Police Fédérale, mais il existe au Brésil un tribunal spécial autorisé à juger des situations impliquant des ministres en exercice. Et ces juges du Tribunal Suprême Fédéral, bien que parfois nommés par Lula lui-même, ne lui sont pas spécialement favorables, contrairement à une série de rumeurs à ce sujet13.
Le plus emblématique d’entre eux, Gilmar Mendes, nommé par l’alors président Fernando Henrique Cardoso en 2002, lui-même entaché de nombreuses irrégularités et soupçonné de « gentillesse » à l’égard de personnalités douteuses, a promis un traitement sans concession à Lula. Or il a été chargé de la plupart des dossiers “Lula”. Il n’y a donc aucune raison de penser que Lula échapperait à une éventuelle condamnation s’il devait être reconnu coupable.
**
**
Les médias, les entrepreneurs… C’est tout ? Non.
Au sein du Congrès, de nombreux députés, y compris de sa majorité théorique, menacent la présidente d’une procédure d’impeachment. Ce qui signifie qu’elle risque la destitution si la procédure aboutit. Et pourtant, si l’on considère les causes juridiques de cette procédure, force est de reconnaître que le dossier ne la concerne… jamais14. Mais cela ne gène pas ses opposants, dont nous avons déjà parlé, parmi lesquels beaucoup lui reprochent d’avoir empêché la privatisation du Pre-Sal, ces champs pétrolifères récemment découverts et pour lesquels Dilma comptent bien que le Brésil, dans son ensemble, puisse profiter, à l’instar du Vénézuéla ou de la Norvège.
L’opposition du PSDB, José Serra15 en tête, a déposé un contre-projet en 2015 pour renverser cette logique et compte bien l’appliquer si elle revient au pouvoir. On reproche aussi à Dilma dans les milieux financiers d’avoir réduit les possibilités de bénéfices dans les banques en jouant avec les taux d’intérêt jusque là hyper favorables aux « monnayeurs ».
Les médias conservateurs, les députés nostalgiques du « colonélisme », les grands entrepreneurs fatigués de devoir négocier leurs marchés privilégiés, et même les banques, cela fait déjà beaucoup… Mais on ne peut s’empêcher de se demander s’il n’y a pas aussi derrière tout ça une petite influence extérieure. Ce ne serait pas la première fois, sans même remonter jusqu’au coup d’État de 1964. Le gouvernement brésilien a déjà été bousculé pour sa « mauvaise gestion » de la forêt amazonienne, mais aussi pour son intrusion dans les dossiers iranien, syrien ou libyen, par exemple.
En effet, depuis Lula et notamment son excellent ministre des affaires étrangères, l’indépendant Celso Amorim, le Brésil a cessé de figurer dans le « jardin » des USA. Conscients de la force potentielle du Brésil en Amérique Latine, et de l’importance de l’Amérique Latine dans le monde, Lula et Celso Amorim ont initié une nouvelle manière de considérer la politique internationale, impliquant notamment le pays dans le mouvement des BRICS, avec la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. Dilma, bien que plus modérément, a suivi la même ligne. Le PSDB, dans l’opposition depuis 2003, lui, s’était distingué pour son suivisme étatsunien durant la présidence de Fernando Henrique Cardoso.
**
**
Et ces manifestations, alors ?
Le 13 mars, nous avons pu assister à de nombreuses manifestations, impliquant en effet des centaines de milliers de personnes, peut-être trois millions de Brésiliens dans de nombreuses villes du pays16. Ces manifestants, généralement, apparaissaient sur les images, bien blancs, équipés de lunettes de soleils et habillés de jaune et de vert. Peu représentative de la société brésilienne, plus métissée dans son ensemble, faut-il le rappeler17.
Rappelons que deux « manifestants » du 13 mars, Aécio Neves, sénateur du Minas Gerais, et Geraldo Alckmin, gouverneur de l’État de São Paulo, se faisaient l’écho du sentiment de dégoût pour la corruption… Or, l’un comme l’autre sont sujets à scandales. Alckmin est impliqué dans un honteux détournement de repas scolaires dans les écoles publiques, de prévarication dans le cadre du creusement du métro et de rapports peu avouables avec des chefs de gangs. Quant à Aécio Neves, il est soupçonné de détenir des fonds illégaux dans un paradis fiscal, de tremper dans des trafics d’influence à Minas Gerais, sans compter que l’un de ses proches amis se trouve empêtré dans une sombre affaire de drogue retrouvée dans… son hélicoptère personnel. Inutile de dire que de tous ces scandales touchant le PSDB, mais aussi le PMDB, les médias traditionnels parlent peu ces derniers temps18.
Le héros de cette manifestation, le juge Sergio Moro, connu pour son action de « nettoyage » de corruption dans les entreprises de construction, venait de divulguer par voie de presse des « éléments de preuve » à charge contre Dilma et Lula, principalement un enregistrement de conversation téléphonique qui s’avéra, par lui-même, totalement illégal, car relevé hors de tout mandat. Non seulement il était illégal, mais en plus sa divulgation ne respectait pas le secret de l’instruction. Mais il y a plus : les éléments incriminant Lula et Dilma ne relevaient que de l’interprétation erronée de quelques mots lancés par Dilma. Moro l’a lui-même reconnu : il n’y a pas grand-chose dans ces enregistrements. Autrement dit, le juge fédéral a jeté de l’huile sur le feu de manière illégale et illégitime. Mais, une fois l’huile versée, évidemment, le feu est difficile à éteindre. D’autant que les médias ne contribuent pas à remettre ces éléments dans l’ordre et le contexte adéquats.
Alors, pourquoi le juge fédéral a-t-il fait cela ? (23 mars 2016)
Note supplémentaire du 11 avril 2016: Rien de ce qui précède n’a perdu de sa pertinence. Les doutes à l’égard de l’action judiciaire de Sergio Moro sont de plus en plus étayers. Les grands pontes du PMDB négocient avec le PSDB la possibilité -et surtout les suites- de l’impeachment possible de Dilma Rousseff, qui n’est pourtant pas plus justifié en faits.
Cette procédure suit actuellement son cours, dans un contexte tumultueux, où le Congrès ne parvient pas à redorer son image19
Les grands médias traditionnels, de la Globo aux revues nostalgiques de l’époque de l’esclavage, ne parviennent guère à se dépêtrer. Ils se disputent les appuis des figures politiques de l’opposition, accusent à tour de bras au fur et à mesure des rumeurs et des faits plus ou moins avérés, ne s’entendant que sur une chose: la promotion de l’impeachment et le discrédit du mouvement social qui s’y oppose.
De leur côté, les mouvements sociaux et les médias “dominés” sont nombreux et vivants au Brésil. Paradoxalement, donc, ce sont ces derniers, déçus par le PT, qui pourraient participer au sauvetage du gouvernement de Dilma Rousseff, même privée (de manière ambiguë) de son principal partenaire, le PMDB.
A suivre… de près!

Note du 12 avril : la Commission de l’Assemblée a voté la poursuite de la procédure d’Impeachment, dans une ambiance fiévreuse et dramatique. La plupart des députés ayant voté en ce sens sont eux-mêmes visés par la fameuse « Opération Lava-Jato », dont ils espèrent la fin en cas de destitution de la présidente20.

  1. -epoca.globo.com
    -CartaCapital.com.br
    -le Monde Diplomatique et sa version brésilienne : le Monde Diplomatique Brasil
    -noticias.uol.com.br
    -folha.uol.com.br
    -globo.com
    -des éléments de sites du parti PcdoB : pcdob.com.br.
    -vermelho.com.br et opovo.com.br
    -https://theintercept.com/2016/03/18/o-brasil-esta-sendo-engolido-pela-corrupcao-da-classe-dominante-e-por-uma-perigosa-subversao-da-democracia/
    -brasildefato.com.br
    -plusieurs amis brésiliens, témoins directs, acteurs et observateurs raisonnables et consciencieux, et effrayés de la perspective actuelle
    -mes propres connaissances du Brésil, où j’ai vécu quatre ans et demi, et mon propre blog thitho.allmansland.net, bien que peu actualisé ces derniers temps. []
  2. Une petite exception : cette « Opinion » de Laurent Delcourt: https://www.rtbf.be/info/opinions/detail_bresil-les-ressorts-d-une-crise-politico-judiciaire?id=9256565. Mais l’article ne rentre guère dans le détail des circonstances telles que vous les trouverez ici. []
  3. Or, même cette hypothèse, nous le verrons plus bas, n’est pas nécessairement correcte. Je pense personnellement que l’entrée de Lula dans le gouvernement est plus un coup tactique pour affaiblir le partenaire principal de la coalition, le PMDB, afin de le forcer à rester au gouvernement. Mais cette note en bas de page est l’élément le plus conjecturel de cet article. Note du 11 avril 2016 : le coup tactique a en partie réussi, puisque la plupart des ministres PMDB sont restés au gouvernement jusqu’à ce jour. []
  4. Note du 11 avril 2016: entre-temps Cunha a été éclaboussé, parmi bien d’autres, dans le scandale des Panama Papers. []
  5. Il faut savoir qu’au cas où l’impeachment contre Dilma aboutirait, le président en exercice au Brésil serait Michel Temer et son vice-président Eduardo Cunha. Ca fait réfléchir. Note du 11 avril 2016: entre-temps, le PMDB a rompu officiellement avec le gouvernement, mais la plupart des ministres issus de ce parti, eux, par contre, sont restés au gouvernement. Par goût du pouvoir? Difficile à dire, surtout au vu de la position du PMDB devant le vote en commission chargée de lancer ou d’arrêter la procédure d’Impeachment. []
  6. Quelques indépendants sont considérés plus ou moins proches de certains partis. []
  7. Cf. L. OUALALOU, Au Brésil, « trois cents voleurs avec des titres de docteurs », Monde Diplomatique, nov. 2015, p. 10-11. Très bon article, mais écrit il y a plus de cinq mois, et donc déjà obsolète face à l’actualité, malheureusement. []
  8. Ajoutons encore une petite précision : le Congrès est dominé par des personnalités établies depuis des décennies dans la politique brésilienne. Eduardo Cunha était déjà impliqué politiquement en 1982 auprès du PDS ; Renan Calheiros, l’actuel président du sénat, député d’État en 1978, à l’époque de la dictature. Rappelons que la démocratie n’est rétablie au Brésil qu’en 1988. Le PMDB, dont sont membres ces deux personnalités, était le seul parti d’opposition autorisé sous le régime de la dictature, jusqu’en 1985. Il est pratiquement incontournable encore dans la plupart des régions du Brésil. Son clientélisme ferait passer celui des partis socialistes européens pour de l’amateurisme pur. []
  9. La constitution la plus récente a été promulguée en 1988. []
  10. Soyons justes: nombre des manifestants, tout de rouge vêtus, appuyaient et appuient toujours le PT, Dilma et Lula. Note du 11 avril 2016: les partis de gauche, y compris ceux qui ne sont pas au pouvoir, continuent, en compagnie de nombreux bloggeurs, activistes, groupes sociaux divers, de participer aux mouvements de refus d’impeachment. Une lecture superficielle de la politique mettrait Marina Silva et son parti Rede dans les exceptions à ce phénomène, mais il faut bien se rendre compte que Marina Silva n’est pas de gauche. “Candidate écologiste”, elle est surtout favorable à un rapprochement avec les USA et se positionne farouchement en évangéliste sur le plan sociétal. Par contre, on trouvera avec un certain étonnement une figure très modérée, Ciro Gomes, parmi les opposants à l’Impeachment. []
  11. Pour se faire une idée des médias de gauche au Brésil, voir mon article remontant déjà à 2010 : http://thitho.allmansland.net/?p=1440 qui ne recouvre pas les publications récentes ni les blogs militants, dont certains sont de hautes qualités. []
  12. Je n’insisterai pas ici, quoiqu’il le faudrait, sur le racisme social latent au Brésil, où les classes les plus élevées ne supportent guère l’idée que les classes les plus pauvres puissent imaginer avoir des droits… Je ne dis même pas des droits égaux, mais simplement des droits à l’expression, à des services… []
  13. Note d’actualisation: entre-temps, Lula a été empêché de devenir ministre sur décision du Tribunal Suprême Fédéral. La situation n’est cependant pas tout à fait clarifiée à son sujet. []
  14. Note du 11 avril 2016 : les raisons politiques se sont multipliées: on accuse notamment Dilma Rousseff d’avoir manipulé des chiffres pour assurer sa réélection en 2014, mais aussi d’avoir opéré des changements sur le budget de l’État suite à l’aggravation de la crise. Aucune de ces raisons ne semble pourtant justifier, si elles étaient avérées, de procédure d’impeachment. C’est cependant sur celles-ci qu’une Commission du Congrès devait trancher ce 11 avril pour savoir si la procédure va de l’avant ou s’arrête. []
  15. Qui fut candidat malheureux contre Dilma aux élections présidentielles en 2014. []
  16. Si l’on en croit le décompte de la Police Militaire, curieusement très généreuse. []
  17. Les enquêtes ont révélé que les manifestants étaient en moyenne largement plus diplômés que la moyenne des Brésiliens. []
  18. Il faut aussi reconnaître que l’apparition de Aécio Neves et Geraldo Alckmin ne fut pas accueillie que par des applaudissements : certains manifestants lancèrent des « voleurs » et des « opportunistes » aux deux représentants du parti d’opposition. []
  19. Il faut aussi reconnaître que l’apparition de Aécio Neves et Geraldo Alckmin ne fut pas accueillie que par des applaudissements : certains manifestants lancèrent des « voleurs » et des « opportunistes » aux deux représentants du parti d’opposition. []
  20. Voir note 20 pour les conséquences []

Échec à la reine

March 23rd, 2016

L’échiquer brésilien en 2016
_____________________________________________
_____________________________________________

20-21 mars 2016 – Thierry Thomas

__________________________________

L’actualité brésilienne est terriblement complexe à comprendre, surtout pour qui ne suit les événements que de loin et via les médias traditionnels européens. Il est difficile de vous donner toutes les sources dont je me suis servi pour rédiger les notes qui suivent. Cependant, vous pouvez en retrouver l’essentiel sur les sites repris en note de bas de page, outre, pour ce qui concerne les éléments institutionnels, wikipedia (qui n’est pas une source en soi, mais une base de faits à vérifier)1.

D’avance, mes excuses pour la longueur de cet article, mais il n’y avait pas moyen de faire plus simple, contrairement à ce qu’un “papier” du Soir, de la Libre ou de la RTBF le suggérerait.

**
**

Le Brésil est-il au bord d’une dictature du prolétariat ?

Non. Je n’irai pas jusqu’à dire « malheureusement, non ». Cela dit, il est bon de renverser un certain nombre de certitudes locales. Certains canards méritent qu’on leur casse quelques pattes.

A l’écoute de la RTBF, à la lecture de quotidiens belges en ligne, le gouvernement de Dilma Rousseff tendrait dangereusement vers une forme autoritaire et corrompue, alors que des millions de courageux citoyens seraient descendus dans la rue pour défendre l’action d’un juge fédéral, auquel certains vont jusqu’à s’associer sous le slogan « Nous sommes tous Sergio Moro ».

Or, si cela ressemble à la réalité, ça n’en a que l’apparence.

S’il est vrai que le gouvernement Dilma Rousseff est actuellement secoué par une série de scandales, il faut savoir que la présidente elle-même n’est pas soupçonnée de quoi que ce soit, sinon de chercher à défendre son prédécesseur2.

Par contre, on ne parle pas beaucoup des membres des différents partis qui composent sa majorité actuelle et qui eux sont pleinement éclaboussés par des accusations de corruption, concernant notamment l’entreprise semi-privée, semi-publique Petrobras ; parmi les personnes concernées, en tête figure l’actuel président de la chambre des députés, Eduardo Cunha, ennemi intime de la présidente, et qui barre systématiquement toute possibilité de changements de législation vers la gauche.

Le plus « cocasse », c’est que nombre de ces personnages, députés, éclaboussés par l’opération judiciaire nommée « Lava-Jato »3, se trouvent en première ligne pour demander l’impeachment de la présidente (autrement dit, sa destitution « légale »).

**
**

Comment cela est-il possible ? Le gouvernement brésilien n’est-il pas de gauche.

Non. Il ne l’est pas. Il faut d’abord savoir que la présidente a beau avoir été élue au premier tour avec plus de 50 pour-cent des voix exprimées, elle a dû, tout comme lors de son premier mandat, et tout comme son prédécesseur, Luis Inácio Lula da Silva, s’allier avec plusieurs partis de droite dure, le premier desquels étant le parti du vice-président, Michel Temer, mais aussi d’Eduardo Cunha, le PMDB4.

Sur 23 ministres, le PT et le PMDB en comptent 5 chacun. Mais ils n’auraient pas encore la majorité à eux seuls. A gauche, seul le PCdoB compte un ministre, celui de la défense. Mais plusieurs autres partis sont également représentés dans le gouvernement : le PSD, le PDT, le PTB, le PROS et le PR, chacun comptant un ministre. Tous les autres ministres sont considérés « indépendants »5.

Cette alliance entre le PT et ces partis qui se considèrent tous au centre, ou peu s’en faut, montre déjà que, tant Lula (qui eut jusqu’à 8 partis alliés dans son gouvernement lors de son premier mandat, le sien propre n’atteignant guère plus de 18 % des députés au parlement), que Dilma Rousseff, ou même leur parti ne peuvent guère être totalement responsabilisés pour la politique dans son ensemble, ni pour ses bons, ni pour ses mauvais côtés.

D’autant qu’il faut encore se rappeler deux choses :

-D’une part, le Brésil est une fédération de 26 Etats, plus le District Fédéral de Brasilia, la capitale. Les Etats disposent d’une vaste autonomie, d’un pouvoir qui réduit fortement celui de la République Fédérale. Nombre d’entre eux sont éclaboussés de scandales également.

Au sein des Etats, les mêmes partis actuellement au pouvoir au niveau fédéral sont parfois alliés, mais aussi souvent adversaires. Et parmi les alliés du PT, certains d’entre eux sont alliés avec le principal parti de l’opposition : le PSDB. Ainsi, dans l’État d’Espírito Santo, le PMDB et le PSDB se partagent le gouvernement ; au Maranhão, le PCdoB, de gauche, est allié avec le PSDB, de droite ; dans le Mato Grosso, le gouvernement se partage entre le PSDB et le PSD. Toutes ces alliances au sein des Etats créent fatalement des tensions avec le gouvernement fédéral. Mais il est également vrai que l’appartenance à un parti, au Brésil, ne signifie pas que l’on suive une ligne politique déterminée nationalement. Et cela sera éclairé par le point suivant.

-Car, d’autre part, les députés et sénateurs, quoique membres de partis, se distinguent surtout par leur appartenance à divers groupes d’intérêts. Outre qu’ils sont en moyenne des hommes blancs d’une cinquantaine d’années et détenteurs d’un patrimoine d’un millions de reais6, ils se caractérisent avant tout par leurs organes de financement, leur appartenance entrepreneuriale ou même leur religion.

Ainsi, les députés représentant le lobby agroalimentaire sont 153, sur 513 ; les entrepreneurs 207. Sachant que seuls 69 députés sont du PT, on peut évaluer les difficultés qu’ils doivent avoir d’imaginer même proposer une réforme agraire ou une meilleure défense de l’environnement -si tant est d’ailleurs qu’ils le désirent, ce qui n’est pas souvent le cas.7

**
**

« Golpe » ?

Il ne s’agit pas ici de défendre Dilma Rousseff ou son prédécesseur, mais de se rappeler que la démocratie brésilienne est très jeune8. Les réflexes autoritaires sont très fréquents dans la société brésilienne.

Une certaine nostalgie de l’époque où l’on ne remettait pas en question l’autorité des « colonels » locaux (chefs de réseaux de clientélisme) se reflète dans l’impunité dont jouissent encore les assassins des militants de gauche des régions rurales, par exemple, dans la découverte régulière de situations d’esclavages sur des latifundias ou dans le fait que la Police Militaire, principale force publique de l’État, est la police qui tue le plus au monde.

La gauche brésilienne n’est pas satisfaite de l’action des gouvernements Lula et Dilma, mais elle est consciente de la menace qui pèse sur le pays, et c’est elle notamment qui a appelé, le 18 mars, à un ensemble de manifestations, non pas tant pour « défendre le gouvernement Dilma » que pour appeler au respect des formes démocratiques9.

En effet, lors des manifestations « jaunes et vertes », culminant lors du 13 mars, les slogans allaient parfois jusqu’à l’appel à l’intervention militaire (notons, par ailleurs, que jusqu’ici les forces militaires sont restées loyales au gouvernement, bien que la Police Militaire ait montré des signes de partialité dans son comportement vis-à-vis des manifestants, agissant aux ordres du Gouverneur de l’État, et à São Paulo il s’agit de Geraldo Alckmin, sur lequel nous reviendrons plus loin ; la Police Civile, elle, répond aux ordre du Gouvernement Fédéral).

**
**

Mais que se passe-t-il alors ?

Depuis que le PT est au gouvernement, plusieurs groupes d’influence ont manifesté leur insatisfaction, voire leur frustration.

Les premiers de ces groupes sont les médias traditionnellement de droite, à commencer par la chaîne de télévision Globo, qui participa largement au maintien de la dictature et fut très longtemps l’obstacle principal à l’élection de Lula, contribuant entre deux feuilletons à le ridiculiser au cours des campagnes électorales de 1988 à 2002.

Mais la Globo n’est pas seule : les journaux O Globo, A Folha de São Paulo, O Estado de São Paulo, les revues Veja, Época et Istoé se démarquent aussi par leur militantisme anti-PT10.

Les rares médias « de gauche » ou indépendants sont peu diffusés et sous-financés. Ainsi le CartaCapital de l’éternel opposant démocrate Mino Carta ou le Brasil de Fato, ouvertement marxiste, par exemple. Peu diffusés, ils ne peuvent de toute façon pas lutter contre des chaînes de télévision privées conservatrices. Les chaînes de radio ne sont guère plus diversifiées.11

S’il n’y avait que les médias… Mais les gros entrepreneurs, quoique choyés sous les gouvernements Lula-Dilma, se sont également ligués contre les « affreux gauchistes » (pour rappel, Lula est un ancien syndicaliste et Dilma une ancienne militante communiste)12. Ainsi, en réaction à la nomination, certes discutable, de Lula comme ministre, des fédérations d’entrepreneurs se sont liguées pour lancer un… appel à ne pas payer l’impôt fédéral. Ceci n’est rien d’autre qu’une incitation à commettre un délit grave. Sachant que la justice s’occupe activement du cas de Lula, ces syndicats patronaux tentent d’influer de manière totalement illégale sur la situation politique.

Et pourtant, ce n’est pas parce que Lula est devenu ministre qu’il échappera à la justice. Certes, il ne sera plus poursuivi par le même juge fédéral, Sergio Moro, lequel travaille avec la Police Fédérale, mais il existe au Brésil un tribunal spécial autorisé à juger des situations impliquant des ministres en exercice. Et ces juges du Tribunal Suprême Fédéral, bien que parfois nommés par Lula lui-même, ne lui sont pas spécialement favorables, contrairement à une série de rumeurs à ce sujet 13.

Le plus emblématique d’entre eux, Gilmar Mendes, nommé par l’alors président Fernando Henrique Cardoso en 2002, lui-même entaché de nombreuses irrégularités et soupçonné de « gentillesse » à l’égard de personnalités douteuses, a promis un traitement sans concession à Lula. Or il a été chargé de la plupart des dossiers “Lula”. Il n’y a donc aucune raison de penser que Lula échapperait à une éventuelle condamnation s’il devait être reconnu coupable.

**
**

Les médias, les entrepreneurs… C’est tout ? Non.

Au sein du Congrès, de nombreux députés, y compris de sa majorité théorique, menacent la présidente d’une procédure d’impeachment. Ce qui signifie qu’elle risque la destitution si la procédure aboutit. Et pourtant, si l’on considère les causes de cette procédure, force est de reconnaître que le dossier ne la concerne… jamais. Mais cela ne gène pas ses opposants, dont nous avons déjà parlé, parmi lesquels beaucoup lui reprochent d’avoir empêché la privatisation du Pre-Sal, ces champs pétrolifères récemment découverts et pour lesquels Dilma comptent bien que le Brésil, dans son ensemble, puisse profiter, à l’instar du Vénézuéla ou de la Norvège.

L’opposition du PSDB, José Serra 14 en tête, a déposé un contre-projet en 2015 pour renverser cette logique et compte bien l’appliquer si elle revient au pouvoir. On reproche aussi à Dilma dans les milieux financiers d’avoir réduit les possibilités de bénéfices dans les banques en jouant avec les taux d’intérêt jusque là hyper favorables aux « monnayeurs ».

Les médias conservateurs, les députés nostalgiques du « colonélisme », les grands entrepreneurs fatigués de devoir négocier leurs marchés privilégiés, et même les banques, cela fait déjà beaucoup… Mais on ne peut s’empêcher de se demander s’il n’y a pas aussi derrière tout ça une petite influence extérieure. Ce ne serait pas la première fois, sans même remonter jusqu’au coup d’État de 1964. Le gouvernement brésilien a déjà été bousculé pour sa « mauvaise gestion » de la forêt amazonienne, mais aussi pour son intrusion dans les dossiers iranien, syrien ou libyen, par exemple.

En effet, depuis Lula et notamment son excellent ministre des affaires étrangères, l’indépendant Celso Amorim, le Brésil a cessé de figurer dans le « jardin » des USA. Conscients de la force potentielle du Brésil en Amérique Latine, et de l’importance de l’Amérique Latine dans le monde, Lula et Celso Amorim ont initié une nouvelle manière de considérer la politique internationale, impliquant notamment le pays dans le mouvement des BRICS, avec la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. Dilma, bien que plus modérément, a suivi la même ligne. Le PSDB, dans l’opposition depuis 2003, lui, s’était distingué pour son suivisme étatsunien durant la présidence de Fernando Henrique Cardoso.

**
**

Et ces manifestations, alors ?

Le 13 mars, nous avons pu assister à de nombreuses manifestations, impliquant en effet des centaines de milliers de personnes, peut-être trois millions de Brésiliens dans de nombreuses villes du pays15. Ces manifestants, généralement, apparaissaient sur les images, bien blancs, équipés de lunettes de soleils et habillés de jaune et de vert. Peu représentative de la société brésilienne, plus métissée dans son ensemble, faut-il le rappeler16.

Rappelons que deux « manifestants » du 13 mars, Aécio Neves, sénateur du Minas Gerais, et Geraldo Alckmin, gouverneur de l’État de São Paulo, se faisaient l’écho du sentiment de dégoût pour la corruption… Or, l’un comme l’autre sont sujets à scandales. Alckmin est impliqué dans un honteux détournement de repas scolaires dans les écoles publiques, de prévarication dans le cadre du creusement du métro et de rapports peu avouables avec des chefs de gangs. Quant à Aécio Neves, il est soupçonné de détenir des fonds illégaux dans un paradis fiscal, de tremper dans des trafics d’influence à Minas Gerais, sans compter que l’un de ses proches amis se trouve empêtré dans une sombre affaire de drogue retrouvée dans… son hélicoptère personnel. Inutile de dire que de tous ces scandales touchant le PSDB, mais aussi le PMDB, les médias traditionnels parlent peu ces derniers temps17

Le héros de cette manifestation, le juge Sergio Moro, connu pour son action de « nettoyage » de corruption dans les entreprises de construction, venait de divulguer par voie de presse des « éléments de preuve » à charge contre Dilma et Lula, principalement un enregistrement de conversation téléphonique qui s’avéra, par lui-même, totalement illégal, car relevé hors de tout mandat. Non seulement il était illégal, mais en plus sa divulgation ne respectait pas le secret de l’instruction. Mais il y a plus : les éléments incriminants contre Lula et Dilma ne relevaient que de l’interprétation erronée de quelques mots lancés par Dilma. Moro l’a lui-même reconnu : il n’y a pas grand-chose dans ces enregistrements. Autrement dit, le juge fédéral a jeté de l’huile sur le feu de manière illégale et illégitime. Mais, une fois l’huile versée, évidemment, le feu est difficile à éteindre. D’autant que les médias ne contribuent pas à remettre ces éléments dans l’ordre et le contexte adéquats.

Alors, pourquoi le juge fédéral a-t-il fait cela ? (23 mars 2016)

Note supplémentaire du 11 avril 2016: Rien de ce qui précède n’a perdu de sa pertinence. Les doutes à l’égard de l’action judiciaire de Sergio Moro sont de plus en plus légers. Le PMDB négocie avec le PSDB la possibilité -et surtout les suites- de l’impeachment de Dilma Rousseff, qui n’est pourtant pas plus justifié en faits. Cette procédure suit son cours, dans un contexte tumultueux, où le Congrès ne parvient pas à redorer son image18… Les grands médias ne parviennent guère à se dépêtrer. Ils se partagent entre les figures politiques, accusent à tour de bras au fur et à mesure des rumeurs et des faits plus ou moins avérés, ne s’entendant que sur une chose: la promotion de l’impeachment et le discrédit du mouvement social qui s’y oppose. Heureusement, les mouvements sociaux et les médias “dominés” sont nombreux et vivants au Brésil. Paradoxalement, donc, ce sont ces derniers, déçus par le PT, qui pourraient participer au sauvetage du gouvernement de Dilma Rousseff, même privée (de manière ambiguë) de son principal partenaire.

A suivre… de près!

  1. -epoca.globo.com
    -CartaCapital.com.br
    -le Monde Diplomatique et sa version brésilienne : le Monde Diplomatique Brasil
    -noticias.uol.com.br
    -folha.uol.com.br
    -globo.com
    -des éléments de sites du parti PcdoB : pcdob.com.br
    -vermelho.com.br et opovo.com.br
    -https://theintercept.com/2016/03/18/o-brasil-esta-sendo-engolido-pela-corrupcao-da-classe-dominante-e-por-uma-perigosa-subversao-da-democracia/
    -brasildefato.com.br
    -plusieurs amis brésiliens, témoins directs, acteurs et observateurs raisonnables et consciencieux, et effrayés de la perspective actuelle
    -mes propres connaissances du Brésil, où j’ai vécu quatre ans et demi, et mon propre blog thitho.allmansland.net, bien que peu actualisé ces derniers temps. []
  2. Or, même cette hypothèse, nous le verrons plus bas, n’est pas nécessairement correcte. Je pense personnellement que l’entrée de Lula dans le gouvernement est plus un coup tactique pour affaiblir le partenaire principal de la coalition, le PMDB, afin de le forcer à rester au gouvernement. Mais cette note en bas de page est l’élément le plus conjecturel de cet article. []
  3. Note du 11 avril 2016: entre-temps Cunha est éclaboussé, parmi nombre d’autres, dans le scandale (?téléguidé?) des Panama Papers. []
  4. Il faut savoir qu’au cas où l’impeachment contre Dilma aboutirait, le président en exercice au Brésil serait Michel Temer et son vice-président Eduardo Cunha. Ca fait réfléchir. Note du 11 avril 2016: entre-temps, le PMDB a rompu officiellement avec le gouvernement… Encore que… la plupart des ministres issus de ce parti, eux, par contre, sont restés au gouvernement. Par goût du pouvoir? []
  5. Certains indépendants sont considérés plus ou moins proches de certains partis. []
  6. cf. L. OUALALOU, Au Brésil, « trois cents voleurs avec des titres de docteurs », Monde Diplomatique, nov. 2015, p. 10-11. Très bon article, mais écrit il y a plus de cinq mois, et donc déjà obsolète face à l’actualité, malheureusement. []
  7. Ajoutons encore une petite précision : le Congrès est dominé par des personnalités établies depuis des décennies dans la politique brésilienne. Eduardo Cunha était déjà impliqué politiquement en 1982 auprès du PDS ; Renan Calheiros, l’actuel président du sénat, député d’État en 1978, à l’époque de la dictature. Rappelons que la démocratie n’est rétablie au Brésil qu’en 1988. Le PMDB, dont sont membres ces deux personnalités, était le seul parti d’opposition autorisé sous le régime de la dictature, jusqu’en 1985. Il est pratiquement incontournable encore dans la plupart des régions du Brésil. Son clientélisme ferait passer celui des partis socialistes européens pour de l’amateurisme pur. []
  8. La nouvelle constitution a été promulguée en 1988 []
  9. Soyons justes: nombre des manifestants, tout de rouge vêtus, appuyaient et appuient toujours le PT, Dilma et Lula. Note du 11 avril 2016: les partis de gauche, y compris ceux qui ne sont pas au pouvoir, poursuivent, en compagnie de nombreux bloggeurs, activistes, groupes sociaux divers, de participer aux mouvements de refus d’impeachment. Une lecture superficielle de la politique mettrait Marina Silva et son parti Rede dans les exceptions à ce phénomène, mais il faut bien se rendre compte que Marina Silva n’est pas de gauche. “Candidate écologiste”, elle est surtout favorable à un rapprochement avec les USA et se positionne farouchement en évangéliste sur le plan sociétal. Par contre, on trouvera avec un certain étonnement une figure très modérée, Ciro Gomes, parmi les opposants à l’Impeachment. []
  10. Je ne cache pas qu’une des motivations de l’existence de cet article est de tenter d’enjoindre les médias européens d’utiliser d’autres médias que ceux-ci pour informer leurs auditoires. Note du 11 avril 2016: le mouvement anti-Globo populaire au Brésil atteint actuellement des sommets qui m’impressionnent personnellement. Il a toujours été réel, mais il pourrait pour la première fois remettre en question la prédominance de cette famille médiatique brésilienne. []
  11. Pour se faire une idée des médias de gauche au Brésil, voir mon article remontant déjà à 2010 : http://thitho.allmansland.net/?p=1440 qui ne recouvre pas les publications récentes ni les blogs militants []
  12. Je n’insisterai pas ici, quoiqu’il le faudrait, sur le racisme social latent au Brésil, où les classes les plus élevées ne supportent guère l’idée que les classes les plus pauvres puissent imaginer avoir des droits… Je ne dis même pas des droits égaux, mais simplement des droits à l’expression, à des services… []
  13. Note d’actualisation: entre-temps, Lula a été empêché de devenir ministre. Note du 11 avril 2016: la situation n’est pas tout à fait clarifiée à son sujet. []
  14. Qui fut candidat malheureux contre Dilma aux élections présidentielles. []
  15. Si l’on en croit le décompte de la Police Militaire, curieusement très généreuse. []
  16. Les enquêtes ont révélé que les manifestants étaient en moyenne largement plus diplômés que la moyenne des Brésiliens. []
  17. Il faut aussi reconnaître que l’apparition de Aécio Neves et Geraldo Alckmin ne fut pas accueillie que par des applaudissements : certains manifestants lancèrent des « voleurs » et des « opportunistes » aux deux représentants du parti d’opposition. []
  18. Ce 11 avril, un vote important va avoir lieu pour déterminer si la procédure se poursuit en assemblée plénière du Congrès… ou non. []

Mauve

January 4th, 2016

Il aurait fallu des images
qu’on puisse accrocher polytones
en papier kraft et falbalages
sur un flot de révolte pure.
On ne traverse pas sans gêne
la corruption des amazones,
comme on ne combat pas ses peines
exempt de blessure ou d’usure.

Reste à l’esprit cette habitude
qu’il n’y aurait rien de solide ;
même l’échec des certitudes
ne perturbait pas les grands boires.
On hait tout ce qui ensoleille
au point qu’il ne reste que vide
lorsque ses papillons s’éveillent
et s’illusionnent de leur gloire.

« les libres ne sont vraiment ivres
que dans la volonté sans ordre
de se délivrer de ces livres
qui refusent de lâcher prise. »
Ni eau, ni feu, ni noire ou rouge…
Raison garder ou passion mordre ?
Danse le flot, ne reste ou bouge,
écarte, éprend, éloignée, prise.

Une entrée digne d’experte
sur les nœuds creux trop post-modernes,
des mots énigmes en desserte,
quelques aplats d’ombres pensées…
Encore, en écho, la voix tremble
de laisser un souvenir terne…
Elle nous laisse seuls ensembles (sic)
-Sa dernière-arrière-pensée ?-

Ô que ma quille éclate ! Ô que j’aille à la mer…

December 15th, 2015

Depuis longtemps, je songe à une idée, comme ça, en passant, du fait que je désire que mon corps ne soit ni enterré, ni incinéré. La première solution me rappelle trop les bondieuseries et la seconde me semble anti-écologique. Le coup de l’arbre sur le bide, c’est pas trop dans mes goûts non plus. Reste l’immersion.

Il paraît que c’est interdit en Belgique. J’avoue que je n’ai pas encore vérifié. Mais admettons. Il resterait alors une solution : si je meurs en mer, en dehors des eaux territoriales, ça ne pose plus de problème : j’échappe aux règles imbéciles qui disent notamment que l’on ne peut éparpiller les cendres d’un corps dans son jardin, par exemple (ce qu’aurait bien voulu mon père).

Le droit, c’est bien (hum), mais de temps en temps on a un peu trop l’impression que l’État se charge d’objets qui ne le concernent pas. Comme on dit en Poujadie : ferait mieux de s’occuper des chômeurs et des étrangers. Comme on dit dans ma famille de gauche : s’il voulait être crédible, il ferait mieux de s’occuper de la fraude et des taxes sur le grand capital.

Comme on n’en est pas là, une idée toute bête m’est venue, et en plus ça pourrait s’avérer à la fois ludique, intéressant pour la science et la médecine et, avec un peu de chance, profitable à plus d’un titre. Peut-être pas financièrement, mais c’est bien le dernier de mes soucis.

La mer est l’avenir de l’économie, a l’habitude de dire Jean-Luc Mélenchon. Envoyons donc nos mourants en croisière, sur des bateaux prévus pour, équipés de structures médicales susceptibles de récupérer les organes donnés et de procéder aux transplantations (ça va secouer, on retrouvera des foies à la place des reins, ça pourrait même être comique).

Ce type de croisière serait donc organisée pour offrir un dernier voyage à nos futurs chers disparus qui souhaiteraient faire don de leurs restes recyclables à la science et à la médecine et de ce qui ne l’est pas aux petits poissons. Après un ultime examen médical, on apprendrait que telle ou telle personne dispose encore de tel organe susceptible de satisfaire à la demande de telle personne demandeuse, et qui pourrait dès lors prendre un ticket, elle aussi, pour la croisière.

Coup double : si jamais la transplantation échoue, le trajet final est tout trouvé.

Bon, si cette dernière idée n’est pas faisable, elles attendront à quai le retour du bateau. Ou alors un service rapide accompagne le bateau. Bref, c’est un détail, on peut broder autour.

Mais donc, vous l’aurez compris, l’objectif final et principal est d’offrir une vraie sépulture de marin aux futurs chers disparus. Et je dois avouer que je m’espère bien ce destin. Je souhaite réellement être plongé dans les eaux de mer où nul fossoyeur ne pourra se jeter sur mon cadavre. J’ai une sainte horreur de cette idée : se retrouver manipulé par un professionnel de la chose, ça ne me dit rien. Aucun film ou feuilleton n’est parvenu à me rendre la chose sexy. Une petite cérémonie, et hop le grand saut dans les profondeurs, de préférence dans un sac de toile en lin ou en chanvre, histoire d’éviter l’accumulation des plastiques, c’est tout ce que je demande. On aura eu soin, éventuellement, de me retirer les matières trop flottantes du corps, ce qui en plus me donnera une dernière fois une allure un peu plus svelte.

Non, mais franchement, quel inconvénient peut-on voir dans cette idée ?

-Pour celles et ceux qui désireraient (on peut rêver) faire un pèlerinage sur ma tombe, il leur suffirait de se rendre au bord de la mer et de se souvenir de moi (j’aurai une espèce d’aura de marin disparu) ;
-Pour les poissons, c’est une opération win-win (miam) ;
-Pour les problèmes de place et de consommation de gaz, on ne peut rêver mieux (surtout si l’on trouve une utilité secondaire à la croisière) ;
-Pour les problèmes de dons d’organe, ça ne peut qu’être une bonne idée (ça pourrait être inclus dans un avantage financier au disparu, tiens, qui éviterait de devoir payer pour mourir, payer pour être enterré ou incinéré) ;

En plus, il suffirait d’établir comme règle que les corps soient jetés dans des eaux interdites à la pêche, avec suffisamment de lest pour qu’il bouge le moins possible (je suggère des déchets non polluants et biodégradables encombrants, genre briques, par exemple), et si jamais le corps revient dans les filets d’un chalutier, on aura la preuve qu’il enfreint les règles de pêche internationale !

Le justicier post-mortem ! C’est pas cool ? Je viens d’inventer l’acte ultime militant non-violent, anarchiste, écolo et altruiste…

Une “brève histoire” de la consommation actuelle

September 16th, 2015

C’est l’histoire du libraire qui râle sur Amazon et utilise Uber;

l’histoire du taximan, qui râle sur Uber et prend un vol Ryan-Air;

l’histoire du pilote d’avion qui râle sur Ryan-Air et possède des actions chez Mittal;

L’histoire de l’ex-ouvrier métallo qui râle sur Mittal et achète une Dacia;

l’histoire de l’ex-ouvrier Renault qui râle sur la Dacia et va chez Lidl;

l’histoire du petit producteur qui râle sur Lidl et épargne sur KeytradeBank;

l’histoire de l’employé de banque qui râle sur Keytrade Bank et offre ses cadeaux via gift.be;

L’histoire du fleuriste qui râle sur gift.be et achète ses pompes sur Zalando;

l’histoire du dernier cordonnier qui râle sur Zalando et réserve ses vacances sur Booking.com;

l’histoire du voyagiste qui râle sur Booking.com et inscrit son fils sur des cours en ligne;

l’histoire du professeur d’université qui râle sur les cours en ligne et achète son ordinateur chez Vanden Borre

l’histoire du détaillant en informatique qui râle sur Vanden Borre et achète son vélo chez Decathlon;

l’histoire du petit vendeur de vélo qui râle sur Decathlon et achète ses pilules bleues en ligne;

l’histoire du pharmacien qui râle sur les sites de ventes de médocs en ligne et ne lit que la presse gratuite;

l’histoire du journaliste qui râle sur la presse gratuite et est abonné chez Carrefour Mobile;

l’histoire de l’employé de téléphonie qui râle sur Carrefour Mobile et regarde ses films et séries sur Netflix;

l’histoire du petit exploitant de cinéma qui râle sur Netflix et achète ses dvds et livres sur Amazon…

C’est l’histoire d’une société de consommation qui est arrivée à son climax avant fermeture…

Et si vous vous demandez pour le titre entre guillemets, c’est parce qu’il y a des historiens low-cost qui s’amusent à écrire des “brèves histoires”, et que ça aussi ça m’énerve…

Tiens, je vais aller m’acheter des chocolats sur merde-en-ligne.be…

Euroxit -une maladie (à rendre) contagieuse…

July 19th, 2015

Par euroxit, on appellerait la possibilité pour un ou plusieurs pays de sortir de l’euro, voire de l’UE, de telle sorte que ce n’est pas ces deux structures qui se débarrasseraient d’un trublion (comme pour un Grexit ou un Belxit), mais, au contraire, le trublion qui déciderait de reprendre ses billes et de se reconcentrer sur l’exercice de la démocratie, processus qui a été mis à mal à partir des lendemains peu chantants de la 2e guerre mondiale.

Même si on ne peut déterminer de ligne historique évidente, il existait, depuis la fin du XVIIIe Siècle, jusqu’en 1946, environ, une tendance, en Europe, à l’extension des processus démocratiques, que ce soit par l’exercice du vote (étendu jusqu’aux femmes en 46 presque partout, tout au moins dans l’Occident colonialiste), par la reconnaissance des syndicats ou par la généralisation de mutuelles et de coopératives de plusieurs types. Or, dès le début, les forces conservatrices ont cherché à réduire, freiner, voire retourner ce processus de démocratisation. Mais c’est sans doute avec les années qui ont suivi la 2e guerre mondiale que la réaction est parvenue à retourner le processus. Il faudrait évidemment augmenter notre analyse sur les processus de décolonisation, notamment, mais globalement ce qui suit prend ce prémisse comme base.

Tout part de l’attitude des USA et de Jeroen Dijsselbloem…

Pourquoi les USA craignent-ils un Grexit? Parce qu’ils aiment la démocratie grecque? Non. Parce qu’en cas de Grexit, c’est l’UE qui risque bien de disparaître à la suite, par petits morceaux ou en totalité. Les soldats Schauble, Fabius, Dijsselbloem sont là pour s’assurer que cela n’arrivera pas…
En effet, les USA, qui voient toujours trois centimètres plus loin (mais guère plus), savent qu’en cas de chute de l’UE, le TAFTA sera fatalement aussitôt remis en question, de même que la plupart des traités d’échange qui ont précédé, tant ceux patronnés par l’OMC, la BM ou le FMI, que de manière bi- ou multilatérale.
Or, en ce moment, si les USA “vont bien”, c’est dans la seule perspective (j’ai bien dit perspective) qu’ils puissent à nouveau étendre leurs marchés, d’une manière ou d’une autre, dans tous les sens, en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient, en Amérique Latine, dans les Fosses des Mariannes, sur Pluton, partout, quoi…

Or, là, ils ont assez bien atteint leurs limites dans pas mal d’endroits dans le monde(1).

S’ils augmentent leurs parts de marché en Russie pour avoir coupé les nôtres, ils ne peuvent cependant pas les développer beaucoup plus(2);
La Chine ne va plus aussi bien qu’avant, et de toute façon elle importe surtout des matières premières(3);
Le Japon poursuit sa stagnation -ça ne va pas mal, mais ça ne va pas mieux;
L’Amérique Latine pose pas mal de problèmes, ce qui a dû les surprendre, les USA, mais ils n’ont plus autant les moyens qu’avant de renverser des gouvernements qui leur sont hostiles -ils s’y essaient, mais, de toute façon, ces marchés de consommation ne sont pas encore très très intéressants, en fait;
L’Afrique, bon… En terme de production, c’est cool, mais les marchés de consommation sont encore trop faibles -sauf peut-être pour les vendeurs de cigarettes et de soda sombre;
Reste (encore et toujours) l’Europe qui, bien plus que l’Amérique Latine, est le pré carré des USA, depuis la 2e guerre mondiale (d’abord en partie, maintenant en totalité).

Or, les USA, depuis les années 50, se sont acharnés à transformer l’Europe en vaste marché unique afin de faciliter les négociations qui réduisent les barrières à leurs exportations (4). C’est plus facile de négocier avec Mario Monti qu’avec 28 gouvernements dont certains sont encore pourris de soucis électoralistes (5).

Et donc, l’UE pourrait bien ne pas survivre à cette crise…

Est-ce grave, docteur?

Que se passera-t-il en cas de dissolution de l’UE?

Rassurez-vous, pour nous, rien de pire que ce qui devrait se passer si l’UE devait survivre. Si l’UE survit, nous perdrons progressivement le reste de nos avantages sociaux, acquis au cours de la première moitié du XXe Siècle, avec comme dernier bocage de résistance, sans doute, l’enseignement public (sponsorisé, certes, mais bon), les hôpitaux publics (qui se transformeront peu à peu en mouroirs) et la police (mais la police conservant son monopole de la violence intérieure à l’Etat reste essentiellement au service de la propriété, donc, bof…). Pour combien de temps? Pas beaucoup: même l’enseignement à terme sera entièrement privatisé (et bonjours alors le retour à la situation du XIXe Siècle). Les hôpitaux seront gérés par des associations religieuses et nous verrons des tas de petites mères Thérésa pulluler, non en Inde, mais sur notre continent. Adieu la capote. Quant à la police… Boh, pour ce que ça changera (6)…

Alors que si l’UE se dissout, même si nous aurons encore du mal à financer école, hôpitaux et police, au moins aurons-nous le choix de décider de le faire, et de le faire dans notre intérêt, ainsi que de récupérer les rênes d’autres services que, jusqu’ici, nous parvenions à maintenir au service des gens, et pas au service des profits, comme les transports, l’énergie, l’eau, les communications, la production pharmaceutique, la recherche, même l’armée (si vous voulez), etc.

Mais non, vous dira-t-on, vous voulez replonger au Moyen-Âge!

Au niveau de l’organisation sociétale, ce ne serait pas mal (7).

Mais de toute façon, le plus grand risque auquel nous faisons face, ce serait de nous retrouver dans la situation d’une société industrielle à reconstruire, dont le modèle navigue entre le début du XXe Siècle et les années 70 (8), avec toute une série d’acquis technologiques que même les pires des capitalistes ne pourraient pas nous enlever, à moins de nous déclarer la guerre de manière unilatérale et de perdre à jamais nos marchés (9)…

Le plus grand risque est de nous retrouver dans la situation de certaines régions d’Amérique Latine aux démocraties en construction, mais il existe d’autres perspectives, comme celle de l’Islande, par exemple, qui, sauf erreur de ma part, n’a pas remis les chars à rennes au goût du jour.

Pas encore assez de notes en bas de page, pas encore assez d’explications, mais une foule de points de discussions, que je retrouve sous d’autres formes chez Lordon, Sapir, Bricmont, et bien d’autres, dont quelques-uns qu’on ne peut citer qu’en risquant d’être définitivement catalogués comme populiste, nationaliste, voire fasciste ou anti-sémite…

Mais en même temps qu’a-t-on à perdre encore?

(1) Le capitalisme, d’où qu’il vienne, tel un requin, ne peut s’arrêter de grandir. C’est presque une loi qui a d’ailleurs été érigée en religio -à moins que ce ne soit l’inverse- et qui nous est constamment illustrée par le mythe de la croissance continue. Lorsqu’un économiste qui se prend au sérieux s’attache au mythe de la croissance continue comme facteur principal de création de richesse, on peut légitimement s’interroger sur son honnêteté intellectuelle (il est fatalement capitaliste) ou sur sa compétence, s’il se croit sincèrement de gauche. Ainsi, un Thomas Piketty n’est jamais qu’une espèce de Keynes version moderne: un capitaliste qui prétend sauver le capitalisme de lui-même en lui proposant de faire une petite cure d’homéopathie.
Or, la croissance passe par l’exploitation toujours plus importante de marchés de consommation, suivant la croissance de marchés de production; on ne peut pas sortir de là. Même si ces marchés sont avant tout financiers, virtuels ou fantasmés, il faut qu’ils existent. On peut se poser la question de leur réalité, tant qu’ils créent de la valeur économique, les capitalistes sont contents. On peut se poser aussi la question de leur utilité en terme de bien-être, de mieux-être, mais ce n’est pas la préoccupation des capitalistes. On peut aussi se poser d’autres questions annexes, comme celles de l’environnement ou de l’emploi, mais, de nouveau, pour le capitaliste, ça n’a pas d’importance in se. L’important, c’est que le gâteau s’agrandisse et que l’accès au gâteau permette aux capitalistes de faire grandir leur part.

(2) En effet, les sanctions qui touchent la Russie, et qui en contre-partie touchent l’Europe, n’ont pas touché les parts de marché des échanges entre USA et Russie. Non, ne cherchez pas l’erreur, il n’y en a pas.

(3) Comme je le disais par ailleurs, les USA ne voient jamais à très longue échéance: pour la plupart des idéologues américains, le court terme, voire le très court terme, est tout ce qui importe, car c’est le temps de l’entreprise, tout simplement, c’est le temps du bilan comptable, c’est le temps de la distribution des dividendes. Ce n’est même pas le temps des élections, puisque les élections n’ont qu’une importance marginale aux USA. Il y a bien une débauche de capitaux qui se déplacent au cours des campagnes électorales, et cela peut paraître important, mais en réalité la plupart des “généreux donateurs” parient sur les deux chevaux en course. Vous devez imaginer un tiercé géant où il n’y aurait que deux combinaisons gagnantes et pour lesquelles plus vous pariez sur les deux combinaisons, plus vous êtes sûrs de gagner dans les deux cas, et si vous ne pariez que sur une des deux combinaisons une petite somme, qu’elle soit gagnante ou pas, cela n’a pas d’importance: vous perdez dans les deux cas.

(4) La “découverte” récente des relations entre Spaak, Schuman, Monnet et les USA, notamment, mais aussi la main-mise des USA sur l’Italie qui risquait de virer à gauche, la condescendance des USA vis-à-vis des dictatures des pays du Sud (Espagne, Portugal, Grèce), pourvu qu’elles leur soient favorables, la mise sous tutelle de la Grande-Bretagne, la relation conflictuelle mais tout de même finalement fraternelle avec l’Allemagne, d’abord de l’Ouest, puis dans son entier, les efforts finalement aboutis pour rallier la France à l’Otan, etc., tout cela devrait nous rappeler que, guerre froide ou pas, il a toujours été important pour les USA de maintenir son emprise sur l’Europe.

(5) Je reprends le même sujet qu’un peu plus haut: il s’agit de ramener le temps de la démocratie (relative, certes, mais bon) au temps de l’entreprise. Or, le temps de l’entreprise ne peut pas être celui des disputes parlementaires ou celui des tribunaux, mais bien celui des arbitrages menés par des gens qui s’entendent avec le monde de l’entreprise. Donc, des techniciens sont mis au pouvoir dans les institutions afin d’organiser la justice autour d’organismes privés d’arbitrages rapides.

(6) J’oserais dire que la survie de l’UE et/ou de l’euro serait la solution la plus pessimiste à mes yeux.

(7) Je ne peux pas développer mon idée ici, mais, oui, l’organisation sociétale au Moyen-âge possède pas mal de qualités, en dépit de ses manquements technologiques; je l’ai déjà dit par ailleurs, et je tente de le développer quand j’en ai le temps dans un ouvrage un peu plus conséquent: à l’instar d’un Kropotkine, même si c’est pour d’autres raisons et dans d’autres formules, je pense que nous avons à apprendre de ces structures sociétales. Je me distingue de mon vieux barbu de géographe anarchiste en ce que, selon moi, ce sont plus les villages de paysans qui représentent le modèle démocratique à suivre que celui des corporations urbaines. Mais bon, en fait, ce ne sont que des détails, comme j’essaierai aussi de le montrer un jour.

(8) Sur le plan du confort de vie, de l’espérance de vie, mais avec en plus les instruments de communication que nous connaissons, les médicaments, les infrastructures médicales, etc., bref, avec tout un tas d’instruments qui, certes, peuvent se raréfier, mais restent infiniment plus performants qu’au milieu du XXe Siècle. Donc, une chute au Moyen-âge, dans le mauvais sens du terme, est totalement impossible. La maintenance d’un service minimum dans une structure même lâche permettra de toute façon de conserver un certain niveau de confort. Même si vos panneaux solaires tombent en rade, vous aurez de toute façon moins de besoin en électricité sur le moyen terme. Les écrans vont cesser de se multiplier, vont finir par se réduire en nombre, etc. Bon, ici, je suis conscient que la discussion va être énorme.

(9) L’organisation de la société va rapidement tourner autour de préoccupations finalement assez similaires à celles de Cuba après la révolution. Mais, de toute façon, beaucoup de pays se trouveront dans le même état et l’interdépendance sur base d’une coopération pourrait s’installer avec un peu de bonne volonté, pourvu que les pays restés capitalistes ne nous envoient pas des sous-marins pour couler nos galions…

anarcho…

June 17th, 2015

J’ai déjà vu des anarchistes végétariens, et des anarchistes amateurs de chasse et de pêche;

J’ai déjà rencontré des anarchistes opposés à toute guerre et donc à toute intervention, et j’ai rencontré quelques-uns des derniers vétérans de la Guerre d’Espagne;

J’ai eu l’occasion d’entendre des anarchistes anticapitalistes mais tolérants envers l’Etat, et des anarchistes qui détestaient l’Etat mais toléraient le capitalisme;

J’ai évidemment discuté avec des anarchistes qui n’aimaient ni l’un ni l’autre;

J’ai rencontré des anarchistes radicaux, mais pas violents, et des anarchistes violents, mais plutôt confus dans leurs idées;

J’ai discuté avec des anarchistes opposés à l’IVG, parce qu’ils estimaient que le droit à la vie primait sur tout autre, et, bien sûr, j’ai rencontré bien plus d’anarchistes favorables à l’IVG;

J’ai rencontré des anarchistes favorables aux quotas de femmes dans les lieux de pouvoirs, et d’autres qui masquaient peut-être leur misogynie derrière leur haine du pouvoir pour refuser cette position;

J’ai eu de longues discussions avec des anarchistes qui privilégiaient l’égalité, d’autres qui privilégiaient la liberté;

J’ai rencontré des anarchistes prêts à négocier avec les cocos, avec les écolos, et même avec les socialos, et puis les autres qui me traitaient de rouge, de brun, de facho, de prof, de fonctionnaire;

J’ai écouté des anarchistes qui voyaient des agents du KGB derrière (presque) tout le monde;

J’ai rencontré des anarchistes généreux, souriants, amicaux, et puis d’autres qui voyaient tout en noir, plus proches du nihilisme;

Il y a aussi les anarchistes anti-libéraux, les anarchistes anti-démocratie représentative, les anarchistes qui ne votent jamais, les anarchistes qui acceptent les élections et les anarchistes qui ont monté une boite;

j’ai rencontré des anarchistes “punks à chiens”, et d’autres qui disaient que les animaux domestiques, ça ne devait pas exister;

J’ai même rencontré un flic anarchiste;

J’ai rencontré des anarchistes bakhouniniens, proudhoniens, malatestiens, etc. et d’autres qui estimaient que les étiquettes, c’était mal;

J’ai rencontré des anarchistes qui détestaient le mot libertaires et des libertaires qui n’aimaient plus le mot anarchistes;

J’ai vu des anarchistes tout en noir et d’autres (ou les mêmes) qui détestaient tous les uniformes;

J’ai rencontré des anarchistes élégants, parfumés, délicats, et même riches, et d’autres pas lavés depuis des semaines, qui revendiquaient le droit à sentir mauvais (si, si);

J’ai eu l’occasion de militer avec des anarchistes pro-gays, pro-lesbiens, pro-tout ça et d’autres qui ne supportaient pas la Gay-pride;

j’ai rencontré des anarchistes mariés, et d’autres qui ne supportaient pas l’idée du couple;

J’ai rencontré des anarchistes qui ne mangeaient que des aliments crus, d’autres qui ne mangeaient que local, d’autres qui ne cuisinaient jamais;

J’ai rencontré des anarchistes aimant les sciences, la médecine, promouvant les médicaments, et d’autres qui refusaient jusqu’à l’aspirine;

J’ai rencontré des anarchistes super-bio, super-opposés à tout ce que la technologie pouvait proposer, limite amish, et d’autres qui trouvent que le nucléaire, c’est pas mal, finalement;

J’ai discuté avec des anarchistes qui trouvaient du beau chez tous les poètes, les écrivains, les peintres, et d’autres qui refusaient toute la culture bourgeoise ou aristo;

J’ai rencontré des anarchistes qui voyaient dans Diogène, La Boétie, Villon ou Rimbaud d’authentiques frères, et d’autres qui refusaient d’entendre parler de ces ancêtres trop glorieux;

J’ai rencontré des anarchistes profs d’unif, et d’autres qui refusent toute relation avec les milieux du savoir-donc-du-pouvoir;

J’ai cotoyé des anarchistes libertaires, des anarcho-socialistes, des anarcho-communistes, des anarcho-syndicalistes, des anarcho-rien, et puis des gens qui ne savaient même pas qu’ils étaient anarchistes;

Pour moi, ce sont tous des anarchistes…

Sauf ceux qui prétendent qu’ils détiennent la seule vérité vraie de comment on est anarchistes…

Et vous aurez noté que je n’ai pas mentionné les “anarchistes antifas”…
C’est que jusqu’ici je n’en ai pas rencontré qui ne fassent pas partie de la dernière catégorie mentionnée quatre lignes plus haut…

Stakhanov n’est pas mort, il est devenu lotophage…

May 25th, 2015

Non, ce n’est pas une contrepèterie. C’est une réalité observable.

On n’a jamais autant travaillé, ni autant valorisé la valeur travail (étymologie, pour rappel: vient de tripalium: instrument de torture).

9 jours chômés par an (à peu près), contre 80 au Moyen-Âge.

-Ouais, mais à l’époque, ils crevaient de faim, ils avaient la peste, ils mouraient à 30 ans et ils avaient la guerre…

Pas exactement…

A l’époque, évidemment, on mourait jeune, mais pas parce qu’on ne travaillait pas beaucoup: uniquement parce que la médecine et l’hygiène n’étaient pas encore à un stade très poussé. Oui, il arrivait qu’il y ait la guerre, mais pas plus de 40 jours par an, puisque les seigneurs ne pouvaient pas mobiliser leurs troupes plus qu’une “quarantaine”.

Oui, il y avait des famines, mais ce n’était pas faute de travail, c’était dû aux mauvaises saisons.

Oui, on mourait jeune, de la grippe ou d’une apendicite, pas à cause du manque de travail, mais parce que les chirurgiens et les antibiotiques n’existaient pas.

Et, non, ils n’avaient pas la peste: elle n’arrive qu’au XIVe Siècle. La peste est plus une spécialité des Temps Modernes.

Bon. Ceci réglé, pourquoi les gens travaillaient peu à l’époque? Parce qu’il n’y avait pas grand’chose à consommer, donc pas grand’chose à acheter.

-Ouais, les gens s’emmerdaient à cette époque.

Pas du tout. S’emmerder, au Moyen-Âge?

Ah certes, ils n’avaient pas notre niveau culturel: la télé-réalité et l’Eurovision de la chanson n’existaient pas encore; Marc Lévy et Gilles Musso n’étaient pas nés; la Coupe du Monde de Football et le coca-cola ne faisaient pas partie du décor. Mais on ne s’emmerdait pas pour autant: les flambées, les fêtes de village (80 jours par an!), le carnaval, les histoires des anciens qui transmettaient les valeurs, les mariages, les baptêmes, les enterrements: tout le monde participait à tout.

Sans compter qu’il y avait les relations sociales, notamment avec les seigneurs, le conseil des anciens, le chef du village (éventuellement); et puis les petites bisbilles au sein du village, la rebouteuse, le plus riche qui faisait des envieux, etc. Non, il y avait de la baston parfois aussi, et puis la fameuse “Quarantaine”, qui pouvait réquisitionner quelques villageois en été, lesquels accompagnaient le seigneur pour une virée dans les terres du seigneur voisin, ce qui permettait, au retour, de belles histoires…

On ne s’emmerdait pas, mais on mourait de trucs bêtes. Donc, il n’y a pas à regretter le Moyen-Âge, évidemment: j’y serais sans doute mort très jeune, vu toutes les maladies infantiles que je me suis choppées. Mais que cela ne nous empêche pas de réfléchir à une chose: pourquoi valorisaient-ils leurs vies alors qu’ils mouraient jeunes, qu’ils ne pouvaient pas consommer?

Ben justement: eux valorisaient leurs vies, précisément parce qu’ils mouraient jeunes et ne pouvaient pas consommer: ils étaient et ils faisaient; ils n’avaient pas besoin d’avoir (d’ailleurs, ils ne pouvaient pas avoir), et donc leurs vies passaient par l’être et le faire.

Le temps était plus réduit? Oui, mais ils travaillaient moins. Au total, proportionnellement, ils avaient bien plus de loisirs que nous.

Ils n’en profitaient pas? Au contraire! Certes, ils ne partaient pas à Ibiza ou à Torremolinos, mais ils pouvaient se fendre la gueule (aux dents pourries, sauf qu’ils avaient peu de carries, puisqu’ils ne mangeaient pas de sucre) dans les fêtes locales. Evidemment, aujourd’hui, nous ne pourrions pas nous contenter de cela… Nous préférons nous gorger de clowneries sans nom à la télé et sur internet… Nous jouons à Clash of Clans et à Candy Crush… Nous votons pour exclure des clowns dans des émissions dénuées d’autres sens que de la valorisation de la compétition… Nous nous extasions devant les victoires de 11 gugusses surpayés qui se fichent de la misère sociale de leurs cousins… Nous pleurons cinq minutes devant les victimes des tremblements de terre et du Tsunami, mais nous préférons rigoler devant le bêtisier de fin d’année… Nous aimons Astérix, mais en aucune manière nous n’accepterions de valoriser sa façon de vivre (rigoler avec les copains et se contenter, en guise de travail, d’aller chasser un sanglier de temps en temps)…

Si nous avions la même attitude par rapport au travail qu’eux, avec les progrès scientifiques dont nous bénéficions, nous pourrions tous avoir le niveau intellectuel de Prix Nobel de physique ou de littérature.

Nous ne valorisons pas la vie, alors que nous avons la chance de pouvoir le faire infiniment plus que les gens du Moyen-Âge; il nous suffirait de concentrer notre énergie sur la valorisation de la médecine, de la recherche dans les économies d’énergie et dans les soins de santé, et nous pourrions offrir des cent ou cent cinquante jours de congé à tout le monde (y compris les médecins et les chercheurs), en partageant le travail de manière intelligente.

Nous ne valorisons pas la vie, nous valorisons le travail, qui ne devrait être qu’un moyen de jouir de la vie.

Nous valorisons le travail qui est une torture.

Nous héroïsons les stakhanovistes, alors que nous vomissons le système soviétique.

Nous vomissons le système soviétique, alors que nous promouvons (au moins dans l’idéologie) l’égalité des chances, qui est une illusion imbécile produite par les fabricants de jouets en plastique et leurs associés des entreprises pharmaceutiques, des producteurs de gadgets électroniques et des vendeurs d’armes. Donc, nous préférons une illusion imbécile à l’idée même de l’égalité des hommes et des femmes (Je ne dis pas que les Soviétiques étaient arrivés à cet idéal, mais notre société n’est pas meilleure: nous sacrifions tous les jours des milliers d’hommes et de femmes sur l’autel de la consommation: les accidents du travail, les accidents de la route, les dépressions, les burn-out, les licenciements, les suicides sur le lieu d’activité, etc. et ceci sans compter évidemment les “ateliers du monde” dans les pays en voie de développement).

Nous encensons les héros de la bourse et les banquiers-philanthropes, les vitrines politiques et les propriétaires de journaux, bien que nous fassions de temps en temps semblant de les vouer aux gémonies, le temps d’un scandale, puis nous retournons voter pour les mêmes, qui sont leurs amis, leurs alliés, qui les installent aux postes clés de décision, qui nous enfument de leurs nécessités: l’emploi, la croissance, la compétitivité.

Nous sommes des veaux (le général n’avait pas tort).

Nous sommes des imbéciles, parce que même lorsque nous aspirons à quelque chose de différent, nous ne voulons surtout pas que cela change.

Nous sommes des pleutres, parce que nous craignons le changement alors que nous ne sommes pas satisfaits de notre sort.

Nous sommes des êtres pensants qui savons que nous allons mourir et qui passons notre vie à éviter d’y penser en nous abrutissant dans des fonctions dénuées de sens.

Nous sommes des Stakhanovs: nous courons après des médailles en chocolat, mais le pire c’est que ce n’est pas idéal, mais pour continuer d’alimenter la course à la production, à la consommation, à l’abrutissement des masses.

Au moins, Stakhanov avait le souci de se faire valoriser pour un idéal plus grand que lui. Je ne dis pas qu’il avait raison, mais ça a plus de gueule que le souci de complaire aux publicitaires et à leurs capacités à nous faire avaler tous les six mois un nouveau gadget qui contribue à la mise à sac des ressources naturelles de la Terre. Nous sommes des Stakhanovs qui avons oublié pourquoi nous travaillons. A part peut-être pour le loto… Nous sommes des lotophages…

Pourquoi ne prendrions-nous pas le meilleur du Moyen-Âge pour l’associer à ce qu’il y a de meilleur aujourd’hui?

Pourquoi ne chercherions-nous pas à suivre les principes de Lafargue et de Lagaffe plutôt que ceux d’Attali et de Soros?

Nous pourrions nous contenter de travailler deux ou trois jours par semaine en moyenne, et nous serions encore capables d’aller rendre visite à nos proches de l’autre côté de la Terre sans problème. La productivité des activités essentielles, et même des activités secondaires, permettraient à tous les hommes de vivre bien, longtemps (sauf accident), de profiter de leurs loisirs, de leurs enfants, de leurs petits-enfants, de découvrir les autres et surtout de vivre en phase avec la nature, plutôt que de se tuer dans des activités hors-saison, de nuit, de garde…

Nous pourrions imaginer de vivre différemment et de ne rien regretter au moment de notre mort…

Nous pourrions réduire aussi notre pouvoir de nuisance, en concentrant notre consommation sur ce qui est vraiment nécessaire, en sélectionnant des systèmes moins polluants, moins contraignants, moins salissants, et surtout qui ne nécessiteraient pas que notre Occident aient besoin de faire la guerre un peu partout dans le monde, d’exploiter toutes ces régions encore exclues de notre “belle société de consommation”.

A nous de voir…

Réflexions de l’an dernier -avril 2014

April 27th, 2015

Je retrouve des notes intéressantes, sujettes à réflexions…

“Je suppose que je resterai éternellement surpris de ce que la plus grande partie des hommes en Occident trouvent normal de privilégier la liberté d’entreprise sur l’intérêt d’individus, de groupes d’individus, parfois de l’équilibre humain lui-même.”

“Mes événements ne sont pas toujours ceux des médias. De ma redécouverte des émissions de Henri Guillemin à mes lectures d’auteurs peu connus, ou pas assez, j’aurais envie de faire mention plus souvent. Des aveux d’Albert Speer ou des seconds romans de Marche, il me semblerait plus utile de parler que des journaux.
“Au moins j’y vois un peu ou beaucoup de valeurs.”

“J’ai beaucoup réfléchi cette nuit à une idée qui pourrait faire avancer l’enseignement dans le bon sens: celle de rendre les cours philosophiques non-obligatoires pour les élèves à partir de quinze ans.”
(ça date d’avril 2014, mais il faut avouer que le procès qui a relancé le débat est plus ancien, ce qui signifie que j’en avais sans doute eu vent à l’époque. N’empêche, c’est rigolo de retrouver ces notes en avril 2015)

“Un voisin entreprenant et bruyant. Qu’est-ce que je fais?”

“Je m’interroge souvent sur les raisons d’être de la publication, sur ce qu’il faudrait ou non sortir, etc. Sur le fait que le marché laissé libre ou même aménagé ne fait que du tort à l’univers littéraire. Pourquoi cela est-il surtout le cas du livre? Il y a le cinéma, la musique et le livre, en fait. Mais pourquoi m’en fais-je avant tout pour le livre?”

“Le Goff, dans “Pour un autre moyen-âge”, présente la richesse profonde du marchand: le temps et le fait que “l’autre” n’en a pas! C’est sur le fait que “l’autre” n’a pas de temps ou/[ni] d’argent au moment où il lui en faut que le marchand spécule.
“Je pense devoir écrire les Res Gestae hominorum ignobilium.”

“Lecture du Monde Diplo d’avril. Un somment p. 21. Le modèle grec à importer chez nous. Tiré du modèle chinois. Vive cette UE qui permet de lire dans un journal d’Athènes: en Crète, on recherche ‘des femmes de chambre sans salaire contre nourriture et gîte.’
“Je n’ose demander ce qu’en pense DSK.”

“A la lecture de Le Goff, je repense au temps. La décomposition en heures variables avait du bon: il faudrait adapter le travail à la longueur du jour.”

“A. Speer, dans Au coeur du IIIe Reich, confirme, s’il était besoin, que Hitler détestait les fonctionnaires et que lui-même comme son prédécesseur Todt fonctionnaient avec un système d’autonomie entrepreneuriale.”
(C’est un coup bas, mais j’en ai jusque là d’entendre associer socialisme et national-socialisme)

“Tout se rapporte à des comparaisons avec Hitler. Avant, on disait souvent que la philosophie, c’était des notes dans les marges de Platon; aujourd’hui, la politique ce sont des références constantes au nazisme.”

“Avec la campagne électorale, les agents politiques, les vitrines, volent de manière agressive sur le moindre prétexte pour faire du bruit. Du bruit, ce bruit nauséabond qui devient la seule motivation d’un mot, d’une réflexion, d’une réaction, un bruit qui démolit, détruit, parfois, souvent à tort, telles les trompes de Jéricho. L’important, c’est qu’il en reste une trace, même une mauvaise trace, dans l’esprit des électeurs le 25 [mai].”

Se retourner sur les réflexions de l’an dernier, ça peut être intéressant…